mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran : Le double langage nucléaire du régime est parlant

Iran : Le double langage nucléaire du régime est parlant

Iran : Le double langage nucléaire du régime est parlant

Le 8 juin, une majorité écrasante du Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique a publié une résolution appelant le régime des mollahs en Iran à avouer ses ambitions nucléaires. Presque immédiatement, alors que les délégations des États membres du Conseil n’avaient pas encore quitté Vienne, l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (AEOI) a annoncé qu’elle avait retiré 27 caméras des sites nucléaires sensibles et a clairement indiqué que Téhéran n’avait pas l’intention de rendre des comptes. Les déclarations exprimées par la suite par les responsables du régime et la réponse occidentale ont montré que la leçon n’a pas encore été apprise.

Même si la décision de l’AIEA était tout sauf une condamnation pure et simple ou même proche de la punition de trente années de tromperie et de dissimulation par le régime, il suffisait de sonner l’alarme et faire savoir que s’il n’y avait pas de réponse par des « contre-mesures », des temps plus difficiles pourraient venir.

Le 12 juin, le parlement du régime a tenu une session publique au cours de laquelle les députés ont prononcé des discours enflammés, rejetant complètement la résolution du Conseil.

Mohammad Bagher Qalibaf, le président du parlement a déclaré : « Ces mesures montrent que l’autre partie n’est pas sérieuse pour parvenir à un bon accord pour lever les sanctions contre la nation iranienne. Nous soutenons fermement les récentes mesures techniques et juridiques prises par l’Organisation de l’énergie atomique en réponse à la récente résolution oppressive et au comportement non constructif de ses pays, et tout en saluant le vote négatif de la Russie et de la Chine, nous nous concentrerons sur la neutralisation des sanctions. C’est la réponse la plus importante et la plus forte aux ennemis de la fière nation iranienne. »

Hadi Beiginejad, député de Malayer a déclaré : « Les Occidentaux et les sionistes ont créé l’Agence de l’énergie atomique pour légitimer leur coercition dans l’ordre injuste qu’ils ont créé ! »

« Malgré la bonne volonté et la coopération de l’Iran avec l’AIEA, le Conseil des gouverneurs a publié une résolution contre l’Iran, a déclaré Zohreh Elahian, membre de la Commission parlementaire de la sécurité nationale et de la politique étrangère. En conséquence, l’Iran a coupé la plupart des caméras et augmenté l’enrichissement. Cette action décisive de l’Iran augmentera le coût de telles décisions politiques et biaisées de l’AIEA sous l’influence du sionisme international. La commission parlementaire de sécurité juge nécessaire de reconsidérer les pourparlers sur le nucléaire. »

Le député Kiumars Sarmadi d’Assadabad a déclaré : « La récente décision du Conseil n’a aucune valeur juridique et a apparemment été prise conformément aux vues des sionistes. Si cette approche ne change pas, nous reconsidérerons sérieusement notre façon de travailler avec l’agence. Les terroristes internationaux n’ont pas le droit de prendre des décisions pour les organisations internationales. »

« Pour obtenir plus de concessions de l’Iran en utilisant les outils de l’AIEA, l’E3 a commis une erreur stratégique, a déclaré un autre député, Ali Khezrian. Maintenant, nous devons agir en mettant en œuvre des mesures exécutives, en arrêtant les mesures volontaires que nous avons prises concernant nos activités nucléaires, et nous devons appliquer strictement la loi parlementaire qui visait à lever les sanctions. Nous devons répondre au maximalisme de l’Occident en temps opportun. »

Un autre député, Mohammad Reza Sabbaghian Bafghi, est allé jusqu’à appeler à l’arrêt complet des négociations sur le nucléaire. Il a interpellé le président du régime et lui a dit : « M. Raïssi, arrêtez les négociations pendant au moins deux ans et ne liez plus à la question nucléaire. Je suis certain que les États-Unis et l’Occident vous recontacteront pour des négociations. Alors que la Corée du Nord se tenait debout, de nombreux pays ont également vécu la même expérience. L’Inde et le Pakistan ont également été sanctionnés et ils en ont payé le prix. Ils ont persévéré et ont obtenu des résultats. »

Mohammad Reza Jokar a déclaré : « Ces pouvoirs sont satisfaits des fausses preuves qu’ils obtiennent de certaines organisations terroristes, telles que les hypocrites (terme péjoratif du régime pour l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, OMPI), et sans consulter la République islamique d’Iran, ils ont pris cette résolution politique au Conseil des gouverneurs de l’AIEA pour faire pression sur l’Iran et le forcer à se soumettre à leurs conditions, ce qui ne se produira pas. »

À la fin de la session, 260 membres du parlement du régime ont publié une déclaration condamnant la récente résolution de l’AIEA et soulignant la stricte application de la loi parlementaire appelée « Loi d’action stratégique pour lever les sanctions ».

D’autres représentants de l’État ont également chanté avec le même chœur. Se référant au dernier acte de piraterie du CGRI et au détournement de deux navires grecs, Shamsollah Seraj, le représentant du Guide suprême des mollahs à Ilam a déclaré : « Une fois que nos gars ont pris deux navires grecs dans le golfe Persique, nous avons récupéré notre pétrole. En d’autres termes, la cour d’appel grecque a rendu une ordonnance de libération de notre pétrole. Le monde est comme une jungle. Si vous avez le pouvoir, ils vous prendront en compte, donc ceux qui ont dit, à quoi servent les missiles ou à quoi sert l’atome, maintenant ils doivent regarder où nous en sommes. Plus tu es fort, plus le monde te prend en compte. Par conséquent, je pense que l’Organisation de l’énergie atomique devrait supprimer davantage de ces caméras, car l’Europe a prouvé qu’elle est un suppôt des États-Unis. »

Pendant ce temps, Téhéran s’est également assuré de communiquer sur un autre ton pour se protéger de toute action décisive de la communauté internationale.

« Nous espérons que l’ensemble des mesures qui ont été prises pour remettre toutes les parties en conformité avec le soi-disant accord nucléaire JCPOA, l’autorité de notre pays, nos exigences et les attentes du peuple seront préservées », a déclaré le ministre des Affaires étrangères du régime, Amir-Abdollahian, en s’adressant aux députés dimanche.

Malgré la rhétorique flagrante ou l’action effrontée affichée par le régime, l’Occident ne semble pas s’émouvoir. Selon le Financial Times basé à Londres, un haut responsable américain a déclaré que l’action de Téhéran visant à retirer 27 caméras de surveillance était un coup dur, mais pas encore fatal pour l’accord « car à ce stade, c’est réversible ». Mais le responsable a averti que plus les caméras resteraient longtemps éteintes, plus il serait difficile de réintégrer l’accord.

Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, a également déclaré dans une interview à CNN que Téhéran devrait reprendre les pourparlers « maintenant » pour éviter une crise qui pourrait rendre « extrêmement plus difficile » le sauvetage de l’accord nucléaire de 2015.

Au cours des deux dernières décennies, le régime iranien et ses porte-parole en Occident ont réussi à entretenir l’illusion que le monde doit choisir entre la guerre ou la complaisance à l’égard de Téhéran. Le double langage en Iran sert le même raisonnement et ceux qui continuent de prêcher que « les têtes plus froides prévaudront » agitent la branche d’olivier tout en ayant à cœur les intérêts du régime.

Si les dirigeants mondiaux se soucient sérieusement de la paix et de la stabilité dans la région, ils devraient commencer à se rendre compte qu’il n’y a pas de voix différentes à l’intérieur de l’Iran, mais qu’il y a plutôt un homme qui tire les ficelles et il a prouvé qu’il ne comprend que la langue de la fermeté.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe