lundi, janvier 30, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireNucléaire: une nouvelle série de sanctions contre l'Iran présentée au Conseil de...

Nucléaire: une nouvelle série de sanctions contre l’Iran présentée au Conseil de sécurité

Associated Press – La France et la Grande-Bretagne ont soumis jeudi un projet de résolution au Conseil de sécurité des Nations unies prévoyant une troisième série de sanctions contre l’Iran en réaction à son refus de suspendre son programme d’enrichissement de l’uranium.

Si les Etats-Unis se sont montrés très insistants pour que de nouvelles sanctions soient adoptées, la Chine et la Russie, les deux autres membres permanents du Conseil, ainsi que l’Allemagne, sont également favorable au principe de renforcer la pression sur Téhéran.

Les six pays avaient déjà fait circuler un projet de résolution prévoyant, pour la première fois, l’interdiction de déplacements internationaux de personnes ou de transferts d’équipements susceptibles d’être liés à des programmes nucléaires civils ou militaires, et l’inspection des marchandises sortant ou rentrant en Iran, par voie aérienne ou maritime, soupçonnées de contenir des produits interdits. Il appelait également à une surveillance accrue des institutions financières iraniennes.

Le nouveau projet reprend ces dispositions, et ajoute la possibilité pour le Conseil de créer une commission censée rassembler des informations, rendre des rapports au Conseil tous les trois mois, et se prononcer sur des demandes d’élargissement des sanctions à certaines personnes ou entités, mais aussi sur des requêtes d’exemptions.

La nouvelle résolution encourage enfin le Haut représentant pour la politique étrangère de l’Union européenne, Javier Solana, à poursuivre ses discussions avec l’Iran pour réunir les conditions d’une réouverture des négociations internationales sur le programme nucléaire de Téhéran.

L’Iran, qui a refusé une série de mesures incitatives proposées par les Six en 2006 en retour du gel de son programme nucléaire et la relance des négociations, ne souhaite cependant traiter qu’avec l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA). L’agence onusienne avait en novembre dernier estimé que Téhéran rapportait, en général, des informations exactes sur ses activités. AP

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe