vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: EvénementsMaryam Radjavi à Oslo: seule une politique de fermeté pourra empêcher les...

Maryam Radjavi à Oslo: seule une politique de fermeté pourra empêcher les terroristes au pouvoir en Iran d’acquérir l’armes nucléaire

CNRI – « Seule une politique de fermeté de la communauté internationale, avec des sanctions plus sévères, la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité et du protocole additionnel, les inspections inopinées et l’arrêt de tous les sites nucléaires du régime, pourront empêcher les terroristes au pouvoir en Iran d’acquérir l’arme nucléaire », a déclaré Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil National de la Résistance iranienne (CNRI).

Elle s’exprimait lors d’une conférence à Oslo, le 25 février, avec les représentants des associations irano-scandinaves sympathisantes de la Résistance iranienne. Elle était en Norvège à l’invitation des parlementaires de ce pays, avec qui elle a évoqué les menaces qui pèsent sur le camp Liberty en Irak et a appelé à une action immédiate pour assurer la protection et la sécurité des habitants.

Dans sont intervention, la dirigeante de la Résistance iranienne a ajouté:
Je suis venue ici pour dire à la communauté internationale de ne pas fermer les yeux, sous prétexte des négociations nucléaires avec ce régime, sur les violations persistantes des droits humains, les exécutions quotidiennes en Iran, les crimes répétés de la dictature des mollahs contre des membres de l’OMPI, et sur le fait que cette tyrannie attise les flammes d’une guerre confessionnelle dans la région.
La dictature religieuse en Iran cherche à retarder sa chute en se livrant au massacre des Achrafiens et à des pendaisons publiques en Iran et en soutenant le carnage en Syrie, en Irak et au Liban. Les gouvernements occidentaux ne doivent pas servir, par leur silence, de catalyseur au régime.

Récemment, nous avons appris que le régime fantoche des mollahs en Irak a enterré secrètement les corps des 52 victimes du massacre du 1er septembre à Achraf. Dans une ressemblance frappante avec la façon dont ce criminel de Khomeiny avait opéré en ordonnant l’enterrement de masse en secret des prisonniers politiques massacrés en 1988, le gouvernement Maliki en Irak n’est pas prêt à dire quand cette inhumation s’est passée exactement ni le lieu. Chacune des victimes a-t-elle été enterrée séparément, ont-elles eu droit à es marques de respect ou ont-elles été jetées dans un charnier ?

Pourquoi le gouvernement fantoche irakien n’a-t-il pas accepté de rendre les corps des victimes ? Pourquoi a-t-il fait obstacle à la publication du rapport du médecin légiste irakien sur la mort des martyrs ? Pourquoi n’a-t-il pas répondu aux centaines de lettres et de demandes d’informations des habitants de Liberty et de la Résistance iranienne demandant à récupérer les dépouilles de leurs proches ?

Le gouvernement irakien, par ce comportement inhumain, a pris en fait l’entière responsabilité de l’attaque contre Achraf. Cela prouve la validité du rapport publié sous forme de documentaire par l’Armée de libération nationale iranienne à ce propos.

Pourquoi les gouvernements occidentaux, et en particulier les Etats-Unis d’Amérique, restent-ils silencieux là-dessus ? Pourquoi facilitent-ils les crimes éhontés du gouvernement irakien ? Pourquoi les familles des victimes sont-elles maintenues dans l’ignorance ?

Les mères, les pères, les enfants, les frères et sœurs des martyrs qui se trouvent au camp Liberty ont attendu 160 jours pour dire adieu à leurs proches et voulaient embrasser leurs fronts et les faire reposer en terre avant de renouveler leurs promesses sur leurs tombes sacrées.

A vous, mes chers sœurs frères à la prison de Liberty qui avez perdu vos proches, je vous dis d’ici que malgré cet énorme crime et injustice, les jours de ces criminels impitoyables sont comptés et comme Massoud Radjavi l’a déclaré : « Je dis aux Achrafiens inébranlables et à leurs fidèles partisans : rappelez-vous que peu importe où les martyrs sacrés d’Achraf sont enterrés aujourd’hui, nous considérons que c’est provisoire et qu’ils sont sous bonne garde. Il reviendra à celui ou celle d’entre nous qui restera, de les ramener un jour dans notre patrie et de les enterrer au cimetière de Khavaran à Téhéran, où nous tiendrons de vraies funérailles avec tous les honneurs de l’OMPI et de l’ALNI en présence du peuple iranien et de sa jeunesse. »

Chers Amis,

Le blocus de Liberty, en termes de besoins médicaux, de nourriture, de besoins logistiques et de santé, se resserre chaque jour. Les harcèlements augmentent comme les obstructions à livrer des murs de bétons en T et les obstacles à fournir les besoins en protection et les abris. Je préviens qu’un autre crime contre les habitants de Liberty est imminent. Les Etats-Unis et l’ONU doivent agir pour assumer leurs responsabilités afin d’empêcher de telles attaques.

Nous appelons la communauté internationale à prendre des mesures urgentes pour libérer les otages d’Achraf, transférer temporairement tous les membres de l’OMPI de Liberty aux Etats-Unis et en Europe ; subvenir à leurs besoins de protection immédiate face à des attaques à la roquette, poster des observateurs de l’ONU et une unité de casques bleus à l’intérieur de Liberty et faciliter la vente des biens d’Achraf par le représentant légal des habitants. L’ONU doit soumettre le dossier de l’attaque d’Achraf à la Cour pénale internationale comme un crime contre l’humanité pour complément d’enquête et des poursuites.

Permettez- moi de demander aux Norvégiens et à ceux qui ont une conscience dans le monde de jouer un rôle actif à cet égard en exhortant leurs gouvernements à prendre des mesures pour la sécurité des habitants de Liberty.

Chers amis,

Lors de mon voyage à Oslo il y a quatre ans, j’avais rencontré feu Gunnar Sonsteby, héros national norvégien de la résistance contre les nazis. Il avait salué la résistance des combattants de la liberté au camp d’Achraf et m’avait dit que la Résistance iranienne a fait ce que la Résistance norvégienne avait fait pendant la Seconde Guerre mondiale quand elles avaient fait sauter le réacteur nucléaire d’eau lourde que les nazis avaient construit en Norvège.

Nous célébrons sa mémoire aujourd’hui. Il était un véritable symbole de la conscience de la Norvège et de la résistance de son peuple et de toute l’Europe. Félicitations à la résistance du peuple iranien pour avoir révélé le sinistre programme nucléaire des mollahs et pour l’avoir mis dans la situation actuelle.

Trois mois se sont écoulés depuis que le tyran religieux de l’Iran s’est plié à l’accord de Genève et huit mois depuis que Khamenei a perdu dans le mécano électoral qu’il avait préparé pour l’élection présidentielle, avec Rohani qui est devenu son président. Cette tournure des événements confirme la situation difficile de la dictature religieuse en pleine crise pour sa survie.

La série de protestations des Bakhtiaris dans les provinces de Chahar-Mahal-Bakhtiari, Khouzistan et Ispahan, montre que la société iranienne veut le reversement de la tyrannie actuelle.

L’échec des politiques nationales et étrangères du régime et la poursuite de la résistance et de la contestation publique hâtent la chute de Khamenei.

Chers amis,

Le mollah Rohani pense qu’il peut surmonter le dilemme du régime en faisant un pas en arrière et en signant l’accord nucléaire. Mais l’accord lui-même est devenu une autre pomme de discorde au sein du régime.

Le perdant dans ce jeu est l’ensemble du régime et surtout Khamenei qui a été forcé de reculer pour de bon face à l’échec de l’investissement politique et financier le plus stratégique de son règne de 20 ans pour obtenir la bombe atomique.

Rappelons que dès le départ, en opposition à ce régime à ses alliés et conciliateurs, la Résistance iranienne a déclaré que le projet d’armes nucléaires est contraire aux intérêts nationaux de l’Iran et constitue un acte de trahison qui doit être aboli.

Le mouvement de résistance a dévoilé les sites nucléaires de Natanz et d’Arak il y a onze ans alors que personne au monde ne les connaissait jusqu’alors.

Ce même mouvement de résistance a dévoilé le site de Fordo, près de Qom, il y a neuf ans, tandis que les puissances mondiales ont préféré ignorer cette révélation pendant quatre ans jusqu’à ce que les dirigeants américain, français et britannique rompent leur silence pour mettre en garde contre de site. Ce sont précisément ces sites de Natanz, Arak et Fordo qui maintenant étranglent le régime dans sa crise.

Khamenei et sa bande devraient rendre des comptes sur la raison pour laquelle ils ont volé 200 milliards de dollars à la nation iranienne pour construire une bombe atomique, dilapidé les richesses du pays pour leurs intérêts malfaisants et enfoncé le peuple iranien dans encore plus de pauvreté et de faim ? Ils doivent être tenus pour responsables des innombrables cas de torture et d’exécutions opérées pour conserver secret ce programme sinistre.

Ces jours-ci, nous voyons que Khamenei, qui se prévaut du leadership de la tyrannie religieuse, prend délibérément ses distances du gouvernement de Rohani sur la question des négociations nucléaires et s’est dit à plusieurs reprises insatisfait des pourparlers.

Le 18 février, il a ironiquement promis que son régime ne «violera pas ce qu’il a accepté » dans l’accord nucléaire, mais en même temps il répète qu’il n’est «pas optimiste quant aux négociations ». Il a dit qu’il ne croyait pas depuis le début que les discussions porteraient leurs fruits et que les négociations étaient le résultat de l’insistance d’autres responsables de son régime.

Le lendemain des propos de Khamenei, le commandant en chef des pasdaran, le général Mohammad-Ali Jafari a déclaré : « Nous sommes confrontés à une crise (…) le gouvernement a conclu des négociations pour réduire la pression des sanctions (…) mais à condition de ne pas franchir les lignes rouges. » Il a ajouté que l’objectif du régime dans les négociations était de réduire la pression économique des sanctions et a réitéré « pour le moment, nous devons garder le silence et avoir la gorge serrée parce que les choses sont à un stade critique et que nous devons manœuvrer avec beaucoup de prudence. »

La vérité c’est que :
Premièrement, si Khamenei s’est assis à la table des négociations c’est en raison de l’échec majeur de la politique du régime dans tous les aspects politiques et économiques, y compris les sanctions internationales, et en particulier sous la pression de l’opposition de la société iranienne.

Deuxièmement, Khamenei sait très bien les conséquence du calice de poison et du pas en arrière dans ses projets nucléaires, et donc il essaie de se distancier des négociations en vue de préparer le terrain pour un retour sur ses paroles et pouvoir mettre les négociations sans dessus dessous si nécessaire. Mais il est clair que tout reniement ou retour à ses ambitions nucléaires poussera le régime dans une chute libre destructrice.

Troisièmement, Khamenei aggrave la scission au sommet de son régime en se distanciant du gouvernement de Rohani. En soulevant le spectre de la révocation de son président, Khamenei expose et renforce inévitablement l’instabilité de son régime.

La dictature religieuse doit sa survie à la répression interne, à l’exportation du terrorisme et du fanatisme, au bellicisme régional et à la quête de l’arme atomique. C’est précisément la raison pour laquelle il ne perdra pas une occasion de faire avancer cette politique tant qu’il sera au pouvoir.

La solution de cette crise n’est rien de moins que le renversement de ce régime dans sa totalité par le peuple iranien et son mouvement de résistance.

Pour citer Massoud Radjavi à ce sujet : « la résistance à ce régime est notre devoir et notre droit inaliénable. Nous avons été et nous sommes en guerre avec ce régime qu’il enrichisse ou pas l’uranium, qu’il possède ou non des armes nucléaires (…) Le combat pour la liberté est un droit inaliénable du peuple iranien en toutes circonstances. »

Il est nécessaire de souligner ici qu’au moment où le régime des mollahs est à son point le plus faible et qu’il a reculé d’un pas dans son programme atomique sous la pression et en désespoir de cause, l’Occident ne doit pas lui faire de concessions dans les négociations nucléaires en acceptant moins que l’application des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

Permettez-moi de déclarer catégoriquement que tout au long des années passées, ce sont les gouvernements occidentaux qui par leurs incitations et concessions aux mollahs ont autorisé ce régime à se rapprocher de la bombe atomique, et c’est le peuple iranien et sa résistance qui ont mis le régime au pied du mur. Alors messieurs, ne gâchez pas cet acquis avec la même vieille politique.

Certains aiment à présenter des excuses à cette politique occidentale irresponsable en disant que l’Occident est en train de tester le régime des mollahs. Comme si les onze dernières années n’avaient pas suffi à le tester. Toutefois, si vous ne voulez pas que ce test échoue, alors pour l’amour de Dieu, faites preuve de fermeté. Rien n’est plus nuisible que de montrer de la faiblesse dans la poursuite de l’accord de Genève.

Donc, nous disons aux gouvernements occidentaux : Posez des garanties solides pour que les mollahs ne se dotent pas d’armes nucléaires. Ces garanties sont la fermeture des sites nucléaires, le démantèlement de toutes les centrifugeuses, l’arrêt total de l’enrichissement d’uranium, forcer les mollahs à accepter des inspections inopinées et l’application intégrale des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Forcez le régime iranien à mettre fin à la torture et aux exécutions en Iran. Ecartez ce régime de Syrie, d’Irak et du Liban et faites reculer sa machine de guerre et de terrorisme dans la région.
Forcez-le à mettre fin à son programme de missiles balistiques qui a été interdit par la résolution 1929 du Conseil de sécurité de l’ONU

Je tiens également à rappeler aux politiciens et aux hommes d’affaires qui intriguent avec nervosité pour signer des accords commerciaux avec le régime des mollahs ces temps-ci, qu’ils ne bénéficieront pas d’un centime de l’économie iranienne en ruine sous les mollahs. Tenez-vous à l’écart de ces accords, car vos principaux partenaires seront le corps des gardiens de la révolution et les services répressifs et de sécurité et vous ne tirerez pas de bénéfices des accords qui conduisent à la poursuite de la répression du peuple iranien et du massacre des enfants syriens et irakiens sans défense.

Chers amis de la Résistance iranienne,

Je voudrais conclure mon intervention en adressant mes félicitations aux associations iraniennes de jeunes, de femmes, de médecins, d’avocats, d’universitaires et de spécialistes basées en Norvège et en Scandinavie.

Redoublez d’efforts dans la défense de la liberté, des droits humains, et des combattants de la liberté incarcérés à la prison de Liberty. Soyez la voix forte du peuple iranien enchaîné face à la répression et aux exécutions que mènent les mollahs sans répit et dites aux gouvernements occidentaux de ne pas fermer les yeux sur les violations des droits humains en Iran pour le bien de leurs négociations avec le régime. Protestez !

Le peuple iranien se félicite de votre campagne à travers le monde, en particulier les jeunes qui se dressent contre ce régime. Votre soutien leur donne de l’espoir, d’autant plus que le régime s’enfonce davantage dans une crise mortelle.

Augmentez votre organisation, votre solidarité et développez vos associations !
Vos manifestations, grèves de la faim et campagnes politiques, juridiques et financières font partie d’un mouvement de résistance sans relâche pour le renversement de l’ennemi de la nation iranienne.

Nous nous sommes tous engagés à établir une république fondée sur la séparation de la religion et de l’Etat, une société pluraliste, l’égalité des sexes, l’abolition de la peine de mort et un Iran non nucléaire.

La semaine dernière, les Ukrainiens ont gagné leur liberté. Ce sera certainement aussi le tour de l’Iran de se libérer. J’adresse mes félicitations au vaillant peuple ukrainien et je lui souhaite de réussir dans la poursuite de ses objectifs jusqu’à la victoire finale. La résistance et la persévérance des Ukrainiens et leur rejet de tout compromis et complaisance ont provoqué la victoire de la liberté. C’est un chemin sur lequel la Résistance iranienne insiste.

Ce mouvement de résistance représente le besoin le plus urgent de liberté de la nation iranienne et il ne fait aucun doute que nous vaincrons.

Vive le peuple iranien !
Vive la liberté !
Vive les combattants de la liberté au camp Liberty !

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe