jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLord Maginnis : l'Italie de Renzi envoie un signal mal avisé avec...

Lord Maginnis : l’Italie de Renzi envoie un signal mal avisé avec la visite iranienne

Lord Maginnis : l'Italie de Renzi envoie un signal mal avisé avec la visite iranienne

Lord Maginnis of Drumglass fait valoir que, bien que quelques-uns vont nier le principe que le compromis est l’essence de la politique et que des solutions pragmatiques peuvent être utiles au sein de toute société démocratique et pluraliste, la visite en Iran de cette semaine du Premier ministre italien, Matteo Renzi, dans les circonstances actuelles, enverra un message tout à fait inapproprié aux ayatollahs.

« Faire un compromis au détriment de l’intégrité doit être non seulement évité, mais empêché, en particulier lorsque ce compromis se fait au détriment de la dignité et de la liberté, “Lord Maginnis a écrit lundi sur la page d’accueil concernant la politique au Royaume-Uni.

‘Dans une tentative pour soutenir l’Accord de Vienne du 18 octobre dernier, nous semblons avoir mis au point un autre compromis’ de facto ‘qui est fait sur la question des droits de l’Homme et la liberté démocratique des Iraniens. C’est un compromis que, pour ma part, je ne suis pas prêt à faire. Beaucoup de mes collègues des deux Chambres du Parlement britannique et d’autres parlements européens partagent la même opinion’, a écrit le membre indépendant de la Chambre des Lords britannique.

‘La récente couverture médiatique de l’Iran semble biaisée en faveur d’un récit de réforme et de la modération environnante, mais peu semblent se rappeler que ce n’est pas la première fois que le régime a joué cette carte. Pendant la présidence de Mohammad Khatami, l’Iran a joué la carte modérée à la perfection et dupée beaucoup en Occident. Non seulement la pression sur le régime s’est allégée, mais cela a aussi donné du temps pour poursuivre son programme nucléaire en secret, tout en s’engageant fictivement dans des relations cordiales avec l’Occident. Et aujourd’hui c’est pareil.

Sous la présidence Rohani, l’Iran a récemment atteint un sommet par rapport à ces 25 dernières années concernant les exécutions, en dépit de son image soi-disant ‘modérée’ à l’étranger. Parmi les victimes figuraient des dissidents politiques qui sont des militants des moudjahidines du peuple iranien (l’OMPI), le principal mouvement d’opposition iranien, ainsi que des minorités ethniques et religieuses. En termes réels, selon Rapporteur spécial de l’ONU Ahmed Shaheed, l’Iran a effectivement intensifié sa répression des droits de l’Homme au cours des dernières années, ce qui laisse peu de doute quant à la véritable nature de ce gouvernement’.

‘Si cela ne constitue pas suffisamment de preuves concernant la nature de ce régime, il suffit de regarder plus loin, son soutien au crime de masse en Syrie et son implication continue dans la terreur et l’instabilité dans toute la région. Ce n’est pas un comportement qui garantit le compromis ou les relations cordiales. C’est de la belligérance récompensé par une pensée apparemment bienveillante’.

‘La simple réalité est que Rohani est une extension d’un régime théocratique, qui a à sa tête un guide suprême non élu qui a le dernier mot sur tout. Toute idée de réforme dans ce contexte est non seulement irréaliste, mais en fait contre-productive. Les rêves de la réforme et de la modération ont été nourris pour un peuple opprimé afin d’apaiser leur colère et d’éviter le type de rébellion qui a eu lieu en 2009. ’

‘Afin de soutenir un changement démocratique en Iran, nous ne devrions jamais dorloter ceux qui profitent des fruits de cette dictature. Nous devons rester fermes contre eux et le régime qui leur permettent de piller le pays alors que les Iraniens ordinaires sont laissés sans voix’.

‘Voilà le plan progressif en 10 points énoncés par le dirigeant du CNRI, Mme Maryam Radjavi, au Conseil de l’Europe en avril 2006, qui a mérité une plus grande attention. Il est la voix et l’ambition du citoyen iranien ordinaire. C’est honteux que l’Occident cherche à bénéficier économiquement de relations avec les dictateurs à Téhéran, tout en fermant les yeux sur la vraie nature du régime en Iran’.

Lord Maginnis a poursuivi : ‘Ce n’est pas un appel à la guerre, ou une critique du dialogue et de la diplomatie. Il serait dans l’intérêt de la communauté mondiale tout entière si l’Iran démantelait vraiment son programme nucléaire et normalisait ses relations avec le reste du monde. Mais les conditions préalables à ce type de normalisation consistent à mettre un terme à son soutien à une dictature brutale en Syrie, à arrêter son soutien aux groupes extrémistes et terroristes, à cesser les essais de missiles balistiques en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, en adoptant des réformes démocratiques significatives et tangibles sur son territoire et en se livrant à de bonnes relations de foi avec le reste du monde’.

Il a demandé si cela était ce que Matteo Renzi attendait de Rohani.

‘Le fait est que l’Iran reste l’un des pires violateurs des droits de l’Homme dans le monde et un grand fauteur de troubles et de l’extrémisme islamique dans la région. Serrer la main de Rohani tandis que les jeunes Iraniens continuent à faire face à la torture et l’emprisonnement pour avoir exprimé leurs idéaux est un compromis que ni moi, ni mes collègues ne sommes prêts à épouser ou soutenir’.

‘L’Occident a, pour le meilleur ou pour le pire, cherché à créer des opportunités pour le progrès. Il est temps de tenir Rohani responsable de la conduite du régime qu’il représente — ne pas flatter l’illusion. Le peuple iranien mérite mieux. Les citoyens européens méritent mieux’, a-t-il ajouté.

Lord Maginnis of Drumglass est un membre des indépendants Ulster Unionist de la Chambre des Lords britannique et un membre éminent du Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran (BPCIF).

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe