mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeL’intégrisme islamique d’Iran, une menace pour la démocratie en Irak

L’intégrisme islamique d’Iran, une menace pour la démocratie en Irak

L’intégrisme islamique d’Iran, une menace pour la démocratie en Irak CNRI – Ce qui suit est un article de Hatem J. Mukhlis, médecin, secrétaire général du Mouvement National Irakien et membre de l’assemblée de transition provisoire en Irak. Il a fait ses études aux Etats-Unis. Il est un élément important dans les négociations en cours pour la formation d’un gouvernement et recommande la mise en œuvre du processus politique en Irak. Voici ce qu’a publié le Washington Times hier :

Irak, océan de violence

The Washington Times – L’Irak fait partie d’un ordre sociopolitique au Moyen Orient bien plus large. Pour trouver des solutions efficaces, les problèmes irakiens ont donc besoin d’une approche plus large.

Une approche nationale, bien qu’elle était plausible dans le passé, est impossible à présent. Les forces étrangères, avec leurs intérêts contradictoires, sont entrées en Irak et ont modifié l’ordre sociopolitique. L’ancienne balance des pouvoirs devait changer. Des problèmes régionaux beaucoup plus graves doivent être résolus avant même d’espérer dénouer la crise irakienne.

Le feu irakien est constamment alimenté par notre voisin à l’est. Ces violences ne cesseront jamais sans un changement majeur dans la politique iranienne. L’explosion de la mosquée sainte à Samarra est l’illustration brutale d’une tentative honteuse visant à renforcer les conflits religieux et bloquer la progression du processus politique en Irak, largement exploité par le régime iranien pour fomenter les dissensions sectaires.

Jour après jour, alors que de plus en plus de groupes irakiens s’engagent dans le processus politique, le chemin vers la démocratie paraît plus facile d’accès.

Les progrès réalisés jusqu’à maintenant sont très fragiles et pourraient être facilement anéantis, à moins que l’on ne prenne des mesures et que l’on vainque la principale menace.

Les dernières élections sont l’exemple parfait de cette ingérence dans les affaires irakiennes. Un grand nombre de forces nationalistes et indépendantes ont été éliminées par une fraude et un truquage flagrants.

L’annulation des résultats des élections aurait été une décision trop coûteuse pour que la communauté internationale l’accepte. Les résultats du premier tour sont là et nous pouvons les accepter pour le moment. Mais, ne nous méprenons pas, le feu brûle encore sous les cendres. Un gouvernement de consentement honnête donnerait les « premiers secours », mais pas de traitement définitif.  

L’absence de libertés sociales et politiques au Moyen Orient a quasiment stoppé les progrès économiques et politiques dans ces pays. Ces trois dernières années ont vu le grand intérêt porté par l’administration américaine aux libertés civiles dans cette région du monde, malheureusement, avec très peu de résultats, voire aucun.

Le fondamentalisme, et en particulier du type islamique provenant de notre pays voisin, cause des ravages qui retardent le développement de la démocratie en Irak.

L’influence iranienne en Irak s’est installée en privant les autres de leur droit de se porter librement candidats et d’obtenir ce qui leur revient de droit. Les fortes convictions religieuses des Occidentaux ont été totalement exploitées à cette fin. N’oublions pas que ces théocrates extrémistes feraient n’importe quoi pour atteindre leurs objectifs. L’exportation de la terreur est un moyen de protéger leur pouvoir. Une réaction à la Newton s’impose. L’Organisation des Moudjahiddins du Peuple d’Iran pourrait fournir le chaînon manquant dans ce phénomène.

Reconnaître le fondamentalisme, qui s’exprime par le terrorisme soutenu par l’Etat, est la première étape vers une solution à tous les problèmes de l’Irak.

Celui-ci est perpétré par les Irakiens, qui sont en réalité poussés par les Iraniens. Les libertés civiles et les options démocratiques pourront se développer lorsque ces activités radicales auront cessé.

L’OMPI combat fermement les oppresseurs de l’Iran depuis plus de 27 ans. Ce sont des Chiites ardents qui croient fortement dans les fondements véritablement démocratiques de l’Islam. Les femmes occupent une place importante dans la structure de l’organisation et dans sa hiérarchie. C’est ce qui fait de l’OMPI une entité unique et démocratique digne de soutien pour lutter contre la terreur iranienne en Irak. 

Il est particulièrement intéressant de noter que le danger posé par l’exportation du terrorisme est approuvé dans la constitution iranienne. La constitution dispose que l’armée et le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI) ont pour mission non seulement de protéger les frontières du pays, mais ont aussi le devoir idéologique de partir en croisade et répandre la loi de Dieu à travers le monde.

Une autre partie de la préface de la constitution iranienne prévoit que la victoire de la Révolution islamique en Iran ouvre la voie pour l’exportation de la révolution à l’intérieur de l’Iran et à l’étranger. Elle autorise également et encourage des relations étendues avec d’autres mouvements populaires ayant les mêmes objectifs. Ceci sert en soi de protection pour soutenir toutes les formes de fondamentalisme.

Le navire irakien, qui est violemment secoué par les vagues de l’océan déchaîné du Moyen Orient, va un jour réussir à accoster. Ceux qui l’auront aidé à atteindre en toute sécurité la côte resteront inscrits dans les mémoires et seront remerciés et récompensés.

Hatem J. Mukhlis, médecin, est le secrétaire général du Mouvement National Irakien et membre de l’assemblée de transition provisoire en Irak. Il a fait ses études aux Etats-Unis. Il est un élément important dans les négociations en cours pour la formation d’un gouvernement et recommande la mise en œuvre du processus politique en Irak.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe