mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLes résidents du camp d'Achraf invitent les États-Unis à inspecter le camp...

Les résidents du camp d’Achraf invitent les États-Unis à inspecter le camp sans délai

Par Sammer Asar

Official Wire – Washington DC (États-Unis) – 18 mai 2012 – Des commandants militaires américains démentent les affirmations du Département d’État selon lesquelles le camp de réfugié d’Achraf n’a pas été inspecté.
Mentir est devenu une mauvaise habitude pour Washington. Pas plus tard que cette semaine lors d’une audience de cour fédérale concernant les Moudjahidine du Peuple, nous avons été témoins d’un mensonge éhonté et flagrant de la part de l’avocat du Département d’État, afin de maintenir l’OMPI classée comme groupe terroriste étranger (liste FTO).

Il est allé plus loin en disant que le gouvernement américain n’a aucun moyen de savoir si l’OMPI est un groupe terroriste dans la mesure où ses membres n’ont jamais autorisé une inspection approfondie des 40 km² du camp d’Achraf. « Ils disent qu’ils ont tourné la page, mais cela n’a jamais été vérifié par l’armée américaine. », a déclaré M. Loeb.
Les résidents du camp, dans un communiqué de presse, ont pris le gouvernement au mot et « invité » à une inspection totale du camp par le Département d’État :
« Si cette invitation n’est pas acceptée, cela montrera clairement que les remarques mentionnées par l’avocat du gouvernement sont une excuse injustifiable, simultanément aux négociations nucléaires, pour apaiser le régime des mollahs. Les résidents sont prêts à fournir tous les moyens nécessaires, à leurs propres frais, pour une totale inspection approfondie par les forces américaines. »

 

 

Lors de l’audience à la cour d’appel américaine pour le District de Columbia Circuit, compte tenu de la requête de l’OMPI pour une assignation à mandamus concernant l’échec du Département d’État à se décider sur la désignation du groupe en tant que FTO, l’avocat du gouvernement a prétendu que les États-Unis n’avaient pas eu la possibilité d’inspecter le camp d’Achraf. Cette déclaration officielle a mis les « intentions » du Département d’État à traîner les pieds quant au retrait du groupe de la liste dans une position embarrassante.

En mai 2003, le CENTCOM [Centre de Commandement militaire américain] avait déclaré dans un communiqué que le groupe OMPI avait remis toutes ses armes à l’armée américaine. Par la suite, le Général Odierno avait affirmé que l’OMPI avait « été complètement désarmée », confirmant que « toutes les armes légères ainsi que les matériels lourds » avaient été pris.

Dans une déclaration commune, le Général de Brigade David Phillips, ancien Commandant de toutes les opérations de police en Irak dont la protection du camp d’Achraf jusqu’en 2006, le Colonel Wesley Martin, ancien Officier supérieur du contre-terrorisme et de la protection des forces pour toutes les forces de la coalition en Irak et le premier Colonel ayant le camp d’Achraf sous son commandement en 2006, ainsi que le Lieutenant Colonel Leo McCloskey, ancien Commandant de l’unité opérationnelle commune inter-agences au camp d’Achraf jusqu’en janvier 2009, ont décrit les remarques de l’avocat du Département d’État comme « absurdes » et comme un « dénigrement du formidable travail de milliers de militaires américains qui ont protégé le camp d’Achraf et vérifié que ses habitants étaient sans armes ».

Ils ont déclaré que le camp avait été à plusieurs reprises inspecté sans entrave, et qu’aucune munition, aucun projet ni intention d’acquérir des armes et d’employer la violence n’avaient été détectés.
En avril 2009, les forces irakiennes ont employé des chiens renifleurs d’explosif pour mener une fouille centimètre au centimètre du camp et ont délivré un certificat écrit du résultat : aucune arme n’avait été trouvée.
Les commentaires remarquablement non professionnels de l’avocat du gouvernement américain arrivent sans surprise pour que l’administration gagne du temps dans sa politique viciée avec les ayatollahs et pour enchaîner la principale opposition dans une liste FTO illégale lors des pourparlers nucléaires.

En tout, 21 individus – dont davantage de commandants d’Achraf comme le Colonel Martin et le Lieutenant Colonel Leo McCloskey – ont signé une déposition amie attestant le fait que les forces américaines avaient un accès total à tous les bâtiments et à tout le personnel du camp et qu’elles avaient conduit à plusieurs reprises des inspections à l’improviste.
Le classement en FTO de l’OMPI fournit aux ayatollahs la meilleure arme contre leur principal ennemi, en en tuant de nombreux de sang froid.

L’ironie est que celui censé défendre la vérité et la justice est « celui qui parjure ».
Cet épisode amer nous laisse étonnés et insultés de façon simultanée, sachant que l’on n’a pas été insulté accidentellement.

Sammer Asar est journaliste et présentateur indépendant travaillant sur le terrain avec les personnes concernées.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe