samedi, janvier 28, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes prisonniers politiques iraniens soutiennent Jafar Azimzadeh le prisonnier en grève de...

Les prisonniers politiques iraniens soutiennent Jafar Azimzadeh le prisonnier en grève de la faim

Les prisonniers politiques iraniens soutiennent Jafar Azimzadeh le prisonnier en grève de la faim

CNRI – Selon les rapports reçus en provenance d’Iran, certains prisonniers politiques ont exprimé du soutien au prisonnier politique Jafar Azimzadeh, un militant syndicaliste qui est en grève de la faim dans la prison d’Evin.

Le lundi 13 juin, le prisonnier politique Mohammad Jarrahi a monté sa propre grève de la faim en solidarité à son compagnon prisonnier et en protestation contre le manque d’attention aux revendications d’Azimzadeh. Jarrahi est incarcéré dans la prison de Tabriz, au nord-ouest de l’Iran, en raison de son militantisme au nom des droits des travailleurs. Après avoir appris que les demandes d’Azimzadeh avaient été ignorées pendant 44 jours et que sa condition physique était devenue critique, Jarrahi a annoncé qu’il irait en grève de la faim pendant trois jours à partir de lundi.

Prisonnier politique et militant syndicaliste, Jarrahi a passé cinq ans en prison sans autorisation pour sortir en dépit du fait qu’il souffre du cancer de la thyroïde et ayant besoin d’un traitement en dehors de la prison.

Le dimanche 12 juin, Alireza Golipour, un prisonnier politique incarcéré dans la sinistre prison d’Evin à Téhéran, a exprimé sa sympathie et son soutien à Jafar Azimzadeh et aux autres prisonniers politiques qui sont en grève de la faim.

Son message était adressé à tous les prisonniers politiques et disait en partie : « Je suis avec vous et je sens ma main dans les vôtres. Sachez que la maladie et la douleur m’ont rendu si faible que je ne peux pas vous accompagner sans utiliser mon médicament. Mais je suis de votre côté de tout mon cœur et je serre mon poing en signe de colère à cause de votre douleur et de votre souffrance. Mais je ne suis pas resté silencieux et comme un serviteur je vous soutien tous – vous – prisonniers politiques et suis avec vous pour faire aboutir vos revendications et supprimer l’oppression. J’exhorte notre cher peuple à demeurer à vos côtés et à vous soutenir.»

L’état physique du prisonnier politique Jafar Azimzadeh au 46e jour de sa grève de la faim a détérioré à un point où il perd souvent conscience et tombe par terre à cause de la faiblesse physique.

Malgré la gravité de son état, il continue de protester contre les conditions inhumaines en prison et le verdict cruel et injuste rendu par le pouvoir judiciaire du régime.

Cette protestation a également reçu du soutien de l’extérieur du système pénitentiaire iranien. Mais une manifestation des travailleurs et enseignants en plus de la famille d’Azimzadeh à l’extérieur de la prison d’Evin par a été dispersée de force le 11 Juin par les forces de sécurité du régime iranien.

M. Azimzadeh qui a été arrêté le 8 novembre 2015, purge actuellement une peine de prison de 6 ans dans le quartier 8 de la prison d’Evin pour avoir participé à des activités syndicales pacifiques et légitimes.

Le 27 mai, M. Azimzadeh a envoyé depuis la prison, une lettre ouverte à l’Organisation Internationale du Travail (OIT) dans laquelle il a fustigé les mauvais traitements infligés aux travailleurs par le régime iranien.

Le syndicat des conducteurs de bus de Téhéran, le syndicat des travailleurs de Téhéran et la compagnie des bus de banlieue (Sherkat-e Vahed), dans une déclaration le 24 mai, ont mis en garde en ce qui concerne la détérioration de la santé de M. Azimzadeh et ont appelé à sa libération de prison.

Une revendication essentielle de M. Azimzadeh et des syndicalistes des autres syndicats de travailleurs est que les autorités abandonnent l’accusation de « rassemblement et complot pour commettre des crimes contre la sécurité nationale » et autres accusations de sécurité nationale dans les dossiers d’activités syndicales.

M. Azimzadeh a envoyé une déclaration depuis la prison d’Evin suite à la libération sur caution de son compagnon prisonnier politique Ismail Abdi, secrétaire général de l’Association professionnelle des enseignants d’Iran (ITTA), faisant le serment de poursuivre sa grève de la faim jusqu’à ce que les « revendications des millions d’enseignants et de travailleurs » soient satisfaites.

Le Conseil National de la Résistance iranienne (CNRI), dans une déclaration en date du 24 mai a, une fois de plus, appelé tous les défenseurs des droits de l’Homme, particulièrement le Haut-Commissariat des droits de l’Homme, le Rapporteur spécial des Nations-Unies sur la torture et autres traitements cruels, inhumains et dégradants, le Rapporteur spécial chargé du droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale, le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’Homme en Iran et le groupe de travail sur la détention arbitraire, de prendre des mesures immédiates et efficaces pour assurer la libération des prisonniers politiques en grève de la faim en Iran, y compris M. Azimzadeh.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe