lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLes pertes du régime iranien en Syrie augmentent

Les pertes du régime iranien en Syrie augmentent

Les pertes du régime iranien en Syrie augmentent

Durant les 3 dernières semaines, une quarantaine de membres du Corps des gardiens de la Révolution (pasdaran) du régime iranien ont été tués en Syrie. Le journal Asharq al-Awsat a révélé que des commandants des pasdaran qui avaient refusé d’aller se battre en Syrie et ont été envoyées devant la cour martiale.

Le 7 novembre, site Internet « Mashreghnews » a annoncé que depuis le début du mois sacré de Muharram (depuis le 15 octobre), au moins 33 membres des pasdaran ont été tués en Syrie.

Selon une dépêche de l’agence de presse Fars datée du 5 novembre, à proximité de la ville d’Alep en Syrie, un véhicule des pasdaran a été touché par des roquettes de l’Armée syrienne libre et deux membres des pasdaran qui étaient à bord de ce véhicule ont été tués (l’un d’entre eux s’appelait Ghadir Sarlak).

Par ailleurs, l’agence de presse Fars a rapporté mercredi que trois autres membres des pasdaran ont été tuées en Syrie. Deux d’entre eux étaient des commandants d’une brigade des pasdaran composée de mercenaires afghans et la troisième était membre d’un régiment d’artillerie des pasdaran.

En comptabilisant les pertes annoncées par les médias du régime iranien, on constate qu’en e trois semaines (entre le 15 octobre et le 7 novembre), une quarantaine de membres des pasdaran ont été tués en Syrie.

Une source bien informée, dont les propos ont été cités dans un article du journal Asharq al-Awsat daté du novembre, a déclaré : « Les pasdaran qui refuseraient de partir en mission en Syrie sont virés du Corps des pasdaran et sont privés de tout emploi au sein des administrations et instances gouvernementales. Plusieurs commandants des pasdaran qui avaient refusé d’aller se battre en Syrie ont été envoyées devant la cour martiale.»

« Un certain nombre de commandants des pasdaran qui avaient l’âge de partir à la retrait ont demandé une retraite anticipée pour ne pas être envoyés en mission en Syrie », a précisé la source.

Le journal Asharq al-Awsat a ajouté : « Des pertes considérables au sein des différents Forces du Corps des pasdaran (Force Ghods, Force terrestre, Forces spéciales,…) a obligé le régime iranien à envoyer pour des missions militaires en Syrie des agents qui occupaient jusqu’à présent des postes administratifs au sein des pasdaran. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe