samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireLes pasdarans se prépare rapidement à la prolifération d’ADM

Les pasdarans se prépare rapidement à la prolifération d’ADM

Par Reza Shafa*

CNRI – Dans l’après-midi du 13 octobre, une série d’explosions a secoué le site militaire de Parchine dans les faubourgs du sud de Téhéran. En conséquence, plusieurs militaires du site ont été blessés. L’incendie qui a suivi l’explosion a rappelé à chacun que le Corps des gardiens de la révolution (le CGR) avance à toute vapeur dans sa quête d’armes de destruction massive (ADM). Les éclats qui se sont  détachés des missiles stockés dans les énormes entrepôts spécialement construits à cet effet, ont déclenché des incendies dans huit autres endroits, laissant s’échapper des colonnes de débris et de fumée.

Quatre militaires de la base identifiés comme étant Mostafa Nourizadeh, Alireza Verdi-Lou, Nasser Reza’i et Morteza Motahari, qui travaillaient sur des projets de missiles, ont été blessés et envoyés d’urgence à l’hôpital voisin.

Le complexe militaire de Parchine

Le complexe est situé à 30 km au sud de Téhéran. Il s’étend sur une soixantaine de kilomètres carrés. Les ateliers et les industries de la défense de Parchine appartiennent au ministère de la Défense (l’Organisation des Industries de la Défense, l’Organisation des Industries Aéronautique de l’Iran et l’Institution pour la Recherche et la Formation des Industries de la Défense).

Ce site gigantesque est divisé en onze projets pour la production d’armes et de munitions diverses :

• Les projets un et deux sont consacrés à la recherche et à la production d’armes chimiques.
• Le projet trois à la recherche et au développement de divers types de munitions.
• Le projet quatre au développement de missiles de croisière. Il est composé d’ateliers séparés : Chahid Moslemi, Chahid Sanyani, Chahid Fasihi, Chahid Rahemi et Chahid Alam-al-Hoda.
• Les projets cinq et six sont consacrés à la production d’armes chimiques.
• Le projet sept s’occupe de missiles de croisière industriels dans un immense atelier appelé Chahid Bakeri.
• Le projet huit produit aussi des armes chimiques et soutient le projet quatre. Il travaille particulièrement sur le développement de missiles de croisière.
• Le projet neuf fabrique des pièces de missile.
• Le projet dix appartient au Groupe de l’Industrie de la Défense aérienne et navale. Cependant le plus grand projet de recherche et de développement de Parchine se rapporte aux armes chimiques;
• Le dernier projet fabrique aussi des pièces de missiles.

Dans le projet de missiles de Parchine, en plus des missiles de croisière,  on fabrique des missiles comme Oqab (l’Aigle) et Naze’at, tous deux respectivement des missiles air-air et sol-air. On y produit aussi le carburant solide des missiles.

Certaines parties de Parchine sont consacrées à la recherche sur l’enrichissement d’uranium au laser. Le projet se déroule sous la supervision de deux ingénieurs Mohsen Fakhrizadeh et son associé Mohammad Bassam, deux experts du CGR. On estime qu’ils ont tous deux travaillé sur le développement d’armes nucléaires.

En février 2005, la Résistance iranienne a révélé l’existence du complexe de Parchine et de ses tunnels construits dans le plus grand secret. L’installation est dirigée par l’organisation Aérospatiale.

Le grand éventail d’activités militaires à Parchine ne s’arrête pas aux missiles industriels de différents types. On peut noter avec intérêt que le projet chimique est plongé dans la fabrication de la nouvelle génération d’explosifs de pénétration (EFP) dont la Force de Qods a passé une commande spéciale pour ses agents en Irak. Kalantari, un spécialiste et directeur du Contrôle de Qualité du projet cinq, supervise le processus industriel. 

Les terrains pour tester les nouveaux EFP se trouvent sur un terrain de manoeuvre militaire appelé Hessar Amir qui appartient au ministère de la Défense. Le champ est situé dans le complexe de Parchine. C’est le principal terrain d’essai pour tous les produits nouvellement fabriqués.

L’explosion à Parchine a mis en évidence les intentions funestes du CGR non seulement dans la prolifération d’armes de destruction massive, mais aussi dans la production d’EFP qui pose un problème plus aigu en Irak.

*Reza Shafa est un expert des réseaux de renseignements du régime iranien, en Iran et à l’étranger. Il a mené des recherches poussées sur le VEVAK, les services secrets du CGR et la force Qods. Il contribue actuellement au site du CNRI.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe