jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes manifestants souhaitent que l'Union européenne et la France sanctionnent l'Iran

Les manifestants souhaitent que l’Union européenne et la France sanctionnent l’Iran

Paris, 9 octobre 2010France3, 9 octobre, 19/20 national –  Nous sommes à la veille de la Journée mondiale contre la peine de mort, une manifestation vient d’avoir lieu place de la Bastille pour dénoncer la condamnation à mort de six prisonniers politiques en Iran. Parmi eux une femme, mère de deux enfants, une des premières manifestantes à avoir été arrêtée lors du mouvement de protestation de 2009.

Paris 9 octobre 2010 France3, 9 octobre, 19/20 national –  Nous sommes à la veille de la Journée mondiale contre la peine de mort, une manifestation vient d’avoir lieu place de la Bastille pour dénoncer la condamnation à mort de six prisonniers politiques en Iran. Parmi eux une femme, mère de deux enfants, une des premières manifestantes à avoir été arrêtée lors du mouvement de protestation de 2009.

Reportage de Luc Lagun-Bouchet

Homeira Vazehan : « tous les matins, je me pose la même question, ma sœur a-t-elle été exécutée, est-elle encore vivante ? »

Homeira Vazehan est à Paris pour tenter de sauver sa sœur. Sa sœur Farah arrêtée à Téhéran en décembre 2009, pour avoir envoyé sur des sites internet des images de manifestations d’opposants au régime. Condamnée à mort en aout dernier, elle attend désormais son exécution à la prison d’Evine, une prison qu’Homeira a connue en 1980.

Homeira Vazehan : « quand j’avais 15 ans,  j’ai moi-même passé quatre ans dans les prisons du régime et elle Farah venait devant la prison tous les matins pour essayer de me voir, et maintenant c’est normal, c’est à moi de me battre pour la faire sortir de là. »

De nombreux détenus sont actuellement dans le couloir de la mort pour avoir participé aux manifestations de décembre 2009. Farah Vazehan est la première d’une longue série à avoir été condamnée à mort sous l’accusation de Mohareb, ennemi de Dieu.

Homeira Vazehan : «Je sais qu’elle subit une très forte pression, je sais qu’elle sera exécutée, je l’aime beaucoup. Je suis inquiète. Mais je suis sûre qu’elle résiste. »

Plus que jamais l’Iran est dans le collimateur des associations qui luttent pour l’abolition de la peine de mort.  L’an dernier l’Iran a exécuté environ 400 personnes, plus d’une par jour en moyenne.

Renée Le Mignot, co-présidente du MRAP : « Même la Chine est en train de régresser par rapport au nombre total d’exécution. L’Iran est le seul pays où les exécutions augmentent et où ils visent bien évidemment en premier lieu les opposants et tous ceux qui veulent établir une démocratie en Iran. »

Les manifestants souhaitent que l’Union européenne et la France sanctionnent l’Iran. Pour l’instant, seul un moratoire pour l’application de la peine de mort est envisagé.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe