lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLes anciens Commandants militaires américains qui Servirent au Camp d’Ashraf rejettent les...

Les anciens Commandants militaires américains qui Servirent au Camp d’Ashraf rejettent les allégations « absurdes » de l’Avocat du Département d’État contre les résidents du camp

10 mai 2012 / PRNewswire – Les allégations de l’avocat du Département d’Etat sur le manque d’accès et le soupçon quant à l’existence d’armes et de munitions au camp d’Achraf sont absurdes et sont une insulte au professionnalisme et à l’intégrité des troupes américaines qui ont servi au camp d’Achraf, les anciens hauts commandants militaires américains le disent dans un communiqué, dont une copie a été fournie au comité américaine pour les résidents du camp d’Achraf (USCCAR).

Le Camp d’Achraf est un lieu de résidence temporaire pour les membres du groupe d’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI).

Au cours de l’ audience du 8 mai devant la Cour d’appel américaine pour le District de Columbia, le procureur du département américain a suscité l’indignation parmi les anciens commandants militaires américains – postés au camp d’Achraf de 2004 à 2009 – quand il a allégué que des armes et des munitions pourraient être cachés dans le camp d’Achraf en Irak.

 Dans une déclaration commune, le général de brigade David Phillips (à la retraite), ancien chef de l’École de politique militaire de Fort Leonard Wood et ancien commandant de toutes les opérations de police en Irak, qui comprenait la protection du camp d’Achraf jusqu’en 2006, et le colonel Martin Wesley (à la retraite) ancien officier de la force de protection antiterroriste pour toutes les forces de la coalition en Irak et le premier colonel en charge du camp d’Achraf en 2006, qui ont assisté à l’audience, ainsi que le lieutenant-colonel Leo Mc Closkey (à la retraite), commandant de la Joint Interagency Task Force au camp d’Achraf jusqu’à Janvier 2009, ont décrit les commentaires faits l’avocat du Département d’Etat Robert Loeb comme «absurdes» et comme un «dénigrement vis-à-vis de l’admirable travail des milliers d’américains en service qui protégèrent le camp d’Achraf et vérifièrent que ses habitants n’étaient pas armés. »

La Cour a statué il ya deux ans que la désignation de l’OMPI en tant qu’ organisation terroriste étrangère (FTO) par le gouvernement américain était en violation de la Constitution. Elle envisage maintenant la rédaction d’un mandat de la cour suprême déposé par les avocats de l’OMPI, en lui demandant d’ordonner au Secrétaire d’Etat de se conformer au jugement de la Cour de juillet 2010 et de supprimer le groupe de la liste FTO. Phillips, Martin et Mc Closkey font partie des 21 ex-hauts responsables américains à la sécurité nationale du gouvernement, des agents anti-terroristes, des militaires et des officiers chargés de l’application de la loi qui ont déposé une lettre de soutien à la Cour en faveur de la radiation de l’OMPI.

Au cours de 40 minutes embarrassantes d’interrogatoire serré d’ un panel de trois juges, Loeb a fait remarquer que l’armée américaine n’avait «jamais été en mesure de l’inspecter (le camp d’Achraf) . Il a également déclaré que les résidents du camp d’Achraf ne permettaient pas à l’armée américaine d’inspecter le camp. de l’OMPI n’a pas permis d’inspection…. Ils n’ont pas permis une sorte d’inspection intérieure pour rechercher les cachettes d’armes ou en réalité les désarmer de l’intérieur ». Il a également affirmé que l’armée américaine avait été incapable de vérifier que de l’OMPI avait désarmé.

Les commandants ont rejeté catégoriquement les allégations de l’avocat du Département d’Etat. « Ayant servi à Achraf lors de plusieurs tournées de service en Irak, nous avons souvent inspecté le camp tout entier sans aucune entrave et nous n’avons trouvé aucun signe d’armes ou de munitions, ni aucun plan ou intention d’acquérir des armes ou d’utiliser la violence » ont souligné les officiers. « Ces inspections ont été menées de façon impromptue et sans préavis. En tout temps et lors de chaque inspection, les dirigeants et les résidents d’Achraf ont pleinement coopéré avec les commandants des forces américaines » ont-ils ajouté. Ironie du sort, le Département d’Etat n’a jamais contesté aucun de ces faits, qui faisaient déjà partie du dossier.

Les officiers de l’armée ont réitéré : « Même après que la protection d’Achraf ait été remise au gouvernement irakien début 2009, les forces irakiennes ont utilisé des chiens renifleurs pour effectuer pendant trois jours, pouce par pouce, une investigation de l’ensemble du camp en Avril 2009 et ont remis une attestation écrite selon laquelle qu’il n’y avait pas d’armes dans le camp. »

En 2003, les résidents du camp d’Achraf ont volontairement remis toutes leurs armes aux États-Unis après avoir reçu la confiance et l’engagement solennel écrit des États-Unis afin de les protéger. À la suite du désarmement complet du camp d’Achraf, le Commandement central américain, le CENTCOM, a publié une déclaration le 17 mai 2003, faisant l’éloge de la coopération des résidents d’Achraf et des membres de l’OMPI dans le processus de désarmement et la décrivant comme une contribution majeure à la réalisation de la paix pour le peuple d’Irak.

Les commandants à la retraite de l’armée américaine ont considéré les allégations infondées du Département d’Etat « comme un stratagème désespéré pour justifier le mépris de la loi de la part du ministère et de son non-respect de l’arrêt de juillet 2010 de la cour d’appel du District de Colombia, qui a ordonné une évaluation rapide de la désignation terroriste ». Les agents décrivent  la désignation comme «illégitime, illégale, contraire à l’éthique et injustifiée. »

La décision prise par le Gouvernement des États-Unis de lister l’OMPI remonte à 1997 comme une tentative d’apaiser le régime en Iran et a été le principal facteur dans la répression et de la violation des droits des résidents d’Achraf par le gouvernement irakien de Nuri Al Maliki. La désignation a également donné l’autorisation aux troupes irakiennes de massacrer des dizaines de résidents sans défense à Achraf et blessa des centaines de plus dans deux attaques éhontées sur le camp en 2009 et en 2011.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe