samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLes 7 otages d’Achraf, prix de la complaisance des USA avec l’Iran...

Les 7 otages d’Achraf, prix de la complaisance des USA avec l’Iran ? – R. Giuliani

CNRI – « Notre échec à protester contre le massacre de 52 innocents, à protester contre la détention des sept otages en ce moment en Irak, me disent que nous pouvons très bien nous diriger non pas vers des négociations mais vers la complaisance », a regretté Rudy Giuliani, le 24 septembre, à New York, ville dont il a été le maire.

Il s’exprimait devant un rassemblement imposant d’Iraniens qui manifestaient devant l’ONU pour protester contre la venue de Rohani, le nouveau président des mollahs, criminels aux mains pleines. Ils demandaient aussi à l’ONU d’ouvrir une enquête sur le massacre du 1er septembre au camp d’Achraf en Irak, de briser son silence pour libérer 7 réfugiés iraniens retenus en otages par le gouvernement irakien sur ordre de Téhéran.

De nombreuses personnalités de premier plan sont intervenues aussi ce jour-là. Voici les moments forts de l’intervention de Rudy Giuliani.

Alors que nous regardons les médias du monde et beaucoup de nos dirigeants politiques tomber sous le charme des mollahs une fois de plus, pendant que Rohani parle de modération, faisons en sorte, dans notre désir de solution pacifique, de ne pas nous réveiller en nous retrouvant avec un régime iranien doté de l’arme nucléaire parce que c’est ce vers quoi nous nous dirigeons actuellement. J’ai bien peur que nous soyons tous en train de nous en rapprocher, prêts à faire à nouveau les mêmes erreurs.

Des lignes rouges qui sont tracées et ensuite ignorées sans prendre en compte les dommages que cela porte à notre crédibilité de pays. Pour l’éviter, commençons par regarder en face la réalité en soulevant quelques questions qui font peur à d’autres. Tandis que nous nous rassemblons ici devant les Nations Unies, il y a sept courageux résistants iraniens, six femmes et un homme, retenus en otages en Irak en ce moment, pour être livrés à l’Iran où ils vont être traînés dans un procès et vous savez quelle sera l’issue du procès.

Cela fait suite au massacre du 1er septembre, l’attaque sauvage contre le camp d’Achraf, où cinquante-deux personnes ont été tuées par les forces irakiennes avec la complicité de l’Iran. Si quelqu’un a le moindre doute sur le responsable de cette attaque, de ce massacre … Des personnes abattues avec des menottes … Des personnes abattues les mains liées derrière le dos … Des corps gisant sur le sol d’une salle d’hôpital … abattus dans une salle d’urgences … Une femme avec un trou dans la tête, clairement victime d’un coup de grâce, et une autre femme abattue portant sa carte qui montre qu’elle était une personne protégée. Protégée par mon pays, par notre pays, les États-Unis d’Amérique.

Chacune de ces cinquante-deux personnes ainsi que les sept otages ont reçu la promesse d’être protégés par les États-Unis et les Nations Unies, et dans chaque cas jusqu’à présent, l’ONU et les États-Unis ont tourné le dos aux massacres. Cela doit cesser ! Ces promesses de protection ont été d’abord faites par notre armée, puis par notre Département d’État, et encore l’année dernière, par notre Secrétaire d’État Hilary Clinton. Toutes ces personnes ont reçu la promesse d’être protégées par les États-Unis d’Amérique et je crains qu’il soit désormais devenu gênant de respecter nos promesses parce que cela interférerait avec un agenda de négociations à tout prix.

Savez-vous comment on appelle un agenda de négociations à tout prix ? Cela s’appelle la complaisance. Cela s’appelle la reddition. Et je crains que ces meurtres, ces tueries ne soient pas une coïncidence. La dernière fois que le régime iranien a tenté de nous berner sur ses ambitions nucléaires, qui a révélé ses mensonges ? Qui a dévoilé sa dissimulation ? Qui a porté à l’attention du monde que pendant que Rohani négociait dans le passé, le régime iranien continuait l’enrichissement et son objectif de devenir une puissance nucléaire ? Qui a révélé tout cela ? L’OMPI a révélé tout cela.

Eh bien, si vous vous préparez à nous berner à nouveau, quelle meilleure manière y a-t-il de s’assurer que vous arrêterez l’information venant d’Iran, qu’en massacrant, qu’en tuant cinquante-deux personnes le 1er septembre, tout en vous préparant à ces soi-disant négociations ? Vous vous assurer que les gens comprennent ce qui leur arrivera s’ils donnent des informations sur les mensonges du régime iranien.

Quelle meilleure manière que celle de prendre sept otages et de les ramener en Iran pour leur faire un procès et les pendre en public ?

Et lorsque nous examinons toutes les preuves, il est clair, tout comme la précédente attaque, que ces innocents qui sont sous la protection des États-Unis et de l’ONU ont été massacrées par les forces irakiennes de Maliki sur ordre de l’Iran. Il est temps pour les États-Unis de s’élever et d’agir avant de s’engager dans toutes sortes de négociations avec ces meurtriers de sang froid. Si nous voulons aborder ces négociations avec maturité et réalisme, nous devons reconnaître que le régime iranien nous a déjà menés en bateau et nous a bernés par le passé. Et si nous leur permettons de nous berner encore, alors nous sommes des dupes.

Ils ont négocié avec les États-Unis et l’Occident en surface, et Rohani a écrit et reconnu que c’était une arnaque totale. Tandis qu’ils négociaient avec nous en surface, ils enrichissaient l’uranium en secret. C’est ce qu’ils vont peut-être faire à nouveau. Et la raison pour laquelle ils se livrent à de tels massacres aujourd’hui, c’est pour décourager ceux et celles qui ont permis de faire la vérité.

L’OMPI pose un sérieux risque de faire capoter leur plan. Si quelqu’un pense que l’OMPI n’est pas une menace pour le régime en Iran, il n’a qu’à regarder ce que l’Iran a fait à l’OMPI – les gens qui sont tués, les gens qui sont massacrés, les menaces publiées. Par conséquent, pourquoi est-ce que je pense que le massacre du 1er septembre n’était pas un accident ? Ou que la prise de sept otages n’est pas un accident ? C’est comme une exécution de la mafia. Tuer les gens afin de soumettre au silence d’autres gens, et nous ne devrions pas le permettre. Le monde ne devrait pas le permettre. L’ONU ne devrait pas le permettre et bien sûr les États-Unis ne devraient pas le permettre.

Tandis que Rohani sourit et prononce des paroles de modération, levons le voile. Rohani est un soutien à ce régime meurtrier depuis le tout début. En 1994, Rohani était le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale lorsque l’Iran a dirigé l’attentat à la bombe contre le centre culturel juif à Buenos Aires. Cinquante-huit innocents ont été tués parce qu’elles étaient juives, avec Rohani assis au sommet, naturellement au courant de cela, naturellement impliqué dans cela. Il a leur sang sur ses mains et simplement souhaiter aux gens un joyeux Rochachana n’efface pas le sang de ces martyrs juifs des mains de Rohani.

Il était secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale lorsque l’Iran a orchestré l’attaque contre les tours Khobar en 1996, tuant 19 militaires américains. Le sang de ces militaires américains est sur les mains de Rohani. Sourire n’efface pas le sang de nos innocents et honnêtes militaires massacrés par Rohani. Le président des États-Unis devrait se rappeler, avant de considérer serrer la main de cet homme, combien de sang il a sur les mains.

Nous devons exiger nettement davantage de Rohani avant même de penser à négocier avec lui, que simplement son sourire à notre égard et le fait de nous dire qu’il est modéré. Et notre échec à protester contre le massacre de 52 innocents le 1er septembre, et notre échec à protester contre la détention des sept otages en ce moment en Irak, et notre réticence à secourir les milliers d’honnêtes gens [à Liberty], notre incapacité à les secourir me disent que nous pouvons très bien nous diriger non pas vers des négociations mais vers la complaisance. Afin de nous assurer que nous ne sommes pas à nouveau bernés, que sous l’apparence de négocier, nous ne cherchons pas à complaire à ces meurtriers.

Voici les étapes qui doivent être entreprises tout de suite :

Premièrement, nous devons exiger que Rohani appelle officiellement l’Irak et Maliki à libérer les sept personnes en ce moment détenues en otages. Les libérer immédiatement. Pas de rencontres. Pas de discussions. Pas de mains serrées. Pas d’aide. Pas d’assistance. Pas de sourires, jusqu’à ce qu’elles soient libérées.

Deuxièmement, les États-Unis doivent tenir leur promesse et respecter la parole donnée, et ils doivent immédiatement envoyer des avions en Irak pour ramener toutes les personnes qui sont au camp Liberty afin qu’elles ne deviennent pas des victimes comme les cinquante-deux qui sont mortes le1er septembre. Nous leur devons cela. Il s’agit de notre devoir. Nous avons donné notre parole. Au lieu de nous soucier tellement de ne pas offenser nos ennemis, et si nous essayions d’être loyal vis-à-vis de nos amis ? Et si nous essayions de tenir notre parole ?

Troisièmement, un tribunal spécial devrait être immédiatement convoqué pour commencer une investigation et inculper pour crimes contre l’humanité les Irakiens et leurs comploteurs iraniens qui sont responsables des atrocités du 1er septembre, ainsi que des précédentes attaques contre les personnes au camp Liberty et au camp d’Achraf. Cela ne devrait pas passer inaperçu ; nous ne devrions pas tourner le dos La justice exige que ces personnes soient traduite devant un tribunal, que ces gens soient tenues pour responsables de ces atrocités contre l’humanité qui sont jusqu’à maintenant ignorées.

Et enfin, quatrièmement, après la libération des otages, après le transfert des personnes restant et après l’amorce de l’enquête sur ces atrocités, seulement et seulement à ce moment-là, les États-Unis devraient s’engager dans un processus avec l’Iran. Mais cela devrait suivre ce cours, avant de dire quoi que ce soit, de faire quoi que ce soit, ou d’assouplir les sanctions. Rohani devra nous fournir une description complète de tous les sites nucléaires. Les inspections devront commencer et les inspections devront continuer pendant un certain nombre de mois afin de nous assurer qu’il y aura de véritables inspections, pas le genre d’inspections interrompues que nous avons eues précédemment. Et seulement alors, seulement après avoir eu une liste complète de toutes les installations nucléaires, un récit des inspections, de réelles preuves qu’ils se dirigent dans l’autre direction et s’éloignent de l’objectif de devenir une puissance nucléaire, à ce moment-là et seulement à ce moment-là devrions-nous commencer à négocier avec eux.

Ronald Reagan a déclaré : « Faites confiance mais vérifiez. » Mais il s’agissait d’époques et de personnes différentes.

Ici, je pense que nous devrions dire, vérifions d’abord, puis vérifions encore, ensuite vérifions une troisième fois, et alors commençons un processus où vous vous engagez vraiment à démonter vos installations nucléaires. Et à ce moment-là et seulement à ce moment-là devrons-nous négocier. Et nous ne ferons jamais confiance. Nous ne ferons jamais confiance à des meurtriers de sang froid à moins d’être des dupes. Pas de confiance.

Un mot pour les personnes qui écoutent au camp Liberty. Votre sacrifice pour la liberté est admirée par nous tous qui attachons beaucoup de valeur à la liberté et sommes assez mûrs pour comprendre que le prix de la liberté incombe malheureusement à un petit nombre qui doit faire ce sacrifice.

La liberté vient avec un prix très élevé et malheureusement les personnes à Liberty paient ce prix. Mais ne perdez pas espoir. Votre cause est juste, votre courage exemplaire, vos principes admirables, et tandis que l’histoire de votre grande nation, la Perse, est écrite, vos sacrifices, votre courage, vos idéaux prévaudront sur ces meurtriers de sang froid qui ont détourné votre nation et l’ont remplie de sang. Cela se terminera et vous serez des héros, vous serez ceux qui se sont soulevés pour la liberté et la morale. Mon admiration pour vous est immense et ma reconnaissance envers tout ce que vous avez fait est éternelle. Vous êtes tous des héros.

Normal 0 false false false EN-US X-NONE AR-SA MicrosoftInternetExplorer4

Les 7 otages d’Achraf, prix de la complaisance des USA avec l’Iran ? – R. Giuliani

CNRI – « Notre échec à protester contre le massacre de 52 innocents, à protester contre la détention des sept otages en ce moment en Irak, me disent que nous pouvons très bien nous diriger non pas vers des négociations mais vers la complaisance », a regretté Rudy Giuliani, le 24 septembre, à New York, ville dont il a été le maire.

Il s’exprimait devant un rassemblement imposant d’Iraniens qui manifestaient devant l’ONU pour protester contre la venue de Rohani, le nouveau président des mollahs, criminels aux mains pleines. Ils demandaient aussi à l’ONU d’ouvrir une enquête sur le massacre du 1er septembre au camp d’Achraf en Irak, de briser son silence pour libérer 7 réfugiés iraniens retenus en otages par le gouvernement irakien sur ordre de Téhéran.

De nombreuses personnalités de premier plan sont intervenues aussi ce jour-là. Voici les moments forts de l’intervention de Rudy Giuliani.

Alors que nous regardons les médias du monde et beaucoup de nos dirigeants politiques tomber sous le charme des mollahs une fois de plus, pendant que Rohani parle de modération, faisons en sorte, dans notre désir de solution pacifique, de ne pas nous réveiller en nous retrouvant avec un régime iranien doté de l’arme nucléaire parce que c’est ce vers quoi nous nous dirigeons actuellement. J’ai bien peur que nous soyons tous en train de nous en rapprocher, prêts à faire à nouveau les mêmes erreurs.

Des lignes rouges qui sont tracées et ensuite ignorées sans prendre en compte les dommages que cela porte à notre crédibilité de pays. Pour l’éviter, commençons par regarder en face la réalité en soulevant quelques questions qui font peur à d’autres.

Tandis que nous nous rassemblons ici devant les Nations Unies, il y a sept courageux résistants iraniens, six femmes et un homme, retenus en otages en Irak en ce moment, pour être livrés à l’Iran où ils vont être traînés dans un procès et vous savez quelle sera l’issue du procès.

Cela fait suite au massacre du 1er septembre, l’attaque sauvage contre le camp d’Achraf, où cinquante-deux personnes ont été tuées par les forces irakiennes avec la complicité de l’Iran. Si quelqu’un a le moindre doute sur le responsable de cette attaque, de ce massacre … Des personnes abattues avec des menottes … Des personnes abattues les mains liées derrière le dos … Des corps gisant sur le sol d’une salle d’hôpital … abattus dans une salle d’urgences … Une femme avec un trou dans la tête, clairement victime d’un coup de grâce, et une autre femme abattue portant sa carte qui montre qu’elle était une personne protégée. Protégée par mon pays, par notre pays, les États-Unis d’Amérique.

Chacune de ces cinquante-deux personnes ainsi que les sept otages ont reçu la promesse d’être protégés par les États-Unis et les Nations Unies, et dans chaque cas jusqu’à présent, l’ONU et les États-Unis ont tourné le dos aux massacres. Cela doit cesser ! Ces promesses de protection ont été d’abord faites par notre armée, puis par notre Département d’État, et encore l’année dernière, par notre Secrétaire d’État Hilary Clinton. Toutes ces personnes ont reçu la promesse d’être protégées par les États-Unis d’Amérique et je crains qu’il soit désormais devenu gênant de respecter nos promesses parce que cela interférerait avec un agenda de négociations à tout prix.

Savez-vous comment on appelle un agenda de négociations à tout prix ? Cela s’appelle la complaisance. Cela s’appelle la reddition. Et je crains que ces meurtres, ces tueries ne soient pas une coïncidence. La dernière fois que le régime iranien a tenté de nous berner sur ses ambitions nucléaires, qui a révélé ses mensonges ? Qui a dévoilé sa dissimulation ? Qui a porté à l’attention du monde que pendant que Rohani négociait dans le passé, le régime iranien continuait l’enrichissement et son objectif de devenir une puissance nucléaire ? Qui a révélé tout cela ? L’OMPI a révélé tout cela.

Eh bien, si vous vous préparez à nous berner à nouveau, quelle meilleure manière y a-t-il de s’assurer que vous arrêterez l’information venant d’Iran, qu’en massacrant, qu’en tuant cinquante-deux personnes le 1er septembre, tout en vous préparant à ces soi-disant négociations ? Vous vous assurer que les gens comprennent ce qui leur arrivera s’ils donnent des informations sur les mensonges du régime iranien.

Quelle meilleure manière que celle de prendre sept otages et de les ramener en Iran pour leur faire un procès et les pendre en public ?

Et lorsque nous examinons toutes les preuves, il est clair, tout comme la précédente attaque, que ces innocents qui sont sous la protection des États-Unis et de l’ONU ont été massacrées par les forces irakiennes de Maliki sur ordre de l’Iran. Il est temps pour les États-Unis de s’élever et d’agir avant de s’engager dans toutes sortes de négociations avec ces meurtriers de sang froid. Si nous voulons aborder ces négociations avec maturité et réalisme, nous devons reconnaître que le régime iranien nous a déjà menés en bateau et nous a bernés par le passé. Et si nous leur permettons de nous berner encore, alors nous sommes des dupes.

Ils ont négocié avec les États-Unis et l’Occident en surface, et Rohani a écrit et reconnu que c’était une arnaque totale. Tandis qu’ils négociaient avec nous en surface, ils enrichissaient l’uranium en secret. C’est ce qu’ils vont peut-être faire à nouveau. Et la raison pour laquelle ils se livrent à de tels massacres aujourd’hui, c’est pour décourager ceux et celles qui ont permis de faire la vérité.

L’OMPI pose un sérieux risque de faire capoter leur plan. Si quelqu’un pense que l’OMPI n’est pas une menace pour le régime en Iran, il n’a qu’à regarder ce que l’Iran a fait à l’OMPI – les gens qui sont tués, les gens qui sont massacrés, les menaces publiées. Par conséquent, pourquoi est-ce que je pense que le massacre du 1er septembre n’était pas un accident ? Ou que la prise de sept otages n’est pas un accident ? C’est comme une exécution de la mafia. Tuer les gens afin de soumettre au silence d’autres gens, et nous ne devrions pas le permettre. Le monde ne devrait pas le permettre. L’ONU ne devrait pas le permettre et bien sûr les États-Unis ne devraient pas le permettre.

Tandis que Rohani sourit et prononce des paroles de modération, levons le voile. Rohani est un soutien à ce régime meurtrier depuis le tout début. En 1994, Rohani était le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale lorsque l’Iran a dirigé l’attentat à la bombe contre le centre culturel juif à Buenos Aires. Cinquante-huit innocents ont été tués parce qu’elles étaient juives, avec Rohani assis au sommet, naturellement au courant de cela, naturellement impliqué dans cela. Il a leur sang sur ses mains et simplement souhaiter aux gens un joyeux Rochachana n’efface pas le sang de ces martyrs juifs des mains de Rohani.

Il était secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale lorsque l’Iran a orchestré l’attaque contre les tours Khobar en 1996, tuant 19 militaires américains. Le sang de ces militaires américains est sur les mains de Rohani. Sourire n’efface pas le sang de nos innocents et honnêtes militaires massacrés par Rohani. Le président des États-Unis devrait se rappeler, avant de considérer serrer la main de cet homme, combien de sang il a sur les mains.

Nous devons exiger nettement davantage de Rohani avant même de penser à négocier avec lui, que simplement son sourire à notre égard et le fait de nous dire qu’il est modéré. Et notre échec à protester contre le massacre de 52 innocents le 1er septembre, et notre échec à protester contre la détention des sept otages en ce moment en Irak, et notre réticence à secourir les milliers d’honnêtes gens [à Liberty], notre incapacité à les secourir me disent que nous pouvons très bien nous diriger non pas vers des négociations mais vers la complaisance. Afin de nous assurer que nous ne sommes pas à nouveau bernés, que sous l’apparence de négocier, nous ne cherchons pas à complaire à ces meurtriers.

Voici les étapes qui doivent être entreprises tout de suite :

Premièrement, nous devons exiger que Rohani appelle officiellement l’Irak et Maliki à libérer les sept personnes en ce moment détenues en otages. Les libérer immédiatement. Pas de rencontres. Pas de discussions. Pas de mains serrées. Pas d’aide. Pas d’assistance. Pas de sourires, jusqu’à ce qu’elles soient libérées.

Deuxièmement, les États-Unis doivent tenir leur promesse et respecter la parole donnée, et ils doivent immédiatement envoyer des avions en Irak pour ramener toutes les personnes qui sont au camp Liberty afin qu’elles ne deviennent pas des victimes comme les cinquante-deux qui sont mortes le1er septembre. Nous leur devons cela. Il s’agit de notre devoir. Nous avons donné notre parole. Au lieu de nous soucier tellement de ne pas offenser nos ennemis, et si nous essayions d’être loyal vis-à-vis de nos amis ? Et si nous essayions de tenir notre parole ?

Troisièmement, un tribunal spécial devrait être immédiatement convoqué pour commencer une investigation et inculper pour crimes contre l’humanité les Irakiens et leurs comploteurs iraniens qui sont responsables des atrocités du 1er septembre, ainsi que des précédentes attaques contre les personnes au camp Liberty et au camp d’Achraf. Cela ne devrait pas passer inaperçu ; nous ne devrions pas tourner le dos La justice exige que ces personnes soient traduite devant un tribunal, que ces gens soient tenues pour responsables de ces atrocités contre l’humanité qui sont jusqu’à maintenant ignorées.

Et enfin, quatrièmement, après la libération des otages, après le transfert des personnes restant et après l’amorce de l’enquête sur ces atrocités, seulement et seulement à ce moment-là, les États-Unis devraient s’engager dans un processus avec l’Iran. Mais cela devrait suivre ce cours, avant de dire quoi que ce soit, de faire quoi que ce soit, ou d’assouplir les sanctions. Rohani devra nous fournir une description complète de tous les sites nucléaires. Les inspections devront commencer et les inspections devront continuer pendant un certain nombre de mois afin de nous assurer qu’il y aura de véritables inspections, pas le genre d’inspections interrompues que nous avons eues précédemment. Et seulement alors, seulement après avoir eu une liste complète de toutes les installations nucléaires, un récit des inspections, de réelles preuves qu’ils se dirigent dans l’autre direction et s’éloignent de l’objectif de devenir une puissance nucléaire, à ce moment-là et seulement à ce moment-là devrions-nous commencer à négocier avec eux.

Ronald Reagan a déclaré : « Faites confiance mais vérifiez. » Mais il s’agissait d’époques et de personnes différentes.

Ici, je pense que nous devrions dire, vérifions d’abord, puis vérifions encore, ensuite vérifions une troisième fois, et alors commençons un processus où vous vous engagez vraiment à démonter vos installations nucléaires. Et à ce moment-là et seulement à ce moment-là devrons-nous négocier. Et nous ne ferons jamais confiance. Nous ne ferons jamais confiance à des meurtriers de sang froid à moins d’être des dupes. Pas de confiance.

Un mot pour les personnes qui écoutent au camp Liberty. Votre sacrifice pour la liberté est admirée par nous tous qui attachons beaucoup de valeur à la liberté et sommes assez mûrs pour comprendre que le prix de la liberté incombe malheureusement à un petit nombre qui doit faire ce sacrifice.

La liberté vient avec un prix très élevé et malheureusement les personnes à Liberty paient ce prix. Mais ne perdez pas espoir. Votre cause est juste, votre courage exemplaire, vos principes admirables, et tandis que l’histoire de votre grande nation, la Perse, est écrite, vos sacrifices, votre courage, vos idéaux prévaudront sur ces meurtriers de sang froid qui ont détourné votre nation et l’ont remplie de sang. Cela se terminera et vous serez des héros, vous serez ceux qui se sont soulevés pour la liberté et la morale. Mon admiration pour vous est immense et ma reconnaissance envers tout ce que vous avez fait est éternelle. Vous êtes tous des héros.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe