lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLe massacre d’Achraf montre la haine abominable du régime iranien – Vidal-Quadras

Le massacre d’Achraf montre la haine abominable du régime iranien – Vidal-Quadras

CNRI – « Il y a 10 minutes, j’ai eu une conversation téléphonique avec un membre du cabinet de la baronne Ashton. II m’a dit qu’ils sont en train de faire tout ce qu’ils peuvent. Je lui ai dit que nous attendions de la part de la haute représentante cet après-midi d’envoyer un message très clair à ce gouvernement criminel irakien », a déclaré Alejo Vaidal-Quadras, vice-président du Parlement européen le 11 septembre à Strabourg.

Il s’exprimait dans une réunion organisée par l’intergroupe parlementaire des « Amis d’un Iran Libre ». Voici les moments forts de son intervention :

 « D’envoyer un message très clair à ce gouvernement criminel irakien dans le sens où si ces 7 personnes, hommes et femmes, ne sont pas libérées et mis sous la protection des Nations unies ou de l’Union européenne, immédiatement, cela aura de graves conséquences à la fois diplomatiques et financières pour le gouvernement irakien.

« Et si ces gens sont emmenés en Iran est assassinés, l’Union européenne fera tout ce qui est en son possible pour faire traduire les Irakiens responsables devant la justice. Toute autre chose que cela est une perte de temps.

« Ce massacre n’est pas seulement un crime, je pense que c’est un crime affreux, parce que la manière dont il a été effectué, avec une pareille cruauté, avec ce manque total d’humanité, montre que la haine du régime iranien et la soumission absolue du gouvernement irakien aux mollahs sont abominables.

« Je me suis rendu à Achraf en 2008 avec Tune Kelam et j’ai rencontré votre fils, Mme Bolourchi (qui a été tué le 1er septembre avec 51 autres Achrafiens). Cela me sidère que la baronne Ashton veuille dialoguer avec un assassin. Nous ressentons une telle frustration, pas seulement de la colère mais aussi la frustration. Et franchement c’est une des choses les plus tristes, probablement l’expérience la plus triste de ma vie politique.

Je suis d’accord avec le dirigeant historique de l’opposition Massoud Radjavi, quand il dit que dans ces attaques à Achraf et Liberty contre des gens sans armes et sans défense, les mollahs envoient un message clair au reste du monde. Ils nous disent où se trouve la véritable opposition efficace au régime. Et bien sûr ce n’est pas du tout un soulagement pour ces crimes, mais c’est un argument puissant pour tous ceux qui essaient de minimiser l’importance du CNRI.

« Après deux ans d’avertissements continuels, nous avons envoyé des centaines de lettres, appelées de multiples fois, donné d’innombrables coups de fil, et avons eu des conversations avec la haute représentante et ses conseillers, rien n’a été fait.

« Nous leur avons dit qu’ils allaient être tués et qu’ils seront massacrés. Il y a eu une attaque, et une autre attaque et encore une attaque, et la réaction a été si faible qu’ils ont fini par faire ce qu’ils ont fait le 1er septembre, c’est-à-dire de tirer une balle dans la tête de personnes les mains attachées, de les tuer sur une table d’opération. Il faut vraiment être inhumain pour tirer une balle dans la tête d’une personne sur une table d’opération, parce qu’elle est blessée. C’est quelque chose qui nous ramène à la deuxième guerre mondiale, dans les camps nazis. C’est horrible.

« Aussi la ce chose que nous pouvons faire ici, malheureusement parce que nous ne pouvons pas aller en Irak pour les protéger, parce qu’on ne nous permettrait pas d’entrer dans le pays, cette chose que nous pouvons faire et que nous ferons, c’est d’insister, de faire pression sur notre haute représentante, et sur les Nations unies, sur les États-Unis afin de sauver la vie de ces sept personnes, dont six femmes. Cela pourra peut-être arrêter le prochain crime, si la pression est assez forte. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe