jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLe « Camp d'Achraf » est au nombre des intérêts nationaux de...

Le « Camp d’Achraf » est au nombre des intérêts nationaux de l’Irak ‘ presse koweitienne

 Par Davoud Basri

Al-Siyassah (quotidien koweitien), 21 mars – extraits – Craignant de plus amples développements, l’Iran veut clore l’affaire des « Moudjahidin-e Khalq » [l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran – OMPI] en Irak.

L’insistance du conseiller irakien à la sécurité nationale, M. Movaffagh al-Roba’i, qui est un employé des Américains dans le gouvernement irakien, pour mettre fin à la présence de l’OMPI, l’opposition iranienne présente en Irak depuis les trente dernières années, n’est absolument pas dans les intérêts nationaux de l’Irak dans la mesure où cela conforte pleinement le souhait du régime iranien de mettre fin à ce problème.

Cette affaire constitue un élément très dangereux pour le régime iranien en matière de sécurité, même si le mouvement d’opposition iranien est actuellement limité en raison de nombreux facteurs et raisons connus. Qui plus est, après son retrait de la liste des organisations terroristes [par l’Union européenne], l’OMPI est actuellement largement reconnue en Europe. Cela rend les pays européens clairement responsable, en matière d’obligations morales, de la protection et du soutien de ce groupe, surtout quand il s’agit d’un problème purement humanitaire, de la présence et du déplacement de réfugiés, du statut de demandeurs d’asile, et autres aide humanitaire comme les visites familiales.

Le ton de plus en plus agressif du Guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, récemment, pour mettre fin à la présence en Irak du mouvement et en particulier la fermeture du « Camp d’Achraf » près de la frontière était très clair. De plus, la visite en Irak du soi-disant président Conseil de discernement des intérêts de l’Etat du régime, Hachemi Rafsandjani, cherchait à accroitre les pressions sur le gouvernement irakien pour le forcer à agir sur sa décision de fermer le camp et la cité dans son intégralité. Cela conduirait à une catastrophe humaine. La situation est devenue dangereusement plus intense suite à l’attaque des forces de sécurité armées contre le camp avec un tir nourri, l’état de siège et l’interdiction faites aux visites familiales entre les résidents et leurs parents venant d’Iran. L’interdiction d’entrer dans le camp a aussi touché les Irakiens, tandis que Movaffagh al-Roba’i publie déclarations sur déclarations que les dirigeants du camp démentent comme de grossières fabrications.

Le cœur de la question pour nous ici, c’est la soumission aux demandes, aux désirs et aux objectifs du régime iranien et l’impératif de rester fidèle à des normes politiques élevées et professionnelles pour traiter avec les forces de l’opposition iranienne. La gestion de conflits régionaux exige que les décideurs irakiens considèrent les intérêts nationaux de l’Irak comme le critère suprême lorsqu’il s’agit de traiter des questions sur le plan diplomatique. Livrer la tête de l’opposition iranienne, [c’est-à-dire Achraf] au régime iranien est stupide. Ce n’est ni dans les intérêts de l’Irak ni dans le sens d’une politique régionale qui va de l’avant.

À notre avis, on ne peut concevoir strictement aucun intérêt à sacrifier l’opposition iranienne à l’avantage de son ennemi, surtout quand le régime iranien continue d’être une menace armée et de bombarder à l’artillerie lourde le territoire irakien de Bassora dans le sud au Kurdistan dans le nord. Qui plus est, les activités de renseignements et de sabotage du corps des gardiens de la révolution (CGR) se poursuivent encore au plus haut niveau. Par-dessus cela, il y a les activités d’espionnage militaires et non-militaires du régime iranien. Ce qui a été clairement démontré par le drone récemment abattu à Balad par les forces américaines. Cela montre que le régime iranien est considéré comme une grave menace pour l’avenir de la sécurité et de la paix en Irak, et qu’il a un programme stratégique néfaste.

Il est vrai que les alliés du régime iranien sont au à la barre du gouvernement irakien et qu’ils sentent qu’ils doivent obéir aux ordres « saints » de l’Iran qu’ils jugent nécessaires et conformes à leurs intérêts. Toutefois, seule la présence américaine contrôle les règles du jeu en Irak. Imaginez si les Américains n’étaient plus en Irak. Quel sort serait réservé aux résidents d’Achraf ? La réponse est claire : ils seraient massivement éliminés. C’est l’objectif que semble s’être très dangereusement fixé M. Movaffagh al-Roba’i. Avant tout, cela porterait un coup dur aux intérêts futurs de l’Irak. Par conséquent, les responsables politiques Irakiens doivent être extrêmement vigilants lorsqu’il s’agit de l’Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe