jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireLa France : le régime iranien est face à des choix cruciaux

La France : le régime iranien est face à des choix cruciaux

LAURENT-FABIUSCNRI – La France a affirmé samedi qu’elle espérait que l’extension des négociations nucléaires entre l’Occident et le régime iranien convaincra Téhéran de faire des « choix indispensables » nécessaires pour parvenir à un accord à long terme, mais a averti qu’il reste encore des divergences importantes.

L’annonce de donner une chance supplémentaire à la diplomatie jusqu’au 24 novembre est venue dans les premières heures de samedi, un jour avant la date limite du 20 juillet que le régime iranien, les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, la Russie et la Chine s’était auparavant fixée pour parvenir à un accord.
« La France espère que ce nouveau délai permettra à l’Iran de faire des choix indispensables que nous attendons pour atteindre un accord à long terme, crédible et durable », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, dans une déclaration lors de sa visite en Egypte.
Reuters a demandé à Fabius s’il pensait que le ministre iranien des Affaires étrangères, Djavad Zarif, serait en mesure de fournir une offre en novembre. En réponse à cette question, le ministre français des Affaires étrangères a  déclaré que de sérieux obstacles demeurent.
« Ce que je peux dire, c’est qu’il veut un accord et dans les discussions que nous avons eues il y a eu certains progrès, notamment sur le réacteur d’Arak », a-t-il dit après avoir rencontré le président égyptien Abdelfattah El-Sissi, se référant à un réacteur à eau lourde en cours de construction.
« Mais il y a encore un certain nombre de points, notamment l’enrichissement, sur lesquels il n’existe pas d’accord. Il n y a pas non plus d’accord sur le placement de la totalité des activités nucléaires de l’Iran sous le contrôle de l’AIEA. »
Selon les termes de l’accord sur l’extension de la durée des négociations, le régime iranien sera en mesure de disposer d’une partie relativement petite de ses avoirs à l’étranger (dont la somme totale est estimée à plus de 100 milliards de dollars), en contrepartie de la limitation de son programme nucléaire.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe