samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLa faiblesse de la politique occidentale encourage les menaces terroristes du régime...

La faiblesse de la politique occidentale encourage les menaces terroristes du régime iranien

La faiblesse de la politique occidentale encourage les menaces terroristes du régime iranien

L’année dernière, un tribunal belge a prononcé une peine de 20 ans de prison contre Assadollah Assadi, un diplomate iranien à la tête d’un complot visant à faire exploser le rassemblement du Conseil national de la Résistance iranienne à Paris en 2018. Les opposants du régime iranien espéraient que la condamnation d’Assadi conduirait les nations occidentales à demander des comptes à Téhéran.

Le gouvernement belge a récemment sapé la décision de sa propre justice et approuvé un traité qui vise clairement à préparer le terrain pour la libération d’Assadi dans un échange de prisonniers. Maintenant, de nombreux militants iraniens craignent également que de telles concessions ne renforcent encore le sentiment d’impunité déjà démesuré de Téhéran dans les affaires liées au terrorisme et aux droits de l’homme.

En fait, un média iranien dirigé par le Corps des gardiens de la révolution du régime a fourni des preuves solides que le régime avait déjà été encouragé à accélérer ses activités malveillantes, dans l’espoir qu’il subira peu de conséquences sur la scène mondiale.

Le 27 juillet, l’agence de presse Fars a publié un article préconisant explicitement des frappes militaires contre une communauté d’opposants iraniens en Albanie. L’article se vantait de « la capacité de l’Iran à utiliser des drones offensifs et des missiles balistiques pour frapper le siège de l’OMPI en Albanie » et affirmait qu’il n’y avait « aucune interdiction légale » contre une frappe contre le groupe d’opposition.

Raïssi a été décrié comme le « boucher de Téhéran« , faisant référence à la fois à son rôle dans la répression de 2019 qui a tué 1 500 personnes et à son rôle particulièrement important dans le massacre de 1988. La poursuite de Noury par un tribunal suédois a conduit à de nombreuses spéculations sur le fait que Raïssi aurait un résultat similaire dans toute nation disposée à invoquer la compétence universelle pour l’arrêter après son voyage hors d’Iran. Mais à peu près au même moment, le doute s’est installé lorsqu’il est devenu clair que les puissances occidentales n’avaient guère d’intérêt réel à poursuivre demander des comptes aux responsables du complot terroriste contre le rassemblement du CNRI en France. En fait, les Nations Unies et son pays hôte, les États-Unis, sont sur le point d’inviter Raïssi à s’adresser à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre.

L’absence de responsabilité internationale a certainement contribué de manière significative à de nombreux abus et crimes ultérieurs perpétrés par les autorités iraniennes, notamment ouvrir le feu sur les manifestants pacifiques en novembre 2019. La communauté internationale est également restée relativement silencieuse sur ce crime contre l’humanité récent. Cela a vraisemblablement incité Khamenei à donner suite à sa décision de nommer Raïssi comme nouveau président du régime. De nombreuses anciennes victimes de Raïssi et leurs défenseurs n’ont pas tardé à avertir que son administration superviserait une augmentation des activités néfastes du régime des mollahs. Maintenant, un an après la direction de Raïssi, il ne pouvait guère être plus clair que ces avertissements étaient fondés.

Le régime a ouvertement menacé et a pris des mesures pour assassiner des responsables américains. Pour faire pression sur les États-Unis pour obtenir davantage de concessions lors des pourparlers sur le nucléaire, les responsables iraniens et les médias se sont vantés de pouvoir produire des bombes nucléaires et certains ont même salué une attaque terroriste contre l’auteur britannique Salman Rushdie à New York.

La menace ouverte contre Achraf 3 n’en est que le dernier exemple, bien que sans doute le plus choquant d’un point de vue occidental. Son potentiel d’impact direct sur l’Europe devrait inciter l’UE et ses alliés à agir rapidement pour saper le sentiment d’impunité du régime. Mais l’histoire de Raïssi en matière de violations des droits de l’homme, à la fois anciennes et nouvelles, aurait déjà dû inciter à une telle action, qui pourrait prendre la forme de sanctions économiques plus globales et coordonnées, l’expulsion de diplomates iraniens (et de terroristes potentiels) et de déclarations de soutien officiel aux opposants iraniens que Téhéran est si désireux de détruire.

De nombreux décideurs occidentaux se sont déjà engagés dans ce soutien, comme en témoignent leurs visites à Achraf 3. Ils ont également reconnu que l’obsession du régime à justifier les attaques contre l’OMPI est le produit d’une peur croissante. L’influence sociale de ce groupe à l’intérieur de l’Iran, et son potentiel à remettre sérieusement en cause l’emprise du régime sur le pouvoir. Ces choses sont devenues de plus en plus évidentes ces dernières années, l’Iran subissant plusieurs soulèvements antigouvernementaux depuis la fin de 2017.

La communauté internationale doit sérieusement explorer les moyens de soutenir ces soulèvements et de promouvoir leur objectif ultime de changement de régime. La seule autre alternative est de continuer à apaiser le régime en place, au risque d’inviter des frappes militaires et des attentats terroristes sur le sol occidental. Rester à l’écart n’est plus une option.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe