jeudi, janvier 26, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireL’Iran conteste l’obligation d’envoyer à l’étranger l’excédent en eau lourde

L’Iran conteste l’obligation d’envoyer à l’étranger l’excédent en eau lourde

L’Iran conteste l’obligation d’envoyer à l’étranger l’excédent en eau lourde

L’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015 avec plusieurs pays exige de l’Iran qu’il adhère aux limites concernant les stocks d’eau lourde. L’excès doit être envoyé à l’étranger.

Cependant, l’Iran conteste l’obligation d’envoyer son stock qui excède la limite de 130 tonnes. Ce qui a soulevé des préoccupations concernant une éventuelle confrontation avec le gouvernement Trump, car la République islamique s’approche de cette limite.

L’accord sur le nucléaire met en place des restrictions concernant l’activité économique du pays. En retour, l’Iran profite de la levée des sanctions.

Depuis que l’accord a été signé, l’Iran a déjà dépassé cette limite deux fois. Lors du dernier excédent, l’Iran a envoyé ses stocks à l’Oman où ils seront stockés jusqu’à ce qu’un acheteur soit trouvé.

Dans une lettre au gardien du nucléaire de l’ONU cette semaine, qui a circulé sur leur site web et qui a été distribuée aux États membres, l’Iran affirme que l’accord ne l’oblige pas à envoyer ses stocks en excédent en dehors du pays.

Il est dit dans la lettre : « Rien dans l’accord n’oblige l’Iran à envoyer l’excédent d’eau lourde qui est disponible sur le marché international, mais qui n’a pas encore trouvé acheteur à qui cette eau lourde pourra être livrée. »

Les États qui stockent l’eau lourde en excédent « les rendront disponibles pour l’exportation sur le marché international par rapport aux prix internationaux et les enverra à l’acheteur international. »

Le président Trump, avant même d’entrer en fonction, avait exprimé ses préoccupations concernant l’accord sur le nucléaire iranien. Il avait déclaré que les États-Unis devaient renforcer « tellement » les termes de l’accord que l’Iran n’aura « pas de chance ».

Lors d’une réunion avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) la semaine dernière, les États-Unis ont réitéré que l’excédent d’eau lourde, en d’autres termes l’excédent de 130 tonnes métriques, « ne pouvait pas rester en Iran ».

L’Occident est préoccupé par la production en excès d’eau lourde en Iran – plus vite que cela ne peut être utilisé ou vendu. Le mois dernier, le pays possédait 124,2 tonnes d’eau lourde.

L’AIEA surveille l’Iran en tant que partie de l’accord et le mois dernier elle a déclaré lors d’une réunion avec les États membres que l’Iran, s’il continuait comme à l’heure actuelle, atteindrait la limite dans les deux prochains mois.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe