mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUne résolution du Parlement britannique sanctionne les pasdaran et soutient la Résistance...

Une résolution du Parlement britannique sanctionne les pasdaran et soutient la Résistance iranienne

Une résolution du Parlement britannique sanctionne les pasdaran et soutient la Résistance iranienne

Londres, le 1er février 2024 : Dans une forte démonstration de soutien à l’opposition iranienne et en présence du sous-secrétaire d’État parlementaire aux Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement, David Rutley, les membres de la Chambre des communes du Royaume-Uni ont ont apporté leur soutien au combat du peuple iranien pour la démocratie et ont condamné le attaques du régime iranien contre la résistance iranienne et les membres des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) basés en Albanie.

La résolution exhorte les gouvernements européens, en particulier le gouvernement albanais, à lutter contre les activités illégales du régime iranien et à respecter les droits des membres de l’OMPI à Achraf 3, conformément à la Convention de Genève de 1951, à la Convention européenne des droits de l’homme et au droit international.

La résolution dénonce fermement le recours croissant du régime au terrorisme, à l’espionnage, aux cyberattaques et à la diplomatie des prises d’otages pour réprimer et éliminer l’opposition démocratique en Iran, en particulier le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI).

En outre, la résolution condamne les actions du régime contre le CNRI depuis 2018, qui lutte pour l’établissement d’une république démocratique avec séparation de la religion et de l’État en Iran.

Exprimant sa profonde préoccupation face aux informations faisant état de menaces contre les résistants iraniens en Grande-Bretagne, la résolution appelle le gouvernement à désigner le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) comme organisation terroriste.

La résolution exhorte également le gouvernement britannique à collaborer avec ses homologues internationaux pour garantir que de nouvelles sanctions contre Téhéran soient rapidement appliquées et que le régime iranien soit tenu responsable de ses activités néfastes tant au niveau national qu’international.

Voici une sélection de passages de discours prononcés par plusieurs députés lors du débat parlementaire. Vous pouvez accéder au texte complet sur le site Internet du Parlement britannique via ce lien.

Le député Bob Blackman :
Le CGRI dirige littéralement l’Iran, au mépris de la démocratie, de la liberté d’expression et des droits humains fondamentaux. La majorité des gens vivent dans la peur de s’exprimer ou de s’engager dans des questions politiques sous quelque forme que ce soit, et des services de renseignement secrets sont déployés dans toutes les régions du pays, cherchant à éliminer toute opposition potentielle susceptible de constituer une menace pour le régime.

Ce débat intervient à un moment où le monde n’a jamais été aussi dangereux. Nous avons une guerre qui fait rage en Europe, des attaques des Houthis dans la mer Rouge, une guerre illégale à Gaza menée par le groupe terroriste du Hamas, le Hezbollah au Liban et une guerre en Syrie, ainsi que d’autres groupes dangereux. La seule chose qui relie tous ces exemples est le CGRI, qui est à la tête du serpent, finançant, entraînant et fournissant des armes à toutes ces organisations. Sa portée et ses capacités sont franchement effrayantes.

Il a été établi que le CGRI a fourni des drones et des armes à la Russie alors que Moscou et Téhéran approfondissent leur coopération dans le cadre d’un partenariat qui est susceptible de se poursuivre et de s’intensifier alors qu’ils cherchent à affaiblir l’Occident. En outre, le CGRI a fourni un financement direct important et une formation au Hamas avant les terribles attaques du 7 octobre. Plus récemment, les Houthis du Yémen ont ciblé les voies de navigation de la mer Rouge. Le groupe militant Houthi a été créé par l’Iran et reste sous son influence. En lien avec ces attaques, l’Iran a annoncé qu’il avait ensuite lancé sur orbite terrestre basse trois satellites qui, selon les États-Unis, pourraient être utilisés pour cibler avec plus de précision des missiles balistiques intercontinentaux.

Le régime iranien constitue une menace non seulement pour la communauté internationale mais, ce qui est peut-être le plus préoccupant, pour la sécurité intérieure du Royaume-Uni. Les individus ayant des liens avec l’opposition en Iran ou qui se sont prononcés contre le CGRI dans ce pays ont souvent été pris pour cible. En outre, le MI5 a annoncé l’année dernière avoir intercepté un nombre important d’attaques terroristes soutenues par l’Iran.

Le point clé est que la politique actuelle à l’égard de l’Iran ne fonctionne pas. Son influence s’étend à tout le Moyen-Orient et au-delà. Il est temps de rechercher une solution alternative et j’exhorte le gouvernement à proscrire ce régime impitoyable en toute priorité.

MP Bob Blackman says the UK must acknowledge the legitimacy of the Iranian opposition

Vidéo : Le député Bob Blackman a demandé que le Royaume-Uni reconnaisse la légitimité de la résistance iranienne.

Il est grand temps que nous travaillions ensemble pour bannir ce régime illégal, pour protéger les manifestants innocents et pour défendre les droits démocratiques libres à travers le monde.

S’opposer au régime iranien n’est plus un calcul politique mais un simple choix humanitaire. Nous devons soutenir le peuple iranien et reconnaître la légitimité de l’opposition iranienne si nous voulons un jour voir un Iran libre et démocratique.

« J’ai du mal à comprendre pourquoi nous ne franchissons pas la dernière étape et n’interdisons pas le CGRI dans son intégralité. Pour ma part, je continuerai de faire pression pour que cela soit fait, tout comme les députés de la Chambre. Je comprends que le ministre ne peut pas répondre à cette question aujourd’hui, mais le gouvernement doit réfléchir à la question et se manifester. Nous avons proscrit le Hamas, le Hezbollah et, récemment, le Hizb ut-Tahrir, donc la tête du serpent doit sûrement être proscrite. Nous pourrons alors espérer un Iran libre et démocratique et, comme nous le disons toujours, l’année prochaine un Téhéran libre et démocratique. »

La députée Holly Lynch :

L’année dernière, le directeur général du MI5 et le chef de la police antiterroriste nous ont dit qu’ils étaient intervenus pour déjouer jusqu’à 15 tentatives d’enlèvement et d’assassinat au Royaume-Uni en provenance d’Iran. C’est pourquoi l’argument en faveur de la proscription est si puissant. Ce ne serait pas simplement symbolique ; il s’agirait d’accorder aux services de sécurité et aux forces de police du Royaume-Uni des pouvoirs supplémentaires pour véritablement démanteler toute emprise du CGRI au Royaume-Uni qui lui permet de faciliter ces tentatives d’assassinat, que nous devons mettre fin.

MP Jim Shannon says Iranian-backed groups have attacked a US base in Jordan

Vidéo : Le député Jim Shannon : Des groupes soutenus par l’Iran ont attaqué une base américaine en Jordanie,

Des groupes soutenus par l’Iran ont attaqué une base américaine en Jordanie, ce qui a provoqué une augmentation des tensions entre l’Occident et l’Iran, malgré le déni de l’Iran de son implication dans l’attaque – il a fait appel à ses mandataires pour l’exécuter. À mesure que les conflits armés et la violence augmentent, l’oppression des minorités religieuses est décuplée. Le fait d’être sunnite, bahaï, chrétien ou membre d’une minorité ethnique en Iran réduit son espérance de vie.

Même si nous ne pouvons pas forcer l’Iran à modifier ses lois, nous pouvons imposer des exigences supplémentaires à ses échanges commerciaux avec le Royaume-Uni. Lorsque nous examinons le commerce l’année dernière, nous constatons que le Royaume-Uni a exporté près de 224 millions de livres sterling vers l’Iran et qu’en retour, l’Iran a revendu quelque 190 millions de livres sterling. Quelles réglementations et politiques les entreprises doivent-elles respecter pour qu’un tel commerce ait lieu ? Existe-t-il des exigences en matière de droits de l’homme et de liberté religieuse, ou des inspections des entreprises en Iran pour garantir qu’elles respectent les conditions de travail conformes aux droits de l’homme et ne font pas de discrimination à l’égard des minorités religieuses lors de l’embauche ou sur le lieu de travail ? Ce sont les choses que j’aimerais voir.

Le député Martyn Day :
En Iran la corruption persiste à tous les niveaux, avec des acteurs puissants tels que le Corps des Gardiens de la révolution islamique qui opèrent au-delà de tout contrôle. Les médias et la société civile sont confrontés à des restrictions qui entravent leur rôle de surveillance indépendante visant à garantir la transparence et la responsabilité. Le régime, comme nous l’avons entendu, est impitoyablement maintenu en place par ses forces de renseignement et de sécurité, le CGRI, et est soutenu par l’appareil d’État au sens large, notamment le pouvoir judiciaire, le ministère du Renseignement, la police et d’autres.

Les autorités iraniennes ont largement utilisé l’appareil répressif iranien pour censurer les discussions sur ces questions et persécuter les femmes, les défenseurs des droits humains et les militants anti-peine de mort. Les militants politiques qui soutiennent le changement démocratique ont été particulièrement vulnérables à la détention et à la mort pendant de nombreuses années, malgré le fait que la résistance organisée, l’Organisation des Moudjahiddine du peuple d’Iran – ou MEK – est restée déterminée à établir une république libre, démocratique et laïque, et je leur souhaite tous les succès dans cette lutte.

Comme nous l’avons entendu, l’Iran est le plus grand État sponsor du terrorisme. Cette exportation du terrorisme international par l’Iran ne peut pas et ne devrait pas être tolérée, pas plus que son soutien à la Russie dans la guerre contre l’Ukraine, le recours aux cyberattaques ou la diplomatie des prises d’otages, et je condamne l’implication des responsables iraniens dans cet assassinat de militaires américains en Jordanie.

Même si je salue l’annonce récente de sanctions supplémentaires contre de hauts responsables iraniens, je me demande pourquoi nous n’adoptons pas une approche encore plus ferme. Au minimum, nous devrions interdire de toute urgence le CGRI en tant qu’organisation terroriste. Je ne compte plus le nombre de fois où moi et d’autres avons appelé à cette action. La proscription constituerait une étape tangible au Royaume-Uni dans la promotion de la liberté et de la démocratie en Iran. Nous devrions également soutenir les appels lancés à l’ONU pour qu’elle envoie des observateurs internationaux visiter les prisons iraniennes et rencontrer les personnes détenues par le régime. Nous devons tous soutenir les aspirations démocratiques du peuple iranien. Je rends hommage au travail des unités de résistance qui ont émergé fin 2017 et qui ont contribué à inciter les Iraniens à défier la tyrannie dominante.

MP Martyn Day: MEK has remained determined to establish a free democratic and secular republic Iran

Vidéo : Le député Martyn Day : l’OMPI reste déterminé à établir une république libre, démocratique et laïque en Iran

En fin de compte, l’avenir de l’Iran doit être décidé par son propre peuple, mais étant donné qu’il n’a pratiquement aucune possibilité de réforme, le peuple n’a d’autre choix que de résister, de manifester, de se défendre et de rechercher d’autres formes d’opposition. L’Iran a été témoin d’un soulèvement populaire massif – un appel à la liberté et à la démocratie mené en grande partie par les femmes et les jeunes…

Le courage des citoyens iraniens qui se dressent contre la brutalité et la dictature est plus qu’inspirant. Je leur souhaite plein succès dans la recherche d’une nouvelle république démocratique et laïque en Iran. Ce sera mieux pour eux et pour le monde quand n ils réussissent.

Le député Wayne David :
Si le régime iranien est répressif sur son territoire, il est coupable d’agression à l’étranger. En fait, il figure parmi les principaux États qui soutiennent le terrorisme au monde. L’Iran, par l’intermédiaire de ses soi-disant mandataires, est coupable d’avoir contribué à déclencher la violence dans une grande partie du Moyen-Orient. L’Iran a apporté un soutien considérable au Hamas à Gaza. Elle a fourni et soutenu le Hezbollah au Liban et continue de le faire. En Irak – notamment au Kurdistan – et en Syrie, des militants soutenus par l’Iran ont attaqué les forces américaines. Dimanche, un groupe soutenu par l’Iran a été responsable d’une attaque de drone contre une base militaire américaine en Jordanie, qui a entraîné la mort de trois soldats américains et de nombreux blessés.

Comme nous le savons tous, les Houthis, qui sont eux aussi étroitement liés au régime iranien, mènent des attaques de missiles et de drones contre les navires internationaux dans la mer Rouge. Bien entendu, les États-Unis et le Royaume-Uni ont mené des frappes chirurgicales contre des cibles houthies au Yémen, et le parti travailliste a publiquement soutenu cette action proportionnée. Plus loin, le régime iranien a développé des liens étroits avec la Russie et a fourni un grand nombre de drones utilisés en Ukraine. Il ne peut donc y avoir aucun doute sur l’influence néfaste du régime iranien au Moyen-Orient et dans le monde.

Une mesure supplémentaire devrait être l’interdiction totale du Corps des Gardiens de la révolution islamique. Je comprends qu’un débat est en cours au sein du gouvernement à ce sujet, mais s’il ne propose pas de mesures appropriées qui conduiraient à une interdiction totale du CGRI dans ce pays, les travaillistes le feront s’ils forment un gouvernement. Si le gouvernement le fait maintenant, les travaillistes le soutiendront. J’espère que le gouvernement réagira de manière vraiment positive.

MP Wayne David says Iranian regime is among the world’s foremost state sponsors of terrorism

Vidéo : Le député Wayne David affirme que le régime iranien est l’un des principaux États soutenant le terrorisme au monde

David Rutley, sous-secrétaire d’État parlementaire aux Affaires étrangères, du Commonwealth et du développement :
Nous ne tolérerons pas les menaces illégales de l’Iran contre les journalistes basés au Royaume-Uni, son programme nucléaire croissant, sa coalition désespérée avec la Russie ou son utilisation imprudente de mandataires dans la région.

Les autorités iraniennes ont répondu aux manifestations par l’intimidation et la violence, tuant au moins 500 personnes et en arrêtant 19 000. Ils ont fait preuve d’un mépris total pour les droits de leur propre peuple. Il y a eu moins de protestations depuis lors, mais nous ne devrions pas considérer cela comme la preuve d’une diminution de l’aspiration de changement du peuple iranien. La suppression de la dissidence peut momentanément faire taire le peuple, mais cela ne tuera jamais son désir d’un avenir plus juste.

Nous perturbons activement les activités malveillantes iraniennes au moyen d’une série d’outils. Il s’agit de prendre des mesures efficaces pour freiner les activités déstabilisatrices de l’Iran, comme l’ont souligné les députés. Le Royaume-Uni maintien des sanctions contre plus de 400 individus, entités et groupes alignés iraniens pour leur rôle dans la prolifération des armes, les conflits régionaux, les violations des droits humains et le terrorisme, et plus de 47 responsables du CGRI ont été sanctionnés depuis octobre 2022.

En conclusion, il est clair que les autorités iraniennes imposent des politiques contraires aux valeurs de liberté et de démocratie. Comme cela a été dit à la Chambre, il est clair que les prochaines élections ne seront pas libres et équitables et ne répondront pas aux préoccupations exprimées dans ce débat. Tant que cela restera le cas, nous continuerons à travailler au sein du gouvernement et avec la communauté internationale pour demander des comptes à l’Iran pour son comportement inacceptable. La répression des femmes et des filles, le recours sans entrave à la peine de mort et la répression violente des voix dissidentes en Iran ne peuvent rester sans contestation, mais cela s’applique également au comportement de l’Iran dans la région et au-delà. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires internationaux pour faire comprendre clairement à l’Iran que nous ne tolérerons pas d’activités déstabilisatrices qui menacent nos valeurs et notre sécurité, voire la sécurité de la région.