mardi, avril 23, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUne conférence avec de jeunes iraniens au Parlement britannique : la voix...

Une conférence avec de jeunes iraniens au Parlement britannique : la voix du changement

Une conférence avec de jeunes iraniens au Parlement britannique : la voix du changement

Le 20 février, l’Association des jeunes iraniens au Royaume-Uni a organisé une conférence au Parlement britannique intitulée « Les femmes et la jeunesse : pionnières du changement démocratique en Iran ». Plusieurs personnalités politiques, des députés et des dizaines de jeunes iraniens du Royaume-Uni ont participé à l’événement.

Les intervenants ont souligné le rôle crucial du mouvement populaire pour le changement de régime en Iran et ont appelé à la reconnaissance internationale du droit légitime à la résistance face aux Gardiens de la révolution (CGRI). Ils ont également appelé à la désignation du CGRI comme organisation terroriste par le gouvernement britannique.

Rana Rahmanifard, présidente de l’Association de la jeunesse iranienne et organisatrice de la conférence, a souligné son soutien au Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) et au plan en dix points de sa présidente élue, Maryam Radjavi. Elle a défendu les idéaux démocratiques du peuple iranien et a exigé l’interdiction et l’inscription du CGRI sur la liste noire du Royaume-Uni.

M. Martyn Day, porte-parole du Parti national écossais au Parlement britannique, a souligné le rôle constructif de la jeunesse dans l’élaboration de l’avenir de l’Iran. Il a soutenu la reconnaissance du droit à l’autodéfense des unités de résistance dirigées par l’OMPI et l’inscription du CGRI sur la liste des entités terroristes.

M. Jim Shannon, député du Parti unioniste démocrate, a souligné l’oppression des femmes en Iran, condamnant les politiques bellicistes du régime et son soutien aux milices mandataires extremistes.

Iranian youth conference in the UK parliament - February 20, 2024

M. Roger Lyons, ancien dirigeant du Congrès des syndicats, a condamné la répression des grèves des travailleurs et l’interdiction de former des syndicats en Iran, exprimant sa solidarité avec le soutien bipartisan à la sanction du CGRI et a critiqué le retard pris par le gouvernement britannique dans ce sens.

Azadeh Zabeti, présidente du Comité des avocats iraniens au Royaume-Uni, a réclamé justice pour les victimes des atrocités du régime, appelant à la reconnaissance des droits d’autodéfense des unités de résistance et au soutien au plan en dix points de Maryam Radjavi.

Mohammad Soleimani, représentant l’Association de la jeunesse des artistes iraniens au Royaume-Uni, a relaté quatre décennies de répression du régime, en particulier contre les jeunes artistes. Il a souligné l’importance de la lutte pour la justice et la responsabilité en Iran, qui se poursuit depuis de nombreuses générations.

Volodymyr Skuratovich, représentant la jeunesse ukrainienne, a condamné l’intervention du régime en Ukraine et a souligné le potentiel d’un changement démocratique en Iran pour la paix régionale.

Le Dr Ehsan Zabihi, dentiste et membre de l’Association de la jeunesse iranienne au Royaume-Uni, a partagé ses expériences personnelles de migration et a exprimé sa détermination à lutter pour la liberté et les droits de l’homme en Iran.

Omid Ebrahimi, un autre intervenant à la séance, a déclaré que chaque individu présent avait une histoire liée à la lutte pour la liberté, la démocratie et les droits de l’homme en Iran. Il a raconté que cinq membres de sa famille avaient été tués par le régime iranien, ce qui l’a motivé à poursuivre son engagement. Il a affirmé son soutien à la Résistance iranienne, motivée par ses valeurs et ses objectifs, et résolue dans sa quête de liberté pour le peuple iranien.

Melissa Tavakoli, membre de l’Association de la jeunesse iranienne au Royaume-Uni, a souligné les histoires inédites des femmes iraniennes et a appelé à des mesures contre les atrocités du régime, notamment en inscrivant le CGRI parmi les organisations terroristes.

La conférence s’est terminée par un appel unifié à la solidarité et à l’action pour soutenir la quête de liberté et de démocratie du peuple iranien.