mardi, avril 23, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUn député européen portugais dirige une table ronde sur l’Iran au Parlement...

Un député européen portugais dirige une table ronde sur l’Iran au Parlement européen

Un député européen portugais dirige une table ronde sur l’Iran au Parlement européen Lors d’une réunion au Parlement européen à Bruxelles, Francesco Guerreiro, représentant du Parti Vert au Portugal, a organisé une table ronde axée sur l’Iran et la lutte du peuple iranien pour la liberté et la démocratie. L’événement a vu la participation de plusieurs représentants d’associations de jeunesse iraniennes de différents pays européens.

Le député européen Guerreiro a souligné la situation désenchantée de la jeunesse iranienne et sa lutte pour la liberté. Il a critiqué l’augmentation des exécutions en Iran et le rôle déstabilisateur du régime au Moyen-Orient. L’eurodéputé Guerreiro a souligné que renverser la dictature religieuse en Iran et établir une république démocratique basée sur la séparation de la religion et de l’État restent la seule solution aux crises déclenchées par l’actuelle dictature religieuse.

Guerreiro a exprimé sa profonde préoccupation face au nombre croissant d’exécutions en Iran et à l’instabilité au Moyen-Orient. Il a souligné le courage admirable démontré par ceux qui sont engagés dans la lutte pour le changement démocratique en Iran.

En outre, l’eurodéputé a évoqué l’opposition organisée contre le régime au pouvoir en Iran et a exprimé son soutien au plan en dix points du CNRI pour l’avenir de l’Iran. Il a également souligné l’importance des femmes dans des rôles de leadership au sein du mouvement pour le changement démocratique.

Neda Amani, représentant les associations de jeunesse iraniennes en Suisse, a souligné les luttes continues des jeunes et des femmes iraniennes malgré une couverture médiatique limitée. Elle a souligné le rôle central des femmes dans les récents soulèvements, affirmant que leur leadership est le reflet de leur implication active dans la quête de la liberté.

Le Dr Virginia Pishbin, membre d’une association de jeunesse iranienne d’Italie, a souligné l’augmentation alarmante des exécutions en Iran, en particulier à la suite des tensions régionales. Elle a critiqué le recours du régime aux exécutions pour réprimer la dissidence et détourner l’attention des troubles internes.

Le Dr Pishbin a évoqué le massacre de 1988, au cours duquel des milliers de prisonniers politiques, dont de nombreuses femmes, ont été exécutés par le régime. Elle a souligné la nécessité urgente d’une action internationale pour lutter contre les violations des droits de l’homme en Iran.

Mousa Touhidi, représentant l’Association de la jeunesse iranienne d’Allemagne, a indiqué que la résistance du peuple constitue la plus grande menace pour le régime actuel. Il a critiqué les politiques occidentales d’apaisement envers l’Iran et a appelé à donner la priorité aux droits de l’homme plutôt qu’aux intérêts économiques.

Touhidi a souligné l’impératif d’inscrire le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) sur la liste des organisations terroristes et a exhorté l’Europe à réévaluer ses relations économiques avec le régime iranien à la lumière des violations des droits de l’homme.

La table ronde a mis en évidence la détermination de la jeunesse iranienne et le besoin urgent d’un soutien international pour apporter un changement démocratique en Iran. À mesure que les mesures d’oppression du régime s’intensifient, les voix dissidentes en Iran et à l’étranger se font plus fortes, démontrant la vulnérabilité du régime face aux défis internes et externes.