mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRobert Torricelli : Pour résoudre les problèmes palestinien et ukrainien, nous devons...

Robert Torricelli : Pour résoudre les problèmes palestinien et ukrainien, nous devons faire face à Téhéran

Robert Torricelli : Pour résoudre les problèmes palestinien et ukrainien, nous devons faire face à Téhéran

S’exprimant lors d’une réunion du Parlement britannique le 28 novembre, l’ancien sénateur américain Robert Torricelli a souligné la nécessité d’une réponse unifiée aux actions de Téhéran, en particulier à la récente tentative d’assassinat contre l’ancien vice-président du Parlement européen, le professeur Alejo Vidal Quadras.

Le sénateur Torricelli a soutenu que l’impasse dans laquelle se trouve le problème palestinien depuis des décennies, la guerre en Ukraine et d’autres conflits régionaux exigent une confrontation directe avec le régime iranien. Il a appelé à une détermination accrue, à une application stricte des sanctions et à un soutien au mouvement de la Résistance iranienne, mesures essentielles pour faire face à Téhéran.

Le texte intégral de l’intervention du sénateur Torricelli suit :

Merci beaucoup. Bonjour à l’ambassadeur Bloomfield et bon après-midi aux membres du comité et aux députés, membres de la Chambre des Lords.

Je suis honoré d’être inclus aujourd’hui et je vous remercie pour votre temps. Je voudrais tout d’abord me souvenir du Dr Quadras, qui a subi une attaque personnelle brutale, vraisemblablement de la part du régime.

Cela nous rappelle à tous que défendre la liberté et défendre les intérêts de nos pays, où que nous soyons sur la planète, comporte certains risques.

Et j’espère qu’au sein de notre Département d’État et à Whitehall, quelles que soient nos divergences sur la stratégie à l’égard de l’Iran, la tentative d’assassinat de parlementaires ou de diplomates européens ou américains, même sur nos propres côtes, devrait nous unir. C’est un crime en Europe comme si cela se produisait ici, et cela ne peut rester sans réponse.

Donc, pour ceux qui ne sont peut-être pas d’accord ou ne le sont pas aujourd’hui, j’espère que cela nous amènera à une cause commune et que votre gouvernement aura une réponse ferme, comme je l’attends du mien.

En attendant, je souhaite au Dr Quadras un prompt et complet rétablissement. Et je sais que malgré cette attaque brutale, lui et nous ne serons pas réduits au silence.

Je pense également qu’il est impossible de se rassembler ces jours-ci n’importe où dans le monde sans se souvenir des otages actuellement détenus à Gaza, de ceux brutalement tués le 7 octobre et des souffrances extraordinaires de la population de Gaza au cours de ces dernières semaines. Tout le monde est perdant. Le monde s’en porte moins bien. Et nos pensées et nos prières accompagnent tous ceux de tous bords.

Il y a une tendance, je le sais, à penser que le monde est désormais confronté à un autre problème concurrent. Les combats à Gaza, suivis de la guerre en Ukraine, des difficultés liées à l’armement de la Corée du Nord et de la guerre civile au Yémen. Mais aujourd’hui, au moins dans cette salle et parmi nous, nous pouvons constater qu’il existe un fil conducteur.

Il n’y a pas de solution au problème de la Palestine. Il n’existe aucun scénario probable pour une solution à deux États susceptible de mettre fin à cette longue impasse et à cette terrible lutte qui dure depuis des décennies, pas plus qu’il n’est probable qu’une solution soit trouvée en Ukraine, sans régler le problème du régime de Téhéran.

En fait, je dirais qu’il est probable que nous ne nous retrouverons jamais dans une telle situation au Moyen-Orient sil les accords d’Oslo auraient pu réussir. Nous aurions peut-être atteint une solution à deux États. Si aucun acteur extérieur n’avait vu l’intérêt que le conflit continue et a utilisé ses mandataires, le Hezbollah et plus tard le Hamas, pour prolonger le conflit. Et bien sûr, c’est exactement ce qui se passe actuellement en Ukraine, l’Iran étant devenu le principal fournisseur d’armes alors que les stocks russes ont été épuisés.

Et donc pour ceux qui ont maintenu, au sein de notre Département d’État, la conviction que le temps résoudra le problème iranien, d’une manière ou d’une autre, le régime évoluera, d’une manière ou d’une autre, tout cela prend fin.

Peut-être que le fait de voir aujourd’hui cette multitude de problèmes et ce fil conducteur venant du régime de Téhéran revient à reconnaître qu’il n’y a pas de solution. Nous ne trouverons pas de solution facile pour résoudre ces problèmes tant que nous n’aurons pas résolu directement et honnêtement le problème de Téhéran.

Et cela signifie renforcer, et non diminuer, notre détermination. Cela signifie que les sanctions doivent non seulement être mises en œuvre, mais pleinement appliquées. Cela signifie l’urgence de la désignation honnête et complète des organisations terroristes, avec toutes les conséquences. Et cela signifie surtout se solidariser avec l’opposition iranienne.

Ce régime ne va pas évoluer. L’opposition se manifeste chaque jour dans les rues d’Iran. Si nous pouvions les accueillir et les soutenir dans les milieux politiques du monde entier. Je sais que c’est courant et facile à dire, et bien c’est peut-être le cas, mais les écoliers, les travailleurs et autres mécontents en Iran ne remplaceront pas tout seul le gouvernement iranien, mais avec une opposition. L’OMPI est une opposition. Mme Radjavi mène une opposition. Le plan en dix points est une opposition. Il ne compte pas des centaines mais des milliers de partisans, non seulement au Royaume-Uni ou en Amérique, mais partout dans le monde.

Mais ils doivent être accueillis et soutenus. Ils ont la volonté, ils ont l’organisation, ils ont les ressources et ils ont montré leur volonté et leur capacité à se battre.

Quelle est l’alternative ? Que cela continue pour une autre génération ? D’autres assassinats, pas seulement dans les rues d’Espagne, mais à Londres, à Washington ou à Berlin ? Une autre tentative sur l’accord d’Oslo uniquement pour que les marionnettistes de Téhéran activent le Hezbollah ou le Hamas pour saper un accord de paix ? Ces problèmes durent depuis si longtemps et sont si dangereux que cela ne peut plus durer.

Ce n’est peut-être pas facile, ce n’est peut-être pas la meilleure voie, c’est la seule. Mettre fin au régime, accueillir l’opposition dans le cadre non seulement d’une stratégie en Iran, mais aussi d’une stratégie pour régler enfin le problème de la Palestine, la guerre en Ukraine, mettre fin à la guerre au Yémen et cet États hors-la-loi qui fait perdre à notre génération tant de potentiel pour une époque de paix et de prospérité.

Alors, cher membre du comité, merci de m’avoir reçu et merci de continuer à attirer l’attention sur la nécessité d’une opposition unie au régime. Merci beaucoup.