mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRandy Weber, membre du Congrès américain : les Iraniens rejettent à la...

Randy Weber, membre du Congrès américain : les Iraniens rejettent à la fois le Shah et le Guide Suprême

« Nous sommes fatigués de la tyrannie, les Iraniens aspirent à être libres, et je suis fier de dire que nous sommes à vos côtés », a déclaré le membre du Congrès américain Randy Weber (R-TX) dans son discours lors d’une conférence de presse, présentant la résolution bipartisane de la Chambre 100 (H. Res. 100). Cette résolution soutient le soulèvement du peuple iranien et le mouvement de Résistance organisé, dirigé par Mme Maryam Radjavi, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI).

Vous trouverez ci-dessous l’intégralité du discours du représentant Weber :

Je suis absolument fier de me tenir ici aujourd’hui avec mes collègues pour reconnaître les droits du peuple iranien et sa lutte pour établir une République d’Iran démocratique, laïque et, soulignons-le, non nucléaire. La résolution que nous proposons souligne que le peuple s’est présenté, a rejeté la dictature monarchique et s’est opposé à la tyrannie théocratique.

En d’autres termes, je suis horrifié par la répression barbare de ce régime apparemment paranoïaque à l’encontre de ses propres citoyens épris de liberté. Tous ces gouvernants maléfiques affichent une transparence flagrante quant à leurs motivations pour se maintenir au pouvoir à tout prix et sous le couvert d’une certaine pureté religieuse moralisatrice en écrasant le libre arbitre des citoyens laïques en persécutant les minorités religieuses et même les musulmans consciencieux, mais libres d’esprit. Cela révèle que ces faux prophètes ont leur propre péché hypocrite. Nous sommes tous d’accord pour dire que Dieu veillera à ce qu’ils connaissent leur destin.

Rep. Randy Weber (R/TX)

Nous voulons que le monde reconnaisse le droit du peuple iranien à l’autodéfense, tout comme nous le faisons aux États-Unis et tout comme il est reconnu dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme. Aux États-Unis, nous avons la chance d’avoir la vision du père fondateur à travers le deuxième amendement, le droit qui garantit nos libertés du premier amendement, y compris la parole, la religion et l’assemblée.

Pour ceux qui sous-estiment ce pouvoir, il suffit de regarder l’Iran, dont les citoyens sans défense souffrent de la barbarie d’une dictature maléfique et lourdement armée. Mais cette fois, la révolution vise à mettre fin à toute forme de dictature en Iran.

C’est ce que montre le slogan populaire « A bas le dictateur », qu’il s’agisse du Shah ou du Guide [Suprême]. J’applaudis tous ceux qui exigent la fin du régime totalitaire et cherchent une forme de gouvernement qui tire sa légitimité du peuple, et non d’un parti unique dictatorial non élu. Il est temps que cela cesse.

Vous savez que les États-Unis ont reconnu qu’il était temps que cela prenne fin. Nous voulons que le monde reconnaisse que ce temps est révolu, et nous voulons que les gens reconnaissent que l’avenir est dirigé par Mme Mariam Radjavi, alors donnons-lui un coup de main.

Le plan en dix points de la Résistance pour l’avenir de l’Iran prévoit le droit de vote universel, des élections libres et une économie de marché. Il prône l’égalité des sexes, des religions et des ethnies, ainsi qu’une politique étrangère fondée sur la coexistence pacifique et un Iran non nucléaire.

Le nouveau colosse s’inspire de notre bien-aimée Statue de la Liberté que je cite : « Une femme puissante avec une torche, dont la flamme est la foudre emprisonnée, et son nom est Mère des Exilés. »

Ainsi, je me souviens à nouveau du leadership intrépide de Mme Radjavi en ces périodes de turbulence, et nous avons de la chance de l’avoir, n’est-ce pas ?

Je suis inspiré pour paraphraser ce grand point de la Statue de la Liberté. Mes amis, nous sommes aux côtés du peuple iranien. Nous voulons le départ des mollahs, nous voulons le départ de Khamenei. Nous voulons le départ des pasdaran. N’est-il pas grand temps ?

Nous sommes fatigués de cette tyrannie. Les Iraniens aspirent à être libres, et je suis fier de dire que nous sommes à vos côtés.