mercredi, avril 24, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsManifestations en Iran en 2023 : une année de mécontentement persistant

Manifestations en Iran en 2023 : une année de mécontentement persistant

Manifestations en Iran en 2023 : une année de mécontentement persistant

En 2023, l’Iran a connu une année tumultueuse marquée par des manifestations publiques persistantes contre le régime. Les flammes de la dissidence se sont allumées lors du soulèvement national de l’année précédente et ont continué tout au long de l’année, diverses couches de la population exprimant leurs doléances à travers des rassemblements, des marches et des grèves.

Les retraités, totalisant 1 362 comptes, sont apparus comme une force importante, organisant des manifestations dans toutes les villes contre les salaires injustes, les salaires impayés et la détérioration des conditions de vie. L’épuisement de la sécurité sociale et des fonds de pension par les gouvernements successifs a alimenté leurs demandes de justice.

À 592 reprises, les travailleurs iraniens sont descendus dans la rue pour protester contre les licenciements, l’absence de changement de statut d’emploi, la précarité de l’emploi, le non-paiement des salaires et des avantages sociaux, les inégalités salariales et les conditions de travail difficiles. Un événement notable s’est produit à l’usine d’Ahvaz du Groupe industriel national iranien de l’acier (INSIG), où des milliers de travailleurs ont protesté contre le licenciement de 21 collègues. La protestation a duré huit jours et a abouti à la réintégration des travailleurs licenciés et à des concessions de la part de la direction de l’usine.

En 2023, 141 manifestations d’enseignants et d’éducateurs se sont déroulées à travers le pays. Leurs préoccupations allaient de l’empoisonnement d’étudiantes aux projets de privatisation des écoles et aux objections à l’emploi d’enseignants inexpérimentés.

Les étudiants ont été très présents, descendant dans la rue à 56 reprises pour protester contre l’empoisonnement d’étudiantes, les exécutions à Ispahan, les pressions sécuritaires, les conditions des dortoirs, la situation alimentaire, ainsi que la purge des étudiants et des professeurs. Des lycéens ont également manifesté à trois reprises, soulignant le mécontentement généralisé parmi les jeunes.

Le secteur de la santé n’a pas été épargné par les manifestations, les infirmières ayant organisé 95 manifestations et les médecins 11 manifestations contre les licenciements, les arrangements tarifaires, la non-réception des honoraires des infirmières, les mauvaises conditions de vie, les conditions de travail pénibles, les heures supplémentaires obligatoires et d’autres griefs.

Les vendeurs du marché ont organisé 133 manifestations, abordant des doléances telles que des taxes exorbitantes, de nouvelles lois fiscales, l’augmentation des loyers, la hausse des prix en dollars, l’instabilité des taux de change, les fermetures de magasins, les coupures d’électricité et les propositions de fermeture d’entreprises.

Les protestations se sont étendues au-delà des professions spécifiques, les agriculteurs, les chauffeurs de camion, les architectes, les ingénieurs, les boulangers, les avocats, les contribuables et divers segments de la société iranienne faisant état collectivement de 690 manifestations en 2023. Elles se sont concentrées sur les difficultés économiques, les pillages gouvernementaux, la pauvreté et les difficultés économiques.

Malgré un formidable appareil de sécurité et le mépris systémique des responsables de l’État, les Iraniens ont fait preuve d’une organisation et d’une persévérance remarquables. Les manifestations de rue ont été coordonnées via les réseaux sociaux, permettant aux citoyens de se rassembler simultanément dans des dizaines de villes en même temps et dans un but commun.

Le soulèvement national de 2022, déclenché par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, aux mains de la police des mœurs, a également servi de catalyseur aux protestations tout au long de 2023. Au total, 524 manifestations directement liées au soulèvement ont eu lieu, démontrant que l’impact durable du mouvement.

Les manifestations ont également mis en évidence la sensibilisation croissante du public aux questions environnementales. Une importante manifestation de trois jours à Ardakan, au cours de laquelle des milliers d’habitants sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère face aux dommages environnementaux, a souligné l’importance de la protection de l’environnement et la détermination de la population à sauvegarder son environnement.

Les grèves des travailleurs de l’industrie pétrolière et gazière et des métallurgistes à Ispahan et Ahvaz ont envoyé un message clair au régime : son exploitation de la classe ouvrière ne resterait pas sans contestation. Ces grèves ont démontré le pouvoir du mouvement syndical et le potentiel de perturbations économiques plus larges si le régime continue d’ignorer les besoins de la classe ouvrière.

Parmi les manifestations notables, citons les rassemblements du vendredi à Zahedan, qui se sont poursuivis pendant des mois malgré la répression des forces de sécurité armées qui ont recours à la torture et aux arrestations arbitraires.

En conclusion, l’année 2023 a vu un total de 3 617 manifestations, reflétant le mécontentement persistant parmi diverses couches de la population. Les griefs économiques, les inquiétudes concernant les conditions de vie et les réponses aux injustices perçues et aux politiques gouvernementales ont caractérisé ces manifestations. La poursuite de ces manifestations témoigne d’un défi permanent pour les autorités et souligne la résilience de la population face à l’adversité.

Ces manifestations se distinguent non seulement par leur durée ou leur portée étendue, mais aussi par les profonds courants politiques sous-jacents à chaque grief du peuple iranien. Depuis les années 1980, chaque fois que les Iraniens ont courageusement défié leurs oppresseurs, cela n’a pas seulement suscité une dissidence locale : cela a déclenché un mouvement à l’échelle nationale. Ce qui a commencé comme les frustrations économiques ont évolué vers des chants puissants comme « Mort à Khamenei ».

Au fil du temps, ces mouvements se sont accélérés et les Iraniens, plus radicalisés, expriment leur mécontentement avec plus de passion. Aujourd’hui, l’establishment au pouvoir est confronté à un choix crucial : soit détourner son attention du terrorisme et des activités régionales pour répondre au mécontentement politique, social et économique croissant, soit persister à réprimer la dissidence avec un appareil de sécurité affaibli, tout en étant globalement isolé et sous sanctions.