lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsIran : le commandant des pasdaran reconnait avoir tiré sur des manifestants

Iran : le commandant des pasdaran reconnait avoir tiré sur des manifestants

Iran : le commandant des pasdaran reconnait avoir tiré sur des manifestants

Le commandant de la police anti-émeute du régime iranien reconnait que ses forces ont tiré sur les manifestants lors de la répression violente des manifestations du 20 novembre 2021 contre la mauvaise gestion des ressources en eau à Ispahan, qui a laissé le principal fleuve de la ville et les terres agricoles voisines complètement à sec. Plus de trois douzaines de personnes ont été blessées aux yeux et certaines ont complètement perdu la vue.

Le général de brigade Hassan Karami, chef de la police anti-émeute, qui est sanctionné par les États-Unis et l’Union européenne « pour de graves violations des Droits de l’Homme et des actes de répression visant des civils innocents, des opposants politiques et des manifestants pacifiques« , a déclaré dans une interview publiée le dimanche 9 janvier que ses forces ont utilisé « des fusils de chasse qui ont déchargé des plombs ».

Pendant les manifestations à Ispahan, alors que les forces spéciales attaquaient les manifestants, de nombreuses images de nombreuses balles à plomb frappant les corps, les yeux et les visages des manifestants ont été publiées sur les médias sociaux.

Le 28 novembre, les médias officiels, dont l’agence de presse Fars, affiliée au Corps des gardiens de la révolution islmamique (pasdaran), ont cité Nourrodin Soltanian, porte-parole des hôpitaux d’Ispahan, qui a déclaré que « 40 personnes blessées aux yeux sont arrivées dans les hôpitaux. Vingt-et-une parmi ces personnes ont été hospitalisées, dont deux en soins intensifs. »

Le nombre réel de ceux qui ont perdu un œil et subi des blessures à la tête est bien plus élevé que le décompte officiel, car la plupart d’entre eux ont évité de se rendre à l’hôpital par crainte de subir une arrestation.

Selon l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), au moins 100 personnes ont été blessées et quelque 300 détenues lorsque les forces répressives ont attaqué les manifestations du 26 novembre.

La dernière grande manifestation contre la pénurie d’eau à Ispahan a commencé le 19 novembre, après plus d’une semaine de manifestations, avec des agriculteurs et leurs sympathisants qui se sont rassemblés dans le lit asséché de la rivière Zayanderoud, l’emblématique rivière de la ville.

Pour empêcher la propagation de la protestation à d’autres villes du pays, le régime des mollahs a violemment réprimé et les heurts se sont étendus aux rues du centre-ville. Des Iraniens de tous horizons ont rejoint les protestations en solidarité avec les agriculteurs.

En 2021, des Iraniens de tous les secteurs sociaux ont organisé des manifestations quotidiennes dans tout le pays. Il y a eu au moins trois manifestations importantes dans trois provinces, Ispahan (centre), Khouzistan (sud-ouest), et Sistan-Baloutchistan (sud-est). Ces protestations ont mis en évidence l’état explosif de la société iranienne.

Pour garder le contrôle, les mollahs ont eu recours à une répression plus violente des manifestations au cours des derniers mois et ont procédé à davantage d’exécutions.

Ces répressions reflètent le désespoir des mollahs au pouvoir face à une nation au bord de la révolte.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe