jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Neuf personnes fouettées en public à Qom

Iran : Neuf personnes fouettées en public à Qom

Fouet en publicCNRI – Neuf jeunes ont reçu 74 coups de fouet en public chacun pour « troubles de l'ordre public » dans la ville sainte de Qom, a indiqué l'agence de presse officielle Fars, le 18 octobre.

Le 26 juin, le chef du judiciaire des mollahs, Mahmoud Hachemi Chahroudi, avait dit que le fouet en public est un moyen efficace de dissuasion pénale, tandis que l'emprisonnement était une peine inutile.

Dans une interview diffusée à la télévision d'État le 25 juin, le même déplorait que «de nombreux juges iraniens, influencé par la propagande occidentale et par crainte d’être accusés de ne pas respecter les droits de l'homme, ne condamnent pas les contrevenants à des sanctions efficaces comme le fouet en public ».

« La flagellation publique est une des peines les plus justes qui puisse être infligée à un individu ayant commis un délit », a déclaré Chahroudi.

« La publication de photos et de nouvelles sur la flagellation publique est la meilleure dissuasion, alors que trois ou quatre mois de prison n'ont pas d'effet », a-t-il dit.

« Nous devons réduire les peines de prison et avoir davantage recours à la flagellation publique pour punir les coupables. »

En mai, Amnesty International avait appelé les tribunaux iraniens à suspendre les peines de flagellation. « La flagellation est une forme de traitement cruel, inhumain et dégradant, ce qui revient à de la torture», avait déclaré Amnesty International.

Amnesty dit qu'elle était proscrite en vertu de l'article 7 du Pacte international l'ONU relatif aux droits civils et politiques. 

Amnesty International a également dit que les peines de flagellation et d'amputation continuaient d'avoir cours en Iran, et que les actes de torture et de mauvais traitements étaient très répandus dans les prisons et la détention.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe