jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeIran : Le dilemme du régime après l’inscription des pasdaran sur la...

Iran : Le dilemme du régime après l’inscription des pasdaran sur la liste des groupes terroriste

Iran : Le dilemme du régime après l’inscription des pasdaran sur la liste des groupes terroriste

L’inscription par les États-Unis des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) comme organisation terroriste étrangère (FTO), est un coup dur et un tournant important pour le pouvoir iranien.

Maintenant les différentes factions du régime ont un nouvel angle pour traiter les questions internationales telles que le Plan d’action global conjoint (JCPOA) et les exigences du Groupe d’action financière (GAFI).

Heshmatollah Falahatpisheh, président de la commission de la sécurité du Majlis (Parlement des mollahs), a critiqué l’approche de l’UE à l’égard des projets de loi du GAFI, que Téhéran a été invité à ratifier, se plaignant de ce que les pays européens offrent des « gestes d’espoir » plutôt que des « résultats concrets ».

L’ambassadeur de France aux États-Unis a récemment parlé d’un compromis potentiel entre l’UE et les États-Unis concernant le JCPOA, qui pourrait inclure l’ajout du programme de missiles de l’Iran et ses ingérences régionales. Cela a suscité la réaction du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, qui a affirmé que ce dialogue n’avait pour but que d’accroître la pression sur Téhéran. Cela a également provoqué des luttes intestines entre les factions qui menacent l’avenir du régime.

Les mollahs ont également été profondément troublés par la désignation des pasdaran en tant qu’organisation terroriste ; le député Mahmoud Sadeghi a estimé qu’il n’y a aucun avantage pour l’Iran à respecter le JCPOA. Pour Abdorreza Faraji-rad, ancien ambassadeur d’Iran en Norvège, le régime doit s’accrocher au radeau de sauvetage du JCPOA quoi qu’il arrive.Il a déclaré : « Nous ne devons pas agir de manière à ce que même Moscou et Pékin soient déçus en essayant de nous soutenir.

Par conséquent, le JCPOA a maintenant brisé le cercle entre l’UE, la Russie et la Chine, d’une part, et l’Arabie saoudite, Israël et les États-Unis, d’autre part, et nous avons intérêt à l’examiner sous cet angle. Et malgré l’absence des avantages économiques du JCPOA, il faut dire qu’il serait malavisé pour nous de quitter l’accord. Nous devons donc maintenir le JCPOA aussi longtemps qu’il le faudra. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe