jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafIran - L'appel de sa fille : « La vie de ma...

Iran – L’appel de sa fille : « La vie de ma mère est en danger »

France24 – Le 1er septembre 2013, les forces irakiennes, agissant sur les ordres du bureau du Premier ministre irakien, ont pris d’assaut le camp d’Achraf et abattu 52 de ses résidents, tous sans défense et sans armes, tous des personnes protégées en vertu de la Quatrième Convention de Genève. Sept habitants ont été enlevés au cours de cette même attaque, dont six femmes, parmi elles ma mère, Mahnaz Azizi. Depuis, je me bats jour et nuit pour la trouver et la sauver, mais en vain.

La seule chose que je sais avec certitude, c’est que depuis qu’elle est passée entre les mains des forces de Maliki, elle est soumise à la torture et sous la menace d’être remise au régime iranien.
 
Le gouvernement irakien refuse de libérer ma mère et les six autres otages. Selon les dernières informations publiées par le CNRI, les otages avaient été retenus par les forces irakiennes dans un lieu près de l’aéroport de Bagdad. Ensuite, ils avaient été transférés à Al-Amara, au sud du pays, près de la frontière avec l’Iran, dans quatre hélicoptères appartenant au bureau du Premier ministre. Le gouvernement irakien envisage de les remettre au consulat du régime iranien à Bassora et à Al -Amara et de prendre des dispositions pour les extrader vers l’Iran.
 
« Je demande au gouvernement français de faire pression sur al -Maliki pour libérer ma mère, qui a le statut de réfugié politique en France. »
 
Le président Obama, le secrétaire d’État Kerry, le Secrétaire général de l’ONU et le Haut Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés doivent se pencher activement sur la question afin d’assurer la libération de ma mère et des autres otages. Ils doivent empêcher Maliki de rendre les otages à l’Iran, où ils seront encore torturés et, finalement, exécutés. Je demande en particulier au gouvernement français de faire pression sur al-Maliki pour libérer ma mère, car elle a le statut de réfugié politique en France.
 
Pour protester contre cette injustice et contre l’inaction de tous ceux qui avaient pris des engagements pour protéger les résidents du camp, j’ai entamé une grève de la faim depuis le jour de l’assaut, et je la maintiendrai jusqu’à ce que tous les otages soient libérés et que les forces de protection de l’ONU soient chargées de la sécurité du Camp Liberté, qui a déjà été la cible de trois attaques de missiles.
 
Le massacre du 1er septembre a déjà coûté la vie à 52 personnes innocentes. Ne laissez pas le gouvernement irakien faire monter davantage le nombre de morts. J’appelle à toutes les consciences éveillées du monde pour apporter leur soutien à cette cause humanitaire.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe