vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafIran-Irak : L'ingérence accrue de Téhéran en Irak condamnée

Iran-Irak : L’ingérence accrue de Téhéran en Irak condamnée

ImageCNRI, 2 décembre – L’ingérence croissante de Téhéran en Irak et les derniers événements concernant  les opposants iraniens de la cité d’Achraf ont fait l’objet d’un débat lors d’une réunion du Comité américain pour les habitants de la cité d’Achraf, au National Press Club de Washington le 30 novembre.

 

Ce comité est chargé d’élaborer des rapports et de mener des contrôles sur le statut humanitaire des résidents d’Achraf, dans la province de Diyala dans le nord-est de Bagdad. Cette base appartient au principal groupe d’opposition iranien, les Moudjahidine du peuple d’Iran. Elle est actuellement placée sous la protection de la force multinationale.

C’est Afagh N. Azadeh, membre de ce comité, qui a ouvert les travaux. « Ma mère, a-t-elle déclaré, Soudabeh Mohammad Taher, est actuellement dans cette base. Sa vie, comme celles de milliers d’autres est en danger à cause de la campagne continue de torture et de terreur que mène l’Iran. Beaucoup de gens aux Etats-Unis ont des amis ou de la famille à la base Achraf. Pour le peuple iranien, Achraf est devenu le symbole de résistance contre la politique inhumaine de terreur et de tyrannie de l’Iran ; c’est à nos yeux un espoir pour un Iran démocratique. »

Le Pr. Steven Schneebaum, avocat du comité, s’est penché sur les droits des résidents de la base Achraf dans le droit humanitaire international et la 4e convention de Genève. Il a énuméré leurs droits assurés sur le plan international, y compris le droit à une nourriture adéquate et à un abri, et le droit de ne pas être rapatrié en Iran ou envoyé dans un pays contre leur gré. Dans le cas de l’OMPI, il a indiqué qu’un « rapatriement forcé serait équivalent à une condamnation à mort ». M. Schneebaum a noté qu’il y avait eu « des signes récemment d’ingérence croissante de l’Iran dans les affaires concernant l’OMPI. En août, deux membres de l’OMPI ont été kidnappés dans une rue de Bagdad en plein jour. » Il a conclu en soulignant « que le monde doit continuer à concentrer son attention sur les habitants d’Achraf ». Il est inacceptable, a-t-il dit « d’ignorer leur statut sous la convention de Genève, un statut réaffirmé par les forces militaires américaines sur le terrain. Le peuple irakien a offert gracieusement et ouvertement son hospitalité à ses hôtes iraniens, et nous devons être vigilants pour nous assurer que la direction irakienne, quelle qu’elle soit après les élections de décembre, ira dans ce sens. »

Le Dr. Majid Rochani, également membre du comité, a parlé quant à lui de la menace des violations des droits de l’homme par l’Iran sur le territoire irakien : « Les discussions impliquant le rôle destructeur de l’Iran dans les affaires irakiennes nécessite une évaluation sincère et critique des motifs de l’Iran, ainsi que du bilan intérieur de ce régime en matière des droits de l’homme. Tout d’abord, il nous faut reconnaître que l’Iran recherche la prolifération régionale de son idéologie intégriste. Il y a peu de temps, un bon nombre d’articles ont révélé l’existence de salles de torture secrètes dirigées par ces groupes pro-iraniens. Enlèvement, assassinats, intimidation des voix progressistes en Irak, ne sont pas dus au hasard, mais sont les manifestations d’une stratégie délibérée et calculée soutenue par les religieux en Iran. Deux membres de l’OMPI, Hossein Pouyan et Mohammad Ali-Zadeh, ont été enlevés le 4 août par des membres du ministère irakien de l’Intérieur, et sont toujours détenus, probablement dans une prison secrète en Irak. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger les gens en Irak, y compris les résidents de la base Achraf, des initiatives barbares des mollahs iraniens. »

Dans un communiqué adressé au comité, le représentant Ed Towns, démocrate de l’Etat de New York a déclaré : « Mon bureau surveille le statut de l’OMPI dans la base Achraf depuis décembre 2003. En été 2004, les résidents de la base Achraf se sont vus accorder la protection de la Quatrième convention de Genève. L’OMPI est la principale résistance organisée contre le régime intégriste de Téhéran. Des dizaines de milliers de ses membres ont été tués ou emprisonnés par le régime depuis les années 1980. »

« L’Iran travaille d’arrache-pied, a-t-il ajouté pour influencer la situation en Irak. Récemment, un site jordanien Al-Malaf.Net rapportait que Téhéran verse à la Brigade Badr, la première force du ministère irakien de l’Intérieur, un salaire mensuel d’environ trois millions de dollars. Les Etats-Unis doivent y mettre fin… Nous devons prendre des mesures significatives pour fournir la sécurité aux Irakiens et aux membres de l’OMPI en Irak. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe