vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésIran électionÉlection iranienne 2021 : d'anciens prisonniers politiques révèlent les antécédents criminels d'Ebrahim...

Élection iranienne 2021 : d’anciens prisonniers politiques révèlent les antécédents criminels d’Ebrahim Raïssi

Le mardi 8 juin, un groupe d’anciens prisonniers politiques iraniens, membres et sympathisants de l’OMPI, a pris part à une conférence en ligne organisée par la Commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). Ils ont mis en lumière le dossier criminel du principal candidat à l’élection présidentielle des mollahs, Ebrahim Raïssi. M. Hossein Abedini, directeur adjoint du Bureau de représentation du CNRI au Royaume-Uni, a animé l’événement.

Ces anciens prisonniers politiques avaient personnellement été témoins du massacre de prisonniers politiques en 1988 en Iran. Ebrahim Raïssi, actuel chef de l’appareil judiciaire des mollahs, a fait partie de la « commission de la mort ». Il a joué un rôle crucial dans le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des membres et sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK).

Dans son allocution d’ouverture, M. Abedini a évoqué l’intention du guide suprême du régime, Ali Khamenei, de consolider son pouvoir en imposant Raïssi dans les urnes.

« L’Iran est au bord d’une transformation décisive à travers l’élection présidentielle des mollahs cette année. Le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a franchi une étape importante pour faire passer son candidat préféré à la présidence, Ebrahim Raïssi, actuel chef du pouvoir judiciaire », a déclaré M. Abedini.

M. Abedini a ensuite brièvement parlé au public du sombre bilan de Raïssi. « Le peuple iranien connaît Raïssi comme « l’homme de main du massacre de 1988 ». Il a été l’un des principaux auteurs du meurtre de plus de 30 000 prisonniers politiques, dont l’écrasante majorité étaient des militants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran en 1988. De plus, il n’a aucune qualification universitaire ou religieuse, même au sein de la théocratie meurtrière. En bref, Raïssi a gagné ses lettres de noblesse dans le régime en tant que tueur au cœur de pierre, avec une expérience éprouvée de 40 ans en matière d’exécution et de répression », a déclaré M. Abedini.

« Au cours de l’été et de l’automne 1988, il était membre de la Commission de la mort dans les prisons d’Evine et de Gohardasht. Dans la commission de la mort, Raïssi a joué le rôle du procureur. Il a servi de fixateur de Khomeini et a reçu des missions spéciales pour effectuer des purges dans d’autres provinces, notamment Lorestan, Kermanshah et Semnan. Khomeini avait donné à Raïssi les pleins pouvoirs et il n’était obligés d’obéir à aucune restriction ou ordre administratif ou gouvernemental », a ajouté Abedini.

Après Abedini, des témoins des crimes de Raïssi ont partagé leur expérience avec les participants à la conférence.

Le premier témoignage choquant a été celui de Mme Faribah Goudarzi, membre de l’OMPI, qui a été arrêtée en 1982 à Hamadan alors qu’elle était enceinte de neuf mois. Raïssi était alors le procureur de Hamedan.

« Dès la première heure de mon arrestation, bien que je ne me sentais pas bien, j’ai été emmené dans une chambre de torture comme tous les autres prisonniers. C’était une pièce avec un lit au milieu et plusieurs câbles de différents diamètres qui se trouvaient sur le sol. Il y avait du sang sur le sol, indiquant qu’un prisonnier y avait été torturé. Quand j’ai été fouetté avec un câble, il y avait 7 à 8 personnes dans la salle. L’un d’eux était ce criminel, Ebrahim Raïssi », a déclaré Mme Goudarzi.

« Je ne savais pas qui était Raïssi pendant un certain temps, et je pensais qu’il était l’un des interrogateurs brutaux. Au bout d’un moment, j’ai découvert que cette personne était le procureur du tribunal de Hamedan. De 1982 à 1985, en tant que procureur du tribunal de Hamedan, il a été directement impliqué dans l’emprisonnement, la torture et l’exécution de nombreux prisonniers politiques, en particulier des partisans de l’OMPI. Il a exécuté de nombreux prisonniers et était présent sur les lieux pour appliquer les verdicts », a ajouté Mme Goudarzi.

Selon Mme Goudarzi, parmi ces prisonniers figurent : « Behjat Sadoughian, Fakhri Gholami, Mahnaz Sahrakar, une jeune fille de 16-17 ans qui a été violée avant l’exécution par les gardiens de la révolution, Mina Abdoli, Ali Ataei, Ahad Raïssi , Behzad Afsahi, Hachem Salehi, Kamran Rafiei.

Hossein Farsi, un membre de l’OMPI qui a purgé 12 ans de prison dans les années 1980, a partagé des détails horribles sur le rôle de Raïssi dans les violations des droits humains.

« Entre 1989 et 1996, il y avait un tribunal spécial composé des Raïssi et Hossein-ali Nayyeri qui ont formé le comité conjoint et ont condamné à mort les partisans des Moudjahidines et les ont exécutés secrètement », a déclaré M. Farsi. Selon M. Farsi, certaines de ces victimes sont : « Ata Nouri, Tayebeh Hayati, Zahra Niakan, Narges Khani – Behnam Majdabadi – Ahmad Khoda Bandeh Loui – Gholamreza Pour Eghbali, Houshang Mohammad Rahimi et les années suivantes, Abbas Navai, Siavash Varzesh Nema, Ala Mobasheri, Mehrdad Kamali.

Un autre panéliste de la conférence était Nasrollah Marandi, un partisan de l’OMPI qui a passé plus d’une décennie dans les prisons du régime.

« C’était tôt le matin du 6 août 1988, les gardiens de la révolution sont venus et m’ont transféré dans le couloir principal de la prison ou couloir de la mort. La prison de Gohardacht avait de nombreuses cellules et salles et de petites pièces, qui étaient toutes pleines de prisonniers, pour la plupart des partisans de l’OMPI. Quand j’ai été emmené dans le couloir de la mort, les deux côtés du couloir étaient pleins de prisonniers attendant d’être emmenés à la commission de la mort. J’en connaissais beaucoup qui étaient mes amis. Il était environ midi lorsque j’ai été emmené à la commission de la mort, qui était composée de Raïssi, Morteza Eshraghi, Hossein Ali Nayyeri, Mostafa Pour-Mohammadi et Esmail Shooshtari », a déclaré M. Marandi.

M. Marandi a ensuite exhorté les Nations Unies, les États-Unis et l’Europe « à condamner la candidature de Raïssi et à annoncer que l’élection du régime ne sera pas reconnue ».

 

 

M. Mohammad Zand, un membre de l’OMPI qui a passé près de 12 ans dans les prisons du régime, figurait également parmi les panélistes de la conférence.

« Le massacre de la prison de Gohardacht a commencé en août 1988. Deux jours auparavant, jeudi soir, quelques autres prisonniers et moi avons été convoqués. On nous a demandé quelles étaient nos charges? Nous avons dit que nous sommes des partisans des Moudjahidine. Les gardes nous ont brutalement battus de sorte que mes côtes, ainsi que mon pouce, ont été cassés. Nous avons ensuite été renvoyés dans la salle, et ils nous ont dit qu’ils reviendraient samedi. Samedi, ils ont appelé les mêmes noms et ils ont pris mon frère Reza Zand par erreur à ma place. »

«À peu près au même moment, nous avons été emmenés à la commission de la mort. Ebrahim Raïssi et le mollah Hossein-ali Nayyeri, Mostafa Pour-Mohammadi et Morteza Eshraghi étaient membres de la commission de la mort. Bien sûr, je ne connaissais pas Raïssi, l’homme de main du massacre de 1988, mais plus tard, quand j’ai vu sa photo, j’ai réalisé que ce criminel était Ebrahim Raïssi. La commission de la mort m’a informé qu’ils avaient exécuté mon frère », a ajouté M. Zand.

M. Reza Shemirani, partisan de l’OMPI et ancien prisonnier politique de la prison d’Evin, était un autre orateur de la conférence.

« Le 28 août 1988, l’un des gardiens est venu dans la cellule d’isolement du dortoir et m’a emmené au bâtiment du parquet de la prison d’Evine pour rencontrer la Commission de la mort. Là, j’ai vu un grand nombre de prisonniers, femmes et hommes, dont j’en connaissais beaucoup. Tout le monde était assis par terre, les yeux bandés, et certains faisaient la queue pour se rendre dans la salle où était convoquée la commission de la mort. » a déclaré Shemirani.

« J’ai été emmenée dans la chambre de la commission de la mort par un gardien. Quatre personnes étaient assises dans cette pièce. J’ai reconnu le mollah Nayyeri, qui était assis au milieu en tant que juge de la charia. A sa droite était assis un homme en civil que je ne connaissais pas, et c’était Eshraqi, le procureur de la Révolution islamique à l’époque. À gauche de Nayyeri, il y avait un homme en manteau de bureau et turban blanc, que je ne connaissais pas non plus, et c’était le mollah Pour-Mohammadi. Une autre personne était assise à côté de Pour-Mohammadi en civil, que je ne connaissais pas à l’époque, mais il était très actif et a joué un rôle sévère dans l’incitation de mollah Nayyeri à être sévère avec les prisonniers. À ce moment-là, je pensais qu’il était l’un des agents du ministère du Renseignement, mais plus tard, quand j’ai vu sa photo, j’ai réalisé qu’il était le bourreau Ebrahim Raïssi. »

Un autre témoin était Mahmoud Royaie. M. Royaie a principalement évoqué le rôle de Raïssi dans l’exécution des personnes arrêtées et emprisonnées à Karaj avant le massacre de 1988, lorsque ce dernier était procureur de la ville de Karaj.

« Kaveh Nasari était l’un des accusés à Karaj qui souffrait d’épilepsie grave et il a été paralysé sous les tortures. Lorsqu’il avait des crises d’épilepsie, il se frappait la tête et le visage violemment sur le sol, de sorte que son visage était toujours blessé. En août 1988, Kaveh a été emmené à la commission de la mort. Il y avait montré des symptômes d’épilepsie et le clerc criminel Raïssi l’a condamné à mort. Le même jour, Kaveh Nasari, qui avait purgé l’intégralité de sa peine et qui avait déjà perdu la mémoire, a été exécuté cruellement », a déclaré M. Royaie.

M. Abedini, qui a modéré cette conférence, a conclu : « Khamenei n’avait d’autre choix que de mettre fin au spectacle réformiste vis-à-vis conservateurs, et il a embarrassé ceux en Occident qui, depuis des décennies, prônent la complaisance avec les mollahs.

« Maintenant, le monde doit voir le régime iranien pour ce qu’il est. Raïssi en tant que président du régime va être le signe qu’il y aura plus de répression dans notre pays, plus de terrorisme et de belligérance dans la région, et une attitude plus intransigeante envers l’Occident et la communauté internationale », a déclaré M. Abedini.

Un document sur Ebrahim Raïssi a été présenté lors de la conférence. Le document peut être téléchargé ici.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe