mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafFrance : réunion annuelle des exilés iraniens

France : réunion annuelle des exilés iraniens

RFI, 18 juin – Comme chaque année des dizaines de milliers d’Iraniens en exil, et des partisans de leur cause, se sont retrouvés, ce samedi 18 juin 2011, près de Paris. Un meeting à l’américaine en présence de nombreuses personnalités du monde politique international. Cette année la réunion des moudjahidines du peuple prenait un relief particulier, après l’attaque en avril dernier, sur le territoire irakien, du camp d’Achraf par l’armée irakienne. Un camp où résident 3 400 opposants au régime de Téhéran. 35 personnes avaient été tuées. Au cours de ce meeting, de nombreux élus français et étrangers ont apporté leur soutien à la cause des opposants en exil.

« Iran, Achraf, Azadi, » arborant sur leurs gilets jaunes les photos de Massoud et Maryam Radjavi, les deux icônes de la résistance iranienne en exil, des dizaines de milliers de personnes agitent bannières et drapeaux jaunes  avec ferveur. Un show à l’américaine. C’est d’ailleurs l’ancien, député Patrick Kennedy qui ouvre le meeting par quelques mots en persan. « Man irani hastam » (je suis iranien) « man achrafi hastam » (je suis un achrafien)

Beaucoup plus sage c’est le député communiste français Jean-Pierre Brard, entouré d’une cinquantaine d’élus ceints de leur écharpe tricolore qui prend ensuite la parole : « Nous députés de gauche comme de droite, faisons avec vous, avec Maryam Radjavi et pour l’Iran, le pari de la démocratie et de la laïcité. »

Dans la foule des Iraniens, mais aussi de nombreux européens gagnés à la cause des Moudjahidine comme la française Claude/ « On n’en parle jamais, c’est vraiment le silence complet, ce qui s’est passé au camp d’Achraf, on n’en a pas parlé du tout du tout. Il y a quand même eu 35 morts, 36 maintenant puisqu’il y en a un qui est mort de la suite de ses blessures. Il y a eu près de 350 blessés. On n’en a pas dit un mot dans les journaux. Ps un mot. C’est quand même un camp de réfugiés qui est protégé par la 4e convention de Genève, qui a été attaqué par des militaires alors que ce sont des civils. Donc ça, ça ne doit jamais exister. »

Maryam Radjavi monte enfin sur scène dans un ensemble lilas, raccord avec le décor, savourant de longues minutes d’acclamation.

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20110618-france-reunion-annuelle-exiles-iraniens

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe