vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafExtension de la grève de la faim des opposants iraniens à Washington

Extension de la grève de la faim des opposants iraniens à Washington

L’agence Reuters a rapporté le 25 novembre : « Les familles de milliers d’opposants iraniens, membres des Moudjahidines du peuple, le principal mouvement d’opposition iranienne, qui vivent au camp Liberty en Irak, se sont portés volontaires pour entamer une grève de la faim illimitée devant la Maison Blanche. »

Les grévistes de la faim à Washington rejoindront plusieurs centaines de personnes au camp Liberty, mais aussi à Londres, Berlin, Rome, Genève, Stockholm, Ottawa et Melbourne, qui observent une grève de la faim depuis le 2 septembre. Les grévistes de la faim demandent des actions pour garantir la sécurité des sept habitants du camp d’Achraf, dont six femmes, qui ont été pris en otage par les forces de sécurité irakiennes lors du massacre du 1er septembre au camp d’Achraf. Lors de cette attaque meurtrière, sur les 101 résidents du camp, 52 ont été exécutés par des forces de sécurité aux ordres du premier ministre irakien Nouri Al-Maliki.

Le rapport publié le 24 novembre 2013 par le Conseil national de la Résistance iranienne montre que selon des informations obtenues de l’intérieur du régime iranien, les sept otages sont détenus dans une prison secrète, sous le contrôle de Nouri Al-Maliki, située dans la zone verte à Bagdad. Selon ces rapports, à plusieurs reprises, les otages ont été soumis à des interrogatoires menés par les agents du ministère du Renseignement du régime iranien.

Le 18 novembre, Amnesty International a appelé à une action rapide et a cité des sources fiables selon lesquelles « les 7 Iraniens exilés pris en otage le 1er septembre, sont actuellement détenus par les forces de sécurité irakiennes dans une prison non officielle située au centre de Bagdad. Ils sont exposés aux risques de tortures, de mauvais traitement et de renvoi forcé en Iran.

Kamel Amin, le porte-parole du ministère irakien des droits humains avait déclaré le 3 septembre sur la radio «Voix libre de l’Irak » que « les forces de sécurité irakiennes ont interpelé ces personnes parce qu’elles les avaient attaquées. »

Les Etats-Unis ont la responsabilité et la capacité d’appeler le gouvernement irakien à libérer immédiatement les otages et sauver ainsi la vie des 7 personnes enlevées au camp d’Achraf. Les familles des habitants du camp Liberty demandent au président Obama d’intervenir personnellement pour sauver la vie des otages.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe