vendredi, avril 19, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsPlus de 32 000 professeurs associés licenciés de l'université Azad d'Iran

Plus de 32 000 professeurs associés licenciés de l’université Azad d’Iran

Plus de 32 000 professeurs associés licenciés de l'université Azad d'Iran

Depuis le début de l’année universitaire en cours en Iran, le 23 septembre, suite à une décision de Mehdi Tehranchi, le président de l’université Azad, un nombre important de professeurs associés, 32 000 au total, répartis dans différentes unités et disciplines, ont été relevés de leurs fonctions.

Comme l’a rapporté le journal officiel « Etemad » le 12 octobre, ces professeurs ont été remplacés par 20 000 doctorants qui en sont à leur premier ou deuxième semestre à l’université Azad et qui sont activement engagés dans leurs études.

Ces doctorants, après avoir suivi un cours de 40 heures intitulé « Schooling », ont assumé des fonctions académiques à l’université Azad. En reconnaissance de leur rôle, ces nouveaux « professeurs » devraient recevoir une bourse et bénéficier d’une réduction des frais de scolarité.

La décision du président de l’université Azad intervient alors que le régime clérical a déjà renvoyé des centaines de professeurs et de membres du personnel éducatif des universités du pays. Ces personnes étaient considérées comme favorables aux manifestations et aux étudiants engagés dans le soulèvement national de 2022.

À la suite de la récente décision de l’université Azad, des dizaines de milliers de personnes ont perdu leur principale source de revenus, sans aucune autre possibilité d’emploi à l’horizon. Cette situation est principalement due au fait que nombre d’entre eux, après avoir consacré une ou deux décennies à l’enseignement à l’Université Azad, ont dépassé la limite d’âge pour occuper des postes académiques au sein d’universités ou d’institutions gouvernementales.

Selon une clause de la directive de 2018 de l’Organisation centrale de l’Université Azad, qui semble avoir joué un rôle important dans la décision du président de l’Université Azad de supprimer soudainement 32 000 professeurs associés, « si un professeur associé perd les conditions générales d’enseignement, les affaires académiques de l’université procéderont à la révocation de l’ID d’enseignement alloué ».

Pour l’essentiel, les personnes souhaitant enseigner dans les différentes unités de l’Université Azad et rejoindre son corps professoral doivent se soumettre à un processus d’approbation préalable basé sur des conditions générales et spécifiques avant d’entamer leur collaboration.

Selon l’annonce de 2021 de l’Université d’Azad, les « conditions spécifiques » se réfèrent à la formation et au parcours académique du candidat. Toutefois, les « conditions générales » sont définies comme suit : « Aucun antécédent d’appartenance ou d’activité dans divers groupes opposés à la République islamique d’Iran, connaissance des règles religieuses et accomplissement des devoirs islamiques, adhésion aux ordres et déclarations des dirigeants, évitement des lignes incompatibles et indécentes dans les activités scientifiques et la recherche à l’université, croyance et engagement sincère envers la République islamique d’Iran, croyance en l’engagement du candidat envers une technologie supérieure, engagement envers l’éthique professionnelle et les lois et règlements de la guilde professionnelle. Les candidats masculins ne doivent en aucun cas avoir des problèmes liés au système de service public pour l’emploi en tant que membre du personnel académique. »

Ces lignes directrices, ainsi que les critères spécifiques conduisant au renvoi des étudiants dissidents et des professeurs mécontents, indiquent clairement une campagne de nettoyage idéologique et politique de la part de la dictature théocratique. Elle met également en évidence le niveau élevé de mécontentement qui se manifeste au sein du monde universitaire.

Depuis 1979, ce régime n’a cessé de tenter de supprimer, de militariser, de purger ou de remodeler les universités iraniennes afin d’éradiquer l’intégrité intellectuelle. Cependant, chaque soulèvement a démontré au régime des mollahs que ses efforts étaient vains. Par conséquent, il n’est pas certain qu’une « formation » de 40 heures et quelques incitations financières permettent de former des professeurs loyaux.