dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsPlan de censure d'Internet en Iran : Les médias officiels mettent en...

Plan de censure d’Internet en Iran : Les médias officiels mettent en garde contre ses conséquences

Quelques jours avant l’investiture du nouveau président des mollahs, Ebrahim Raïssi, de nombreuses villes d’Iran ont été le théâtre de manifestations. Ces manifestations ont commencé dans la province du Khouzistan en raison de pénuries d’eau. Au lieu de répondre aux demandes de la population, le régime a commencé à réprimer les manifestants et a imposé une coupure d’Internet.

Malgré la répression du régime, les protestations ont continué à s’étendre à d’autres villes. Craignant d’autres protestations et la réaction de la communauté internationale, le Majlis (Parlement des mollahs) a rapidement voté en faveur du plan de censure d’internet dans le but de contrôler la société explosive.

Les médias officiels n’ont cessé de mettre en garde contre un nouveau soulèvement et l’échec du régime à contrôler la société.

Protesters in Tehran support Khuzestan, call for regime change

« Les Iraniens vivent pour gagner en crédibilité, pour évoluer, et non pour survivre et connaître la régression », écrivait le quotidien officeils Resalat le 1er août.

Resalat ajoute que le plan de censure d’Internet « est un grand choc pour l’une des sections les plus influentes de la société, la jeunesse. »

Le régime est dans une impasse concernant le plan de censure d’Internet. S’il l’approuve et le met en œuvre, il y aura des protestations ; dans le cas contraire, les protestations se poursuivront et s’étendront à tout le pays. Plus important encore, les Iraniens seraient en mesure d’établir une connexion avec le mouvement de Résistance organisé.

« Finalement, à mesure que les protestations s’étendaient, les membres du Majlis abrogeaient la résolution, et ici, en plus du choc des décisions immédiates, un autre message était transmis à la communauté, à savoir que les décideurs sont instables. Sinon, ils n’auraient pas dû changer à nouveau leur décision en l’espace d’une semaine« , écrit Resalat à ce sujet.

Le quotidien Resalat a ensuite averti que cette instabilité aurait des répercussions sur le régime. « Cette décision irréfléchie montre que les responsables n’ont aucun projet pour le peuple, et l’annulation de cette décision est non seulement inutile mais intensifie et souligne ce message selon lequel les responsables sont instables. »

Iran Expanding protests hint at what is to come

Resalat avertit ensuite les responsables du régime qu’ils « devraient s’inquiéter de la frustration du peuple, en particulier des jeunes, et réfléchir à une solution. La vague de désespoir peut difficilement être soignée. »

Les médias officiels iraniens ont également reconnu que les responsables du régime cherchent à tirer profit du plan de censure d’Internet. Ce n’est pas une surprise de la part d’un régime qui a pillé la richesse nationale de l’Iran et l’a gaspillée dans le terrorisme.

« Certains partisans bien informés du plan de censure d’internet travaillent d’arrache-pied, d’abord pour créer un monopole financier, puis pour frimer devant un autre groupe [le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei]« , écrit à ce sujet le quotidien officiel Mostaghel.

« Tout dispositif de ce type qui restreint l’accès aux installations entraîne la corruption. Comme les utilisateurs du cyberespace sont obligés d’acheter des VPN pour accéder aux sites filtrés, on sait désormais qui vend ces VPN. Les [responsables du régime] monopolisent alors le marché et réalisent des profits astronomiques, car ils fixent le prix des VPN à leur guise« , écrivait le quotidien officiel Sharq le 2 août.

Quel que soit l’objectif poursuivi par le régime en approuvant le plan de censure d’Internet, le résultat serait le même : davantage de protestations et peut-être un nouveau soulèvement national.

« Il semble qu’au cours de ces quelques jours, tout le pouvoir et les opportunités des différentes factions ont été gaspillés sur le projet Internet. La poursuite de telles actions et réactions, qui se sont produites dans des cas similaires, peut imposer des coûts irréparables au [régime]« , a écrit le quotidien officiel Mostaghel le 2 août.

Le régime tente d’approuver le projet de censure d’Internet. Dans le même temps, les manifestations « n’ont ni début ni fin définis », « mais elles se forment sous différents prétextes« , selon le quotidien officiel Arman.

« Dans ces circonstances, l’escalade des crises et des défis actuels et les politiques inefficacités qui ont été adoptée ont rendu impossible d’imaginer une situation dans laquelle ces rassemblements se poursuivront, au moins à court terme, sous différents prétextes« , a ajouté le quotidien Arman le 2 août.

En d’autres termes, les médias officiels reconnaissent l’existence de nouvelles manifestations, et un autre soulèvement majeur est inévitable et se profile à l’horizon.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe