mardi, mai 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe taux d’exécutions en augmentation en Iran

Le taux d’exécutions en augmentation en Iran

Le taux d’exécutions en augmentation en Iran

Les trois premiers mois de 2024 fait de l’Iran le pays ayant le taux d’exécutions par habitant le plus élevé au monde. En 2023, le pays a connu un nombre record d’exécutions depuis huit ans, largement attribué à la répression de l’opposition par le régime à la suite de soulèvement national de 2022.

Cette vague a donné lieu à plus de 870 exécutions en 2023, dont plusieurs sont directement liées à l’implication des accusés dans le soulèvement de l’année précédente. Au moins neuf personnes ont été exécutées pour des accusations telles que « inimitié contre Dieu » ou « propagation de la corruption sur Terre ». Des dizaines de condamnations à mort similaires seraient attendues, ce qui suscite l’inquiétude des militants quant au fait que le régime pourrait avoir l’intention de les appliquer une fois que l’attention internationale portée aux violations des droits humains en Iran aura diminué.

Toutefois, la répression s’est étendue bien au-delà des exécutions sanctionnées par l’État. Selon l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), plus de 30 000 manifestants ont été arrêtés entre le début du soulèvement de 2022 à la mi-septembre et la fin de l’année. Les autorités iraniennes ont indirectement reconnu cette estimation plus tard, annonçant que presque le même nombre avait bénéficié d’une amnistie, bien que cette affirmation soit sujette à controverse.

Plusieurs prisonniers politiques, pour la plupart âgés de 20 à 30 ans, qui auraient été libérés, ont ensuite été retrouvés morts, soupçonnés de suicide. De nombreuses familles de victimes affirment qu’elles ont été soumises à de graves tortures, voire à un empoisonnement.

Le même phénomène est évident dans les rapports récents selon lesquels des proches de personnes tuées lors de ce soulèvement ont été arrêtés ou de nouveau arrêtés. Le 2 avril, des militants des droits humains ont souligné le cas de Saïd Farokhipour, qui avait été arrêté la veille au cimetière de Behesht-e Zahra après avoir assisté à une cérémonie commémorative pour son fils Amir-Mehdi Farokhipour. Par coïncidence, cette arrestation a coïncidé avec un rapport du Centre pour les droits de l’homme en Iran détaillant les poursuites engagées contre Mahsallah Karami, dont le fils Medhi Karami a été pendu le 7 janvier 2023 pour sa participation au soulèvement.

L’aîné Karami est détenu depuis août et fait face à des accusations de rassemblement et de collusion contre la sécurité nationale et de propagande contre l’État. Il est également accusé de corruption financière pour avoir reçu des dons.

Même si rien n’indique dans l’immédiat que Karami risque d’être exécuté, les autorités iraniennes ont utilisé d’autres moyens pour tuer et continuent de tuer des manifestants et des dissidents. Le 24 mars, une femme de 20 ans, Sara Tabrizi, a été retrouvée morte au domicile de son père à Téhéran, ce qui laisse supposer qu’elle s’était suicidée après avoir été arrêtée en décembre précédent, soumise à la torture et à des menaces, relâchée, mais ensuite maintenue sous surveillance avec de fortes pressions avant d’être convoqué au ministère du Renseignement le 23 mars.

Le régime des mollahs a également intensifié ses pressions sur les anciens prisonniers politiques, les partisans de la Résistance iranienne et les dissidents qui ont été actifs dans le passé, afin d’intimider le public.

Alors que la fin du Ramadan approche, le régime cherche à dissimuler ses troubles internes post-électoraux et les conséquences de ses conflits régionaux. Par conséquent, le régime devrait poursuivre sa tendance à des taux élevés d’exécutions, d’arrestations arbitraires et de disparitions forcées. L’histoire suggère que la peine capitale sous ce régime n’est pas une question de justice mais plutôt un outil politique.