mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien : Un obstacle majeur à la paix durable au...

Le régime iranien : Un obstacle majeur à la paix durable au Moyen-Orient

Le régime iranien : Un obstacle majeur à la paix durable au Moyen-Orient

Les drones continuent de cibler les centres commerciaux et les raffineries de pétrole, les roquettes continuent de bombarder les zones résidentielles, le transport maritime reste à haut risque et des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants innocents se couchent le soir, terrifiés et ne sachant pas s’ils vivront demain.

Telle est la vie aujourd’hui pour des millions de personnes au Moyen-Orient.

Quel que soit le pays dans lequel vous vivez, la sûreté et la sécurité sont devenues des luxes que vous ne pouvez pas prendre pour acquis. Lorsqu’ils discutent des racines de l’instabilité, certains analystes peuvent souhaiter la faire remonter au conflit israélo-palestinien. D’autres peuvent penser que tout a commencé lorsque du pétrole a été découvert dans la région. Mais en tant que personne ayant survécu à trois guerres au Moyen-Orient et ayant tout risqué depuis la révolution de 1979 en Iran, je me dois de souligner que l’extrémisme islamique est né de la guerre et qu’il disparaîtra avec la paix.

Tout au long de l’histoire, une révolution a toujours dynamisé les masses, augmentant le niveau des attentes. Si la force même qui se tient victorieuse sur les cendres du système renversé ne tient pas ses promesses, elle sera confrontée à des questions existentielles.

Lorsque la dictature monarchique a été renversée en Iran en 1979, Ruhollah Khomeini, un religieux qui n’avait jamais servi une petite communauté, et encore moins un pays de plus de 30 millions d’habitants à l’époque, a exploité le vide politique et s’est emparé du trône sans contestation. Alors qu’il était en exil à Paris, il a promis des libertés politiques et sociales, l’égalité économique et la reconstruction de la nation.

L’Iran, dévasté par des centaines d’années de dictature et exploité par le colonialisme, est confronté à des défis complexes que ni Khomeini ni le réseau de religieux fondamentalistes qui l’entoure ne sont en mesure de relever. Il fallait donc un ennemi extérieur pour que la nouvelle théocratie se poursuive, remettant à plus tard toutes les promesses initiales et la reconstruction du pays.

Peu après la révolution, Khomeini a appelé les Irakiens à renverser le gouvernement irakien et a tout fait pour provoquer son voisin de l’Ouest. Cela a conduit à un conflit dévastateur de huit ans, qui a fait deux millions de morts et de blessés parmi les Iraniens. Khomeini a qualifié cela comme une « bénédiction divine » et a juré de « libérer Jérusalem via Karbala ».

Après le retrait des forces irakiennes du territoire iranien le 12 juillet 1982 et la publication de la résolution 514 par le Conseil de sécurité des Nations unies, la fin de cette guerre sanglante était à portée de main. Mais aucune délégation internationale ou entité nationale n’a pu convaincre Khomeini d’abandonner « la bénédiction » pour les six années suivantes.

Avec son siège à Paris, la Résistance iranienne a lancé une campagne internationale pour demander la fin de cette guerre inutile et antipatriotique. Quelque 5 000 dignitaires et parlementaires de renommée internationale, dont certains deviendront plus tard des chefs d’État, venus de 57 pays unissent leurs voix pour mettre fin au bain de sang qui a détruit des centaines de milliers de vies et gaspillé des milliards de dollars des deux côtés. Mais comme prévu, ces appels ont été ignorés à Téhéran.

Sept mois après que les Irakiens eurent quitté le sol iranien et exprimé leur volonté d’accepter la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a signé un accord de paix avec le gouvernement irakien pour montrer qu’une paix durable est à portée de main. Néanmoins, les responsables du pays et ceux qui ont perdu du sang et des trésors ont vivement critiqué cette initiative et ont qualifié les membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) de « traîtres qui vendent le pays au régime Baas ».

En 1986, à la suite d’une forte recrudescence du terrorisme international du régime et de l’action diplomatique de la France, les dirigeants de l’OMPI ont été contraints de quitter le sol français. L’Irak, toujours en guerre contre le régime des mollahs, a manifesté son intérêt pour accueillir la première opposition iranienne. Que ce soit sur la base de ses propres considérations stratégiques ou d’autres raisons, Bagdad a accepté et signé les conditions de l’OMPI, notamment le respect mutuel de l’indépendance.

En juin 1986, quatre ans après que l’Irak s’est retiré du territoire iranien et a annoncé sa volonté de parvenir à un règlement négocié du conflit, l’OMPI a transféré son QG en Irak, a fondé l’Armée de libération nationale (ALN) et a appelé tous les Iraniens en mesure de porter des armes à rejoindre ses rangs contre la dictature au pouvoir en Iran. Par la suite, des centaines d’opérations contre les principales cibles militaires du régime ont porté de sérieux coups à sa machine de guerre. En quelques mois, l’ALN a réussi à pénétrer le territoire iranien plus que l’armée irakienne ne l’avait fait en plus de sept ans.

En moins de trois ans, l’ALN a écrasé l’un après l’autre les divisions et les bataillons de l’armée du régime iranien, en particulier les pasdaran. Le 18 juillet 1988, un mois après que l’ALN eut libéré la ville frontalière de Mehran et mis en déroute la 16e division blindée de Qazvin, tant vantée par l’armée, et la 11e division ‘Amir al-Mo’menin du Corps des gardiens de la révolution islamique, Khomeini annonça sa volonté d’accepter la résolution 598 du Conseil de sécurité des Nations unies sans jamais en dévoiler publiquement les raisons.

Khomeini exprime son amer ressentiment en comparant sa décision de mettre fin à la guerre à « boire un calice de poison ». À ses partisans désabusés, il a dit qu’il avait terriblement honte. Même si Khomeini souffrait d’un cancer de la prostate, de nombreux témoignages de ses proches indiquent que cette décision a eu un impact considérable sur son état mental, certains évoquant même une dépression complète. Moins d’un an plus tard, le 3 juillet 1989, Khomeini est mort, et ses successeurs n’ont toujours pas signé de véritable traité de paix avec l’Irak.

Depuis sa création, le régime iranien est l’État le plus actif en matière de terrorisme, responsable de certaines des attaques les plus meurtrières dans le monde. Presque tous les points chauds du Moyen-Orient sont touchés par les fonds, les milices, les armes ou l’idéologie extrémiste de Téhéran.

Peu après la répression sanglante de la dissidence en Iran dans les années 1980 et l’insistance de Khomeini à poursuivre la guerre impopulaire avec l’Irak, son régime a perdu sa légitimité et, au cours des quatre décennies qui ont suivi, Téhéran a poursuivi les massacres et les guerres par procuration pour survivre. Chaque effort pour raisonner ce régime, que ce soit par certains au sein de l’opposition iranienne ou par les puissances internationales, s’est avéré futile, s’est même parfois révélé une erreur mortelle.

En juin 1981, Khomeini a éliminé tout vestige d’activité politique pacifique et a déclenché son règne de terreur, au cours duquel des dizaines de milliers de dissidents ont été raflés et exécutés sans procès. L’OMPI a reconnu qu’il ne pouvait pas changer le comportement du régime, il devait donc changer le régime lui-même. Bien qu’elle ait fait l’objet d’une répression injuste dans le cadre de la politique occidentale de complaisance envers le régime, la Résistance iranienne est apparue comme l’entité la plus efficace qui a réussi à porter les coups idéologiques, politiques et culturels les plus graves à la théocratie. Elle a maintenu vivante la lutte pour un Iran démocratique, laïc et non nucléaire au cours des quatre dernières décennies.

Le 16 février 1984, Massoud Radjavi, président du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), informe les journalistes d’un accord entre le gouvernement irakien et la Résistance iranienne, qui prévoit l’arrêt de tous les bombardements de zones civiles pendant au moins une semaine, créant ainsi une opportunité viable pour des négociations et une paix durable.

La partie irakienne, représentée par Tariq Aziz, alors ministre des Affaires étrangères, et vice-premier ministre, a exprimé sa volonté de respecter l’accord. Alors que Bagdad avait déjà exprimé le désir d’arrêter la guerre, Khomeini, lui, souhaitait poursuivre le conflit afin de disposer d’une couverture pour la répression intérieure de la dissidence.

À l’occasion de l’anniversaire de cet accord, qui a révélé les principaux bénéficiaires de l’effusion de sang, il pourrait être intéressant de regarder la vidéo suivante. Puisse-t-elle servir de preuve que, dans les années 1980, il y avait des gens qui essayaient sincèrement de servir les intérêts nationaux de l’Iran et des Iraniens, malgré les tentatives de Khomeini de détruire le pays pour préserver son règne sanglant :

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe