mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa communauté mondiale mise à l’épreuve alors que le régime exécute un...

La communauté mondiale mise à l’épreuve alors que le régime exécute un garçon mineur en Iran

La communauté mondiale mise à l’épreuve alors que le régime exécute un garçon mineur en Iran

Une fois de plus, la détermination de la communauté internationale a été mise à l’épreuve par la dictature cléricale, vendredi 24 novembre, lorsqu’elle a procédé à l’exécution d’un prisonnier de 17 ans, Hamidreza Azari. L’incident s’est produit à un moment où les autorités iraniennes étaient déjà sous surveillance en raison d’un rythme accéléré d’exécutions en général, ce que de nombreux experts considèrent comme un élément de la réponse répressive actuelle de Téhéran au soulèvement national qui a commencé l’année dernière après qu’une jeune femme a été tuée par « police des mœurs » pour avoir prétendument porté son hijab obligatoire de manière non conforme selon le régime.

Le soi-disant système juridique du régime, basé sur des interprétations fondamentalistes de la charia, considère les garçons comme étant légalement responsables vers l’âge de 15 ans, bien que le droit international définisse un mineur comme toute personne âgée de moins de 18 ans et interdit catégoriquement l’exécution de ces personnes. Les responsables iraniens, y compris le soi-disant observateur des droits de l’homme du pays, ont rejeté à diverses reprises les dispositions pertinentes de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant et du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, arguant que les lois nationales prévalent sur le droit international même si le premier est basé sur des traditions culturelles ou religieuses préexistantes.

Par conséquent, le régime est l’un des rares pays à appliquer encore systématiquement la peine de mort aux personnes qui avaient moins de 18 ans au moment des faits présumés. Cependant, étant donné la sensibilité de la question et l’ampleur des protestations internationales qui devraient suivre chacun de ces incidents, le système judiciaire iranien a pris pour pratique courante d’attendre que les mineurs condamnés aient atteint l’âge adulte avant de procéder à leur exécution.

Cependant, l’exécution d’Azari semble s’écarter de cette pratique, même si les médias d’État auraient déformé l’âge du prisonnier pour détourner les critiques.

Dans les années 1980, la dictature cléricale s’est fait connaître en exécutant sans discernement de nombreux mineurs. Aujourd’hui, la question se pose de savoir si l’assassinat d’Hamidreza Azari, par l’État, constitue une mise à l’épreuve des efforts en cours visant à rétablir cette pratique, visant à semer la peur parmi la jeunesse majoritairement agitée du pays.

Le moment choisi pour ce message est également particulièrement frappant, car Azari a été exécuté le jour même où le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Naser Kanaani, tenait une conférence de presse au cours de laquelle il a répondu avec dédain à une résolution du Parlement européen condamnant les violations des droits humains du régime.

Pendant ce temps, Milad Zohrevand, 21 ans, a été exécuté par pendaison jeudi matin 23 novembre à Hamedan. Son exécution est liée aux événements du soulèvement de l’année dernière. Malgré la détention généralisée de dizaines de milliers de personnes et la condamnation à mort de dizaines de personnes lors du soulèvement prolongé de 2022, le régime a choisi une approche différente pour rendre publiques les exécutions, du moins dans ce qui est rendu public.

L’exécution de Zohrevand a évidemment eu lieu en secret, mais elle a été confirmée par des groupes de défense des droits humains et de multiples sources au sein du régime des mollahs. Même l’accusé lui-même n’aurait pas été informé à l’avance du projet d’exécution et n’aurait pas pu recevoir les derniers visiteurs ni parler à sa famille par téléphone. Cela est conforme au déni de procédure régulière qui a caractérisé son cas et celui de nombreux autres prisonniers politiques qui se voient refuser des droits fondamentaux tels qu’une représentation juridique indépendante. Les mauvais traitements infligés à Zohrevand ont même continué après sa mort, les autorités refusant de remettre son corps à sa famille et l’enterrant en cachette, sans cérémonie appropriée.

Bien qu’il soit originaire de Malayer, une ville située à 83 km au sud-est de la capitale de la province de Hamadan, le régime a choisi d’enterrer Milad dans la ville de Hamedan. Cette décision visait à contrecarrer toute tentative de sa famille et de ses amis d’organiser une cérémonie publique, dont le régime craignait qu’elle ne dégénère en manifestations. En outre, les forces de sécurité ont pris des mesures pour empêcher sa famille de déplacer son corps en versant du béton sur sa tombe.

Bien que les membres de sa famille aient finalement été autorisés à visiter sa tombe, sa mère, Afsaneh Zohrevand, a même été détenue pendant plusieurs heures en guise de punition pour avoir pleuré lors de ses funérailles de fortune, qui ont eu lieu sous une forte présence policière.

En outre, les autorités iraniennes ont procédé à l’exécution secrète d’Ali Saber-Motlaq. Alors que Motlaq avait déjà purgé une peine de prisonnier politique dans les années 1980, son exécution représente une intensification des représailles contre son implication présumée dans le principal groupe d’opposition pro-démocratie – et organisateur de nombreuses manifestations de l’année dernière – l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).

Ayoub Karimi, un prisonnier politique kurde détenu à Ghezel Hesar, a été exécuté mercredi 28 novembre, malgré les avertissements préalables de nombreux organisations de défense des droits de l’homme. Les Kurdes, en tant que groupe ethnique, ont connu des exécutions à un rythme qui dépasse leur proportion dans l’ensemble de la population. Cependant, ce déséquilibre est encore plus prononcé au sein de la minorité ethnique baloutche, qui représenterait moins de cinq pour cent de la population nationale mais représenterait environ un tiers de toutes les exécutions.

Les deux ethnies partagent un fil conducteur dans leur résistance inébranlable contre le régime des mollahs, les positionnant comme des pionniers du soulèvement de 2022. Leur résilience en a non seulement fait un symbole d’espoir, mais a également servi de source d’encouragement pour l’ensemble de la nation opprimée.

Essentiellement, les actions récentes du régime témoignent d’un effort progressif et délibéré visant à resserrer son emprise sanglante sur une société rétive. Le régime teste et met en œuvre de plus en plus de mesures plus agressives, ce qui conduit à une augmentation des violations des droits humains. Compte tenu du silence assourdissant de la communauté internationale, le régime estime qu’il a les coudées franches au niveau national.

Si les dirigeants mondiaux persistent à traiter les préoccupations en matière de droits de l’homme simplement comme un levier symbolique pour servir leurs propres intérêts, nous devrions nous attendre à une récurrence des événements pénibles survenus en Iran au cours des dernières décennies, pouvant conduire à des conséquences encore plus graves, la migration massive étant parmi les moins graves.