jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeDeuxième pétrolier iranien en Syrie: des sources

Deuxième pétrolier iranien en Syrie: des sources

Deuxième pétrolier iranien en Syrie: des sources

Par Amir Taghati

Un nouveau pétrolier rempli de pétrole iranien est en route pour la Syrie, en violation des sanctions américaines en vigueur, ont déclaré à Fox News des sources de renseignements occidentales.

La Bonita Queen a chargé 600 000 barils de pétrole brut le 2 août près de la côte iranienne, sur l’île de Kharg.

Peu de temps après, le navire-citerne a été sous-drapeau du pays de Saint-Kitts-et-Nevis, craignant des sanctions en représailles des États-Unis.

Le navire se dirige maintenant vers Dubaï, où il fera le plein avant de commencer un voyage de plusieurs mois autour de la corne de l’Afrique, à travers la Méditerranée et jusqu’aux rives de la Syrie, a rapporté mardi Fox News.

Des sources ont déclaré à Fox News que le navire envisage de rencontrer deux pétroliers appartenant à des Syriens en Méditerranée plus tard cette année et d’effectuer un transfert de pétrole brut d’un navire à l’autre.

Ce transfert constituerait une violation supplémentaire des sanctions américaines étant donné que le département du Trésor américain avait déjà sanctionné les deux pétroliers syriens en mars de cette année. Les pétroliers, nommés le Kader et le Jasmine, doivent tous deux rencontrer Bonita pour assister au transfert.

Dans un document publié en mars par le Bureau du contrôle des avoirs étrangers, l’administration Trump a exposé les différentes pratiques de transport trompeuses menées par la force Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) du régime iranien. Outre les transferts de navire à navire, les deux navires syriens ont été accusés d’avoir désactivé leurs systèmes de localisation GPS et AIS, d’avoir modifié les noms de leurs navires et d’avoir falsifié leurs cargaisons et leurs documents.

Le propriétaire de ces pétroliers syriens, Mohammed Al-Qatirji, a été sanctionné par l’administration Trump en 2018 pour avoir tiré profit de la guerre civile syrienne.

Le partenaire commercial d’Al-Qatirji a été sanctionné par l’Union européenne en janvier 2019, faisant de ce transfert de pétrole iranien une violation des sanctions tant de l’UE que des États-Unis.

Lundi, le département d’État américain a mis en garde la communauté internationale contre l’assistance au régime iranien à la contrebande de pétrole après la saisie du pétrolier Adrian Darya-1, anciennement connu sous le nom de Grace-1, puis sa libération par les autorités britanniques.

Les tensions continuent de croître au Moyen-Orient après une série d’attaques de la part du CGRI sur des pétroliers liés à l’ouest cet été dans le golfe Persique.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe