lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafDes parlementaires et des experts dénoncent l’embargo mis en place contre l’opposition...

Des parlementaires et des experts dénoncent l’embargo mis en place contre l’opposition iranienne au camp Liberty en Irak

Des parlementaires et des experts dénoncent l’embargo mis en place contre l’opposition iranienne au camp Liberty en Irak

CNRI – Lors d’une conférence en ligne qui a eu lieu le 20 juillet 2015, des personnalités européennes et américaines ont participé à session de question/réponse sur le rôle du régime iranien dans une l’embargo inhumains mis en place contre plusieurs milliers de membres du principal groupe de l’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), résident camp Liberty en Irak.

Les trois orateurs principaux de cette conférence en ligne étaient les suivants : l’homme politique norvégien, Lars Rise ; ancien membre éminent du Conseil de sécurité nationale à la Maison Blanche, le Professeur Raymond Tanter ; et Lord Ken Maginnis, membre de la Chambre des Lords au Royaume-Uni.

M. Rise a dit que la situation en Iran est très inquiétante et que le régime iranien « agit dans l’extrême désespoir ». Il a souligné qu’actuellement, le nombre des exécutions en Iran est plus élevé que jamais et que la situation des droits de l’Homme dans ce pays s’est dégradée de façon considérable.

Interrogé sur la raison pour laquelle les puissances occidentales semblent faire très peu choses pour aider les résidents du camp Liberty, M. Rise dit que certains pays occidentaux sont bernés par des informations fausses et mensongères que régime iranien leur donne.

Il a ajouté que les autorités de France, Royaume-Uni, Allemagne et des autres pays devraient communiquer avec les responsables de l’ONU et leurs réclamer de plus amples informations sur la façon dont le bureau de l’ONU en Irak (UNAMI) fonctionne en ce qui concerne le camp Liberty.

M. Rise souligné l’importance absolue de la poursuite de la diffusion d’informations sur ce qui se passe en Iran, ce qui se passe au camp Liberty en Irak et ce qui se passe avec l’UNAMI.

Il a dit qu’il croit que le gouvernement britannique a peur de provoquer le régime en Iran. Il a ajouté qu’il est de la responsabilité de toutes les puissances occidentales d’agir pour protéger les membres de l’OMPI résident au camp Liberty, et dans un premier temps d’agir pour mettre fin immédiatement à l’embargo mis en place contre ce camp.

M. Rise a terminé ses propos en disant que le gouvernement américain a une responsabilité particulière d’agir puisqu’il a délivré à chacun des membre de l’OMPI résident en Irak un document dans lequel il s’est engagé à assurer leur sécurité. Il a ajouté : Si le gouvernement américain ne respecte pas sa parole, « comment pouvons-nous faire confiance aux Etats-Unis après cela? »

Le Professeur Raymond Tanter a présenté quelques-uns des résultats de recherches qu’il a menées. Il a dit que la plupart des dirigeants de pays arabes, sauf l’Arabie saoudite, sont trop conciliants à l’égard du régime iranien. Il a également souligné que Bachar al-Assad a été le premier chef d’Etat à louer l’accord nucléaire conclu avec le régime iranien.

Interrogé sur la possibilité de rectifier l’accord nucléaire conclu avec le régime iranien, le professeur Tanter a suggéré qu’une équipe de travail soit mise en place au Congrès des Etats-Unis pour étudier le contenu de cet accord et fournir des renseignements alternatifs sur ce sujet. Il a dit que le régime iranien va tricher dans l’avenir, comme il l’a si souvent fait dans le passé, et que par conséquent, il faudrait renforcer les inspections des sites nucléaires en Iran.

En ce qui concerne les conséquences de cet accord nucléaire, le professeur Tanter a dit qu’après signature de cet accord, le régime iranien va essayer se dominer davantage les pays de la région et continuer ses politiques contre les populations sunnites dans ces pays.

Professeur Tanter a par ailleurs évoqué la question d’inspection des sites suspects en Iran. Il estime que sur ce sujet, les interlocuteurs du régime iranien lui ont fait trop de concession. Il estime qu’il est inutile d’avertir le régime iranien plusieurs semaines avant l’inspection de chaque site suspect, car pendant ce temps, le régime aura la possibilité de détruire les preuves, mentir, tricher et faire des dissimulations, comme il l’a fait à plusieurs reprises dans le passé.

Concernant l’idée d’existence d’une faction modérée au sein du régime iranien, il a affirmé qu’il n’y a aucun modéré au sein de ce régime et que cette idée est une «fantaisie ». Il a ajouté que beaucoup de dirigeants mondiaux découvriront la vraie nature du régime iranien lorsqu’ils constateront dans les faits l’échec de l’accord nucléaire qu’ils viennent de signer avec ce régime.

Professeur Tanter a fini ses propos en disant que des conférences comme ceci sont très précieux pour informer et sensibiliser les gens sur la situation en Iran.

Lord Maginnis of Drumglass a évoqué la responsabilité des gouvernements occidentaux dans la situation qui existe actuellement en Iran et au camp Liberty en Irak. Il a affirmé que le gouvernement du Royaume-Uni a un sérieux problème de manque d’information sur ce sujet. Il s’est dit outré de constater que le Foreign Office ne fait pas davantage pour informer le gouvernement sur ce sujet.

Il a félicité l’Albanie qui a accepté un groupe de réfugiés venant du camp Liberty et a applaudi les autorités albanaises pour leur sens de justice et d’humanité. Il s’est dit déçu par le fait que dans ce domaine, le gouvernement britannique n’a pas fait au moins autant que le gouvernement albanais.

Lord Maginnis a déclaré que son pays, par son négligence, est responsable de ce qui se passe actuellement au camp Liberty en Irak.

Il a dit que le Royaume-Uni doit agir pour régler cette crise humanitaire et doit réclamer auprès de l’UNAMI des informations factuelles sur la situation au camp Liberty. Il a affirmé qu’en tant que citoyen loyal au Royaume-Uni, il trouve « honteux » que le gouvernement de son pays ferme les yeux sur des événements horribles.

Par ailleurs, il a affirmé que le gouvernement anglais et américain « semblent cacher » de façon honteuse des informations et des preuves que la Résistance iranienne leur a fournies [sur les activités nucléaires du régime iranien].

Il a salué la dirigeante de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, et la Résistance iranienne pour le rôle essentiel qu’elles ont joué dans la dénonciation des agissements du régime iranien. Il a dit que sans le mouvement de Mme Radjavi « nous aurions beaucoup moins d’informations factuelles » sur la situation en Iran.

Il a ainsi terminé ses propos : « Je voudrais que nous assumions nos responsabilités internationales. Nous avons le devoir de faire quelque chose. »

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe