lundi, janvier 30, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafDéclaration soutenue par une majorité des membres du Dáil Éireann

Déclaration soutenue par une majorité des membres du Dáil Éireann

(Chambre des Représentants d’Irlande)

Massacre dans le camp d’Achraf – 2011

Le 8 avril 2011, quelques 2500 forces armées irakiennes ont attaqué les opposants iraniens sans défense ni armes du camp d’Achraf sur les ordres du premier ministre Nouri Maliki et sur l’injonction du régime iranien. Cette attaque brutale a provoqué le meurtre de 35 résidents, dont 8 femmes, et plus de 350 blessés. Certains des résidents d’Achraf ont été tués écrasés par des véhicules blindés.

Des signes évidents montrent les efforts du régime iranien et du gouvernement irakien pour lancer un nouveau bain de sang à Achraf. Les forces armées irakiennes restent dans le camp. L’assiègement inhumain est maintenu à l’encontre des résidents et de nombreux blessés sont dans une situation critique en raison du manque de matériel médical. Les autorités irakiennes menacent ouvertement les résidents d’expulsion et de meurtre. Et le gouvernement irakien a empêché en avril dernier une délégation de haut rang du Parlement européen en Irak de visiter Achraf.

Le déplacement forcé de 3400 réfugiés sans armes est illégal et en violation des normes des Nations Unies, des lois internationales ainsi que des lois humanitaires internationales. Tout déplacement des résidents d’Achraf du camp vers un autre lieu aura uniquement pour résultat un nouveau massacre et un nouveau bain de sang, et doit par conséquent être farouchement empêché jusqu’à ce qu’une solution finale soit trouvée.

Le 10 mai 2011, la délégation du Parlement européen en Irak menée par M. Struan Stevenson a proposé une solution sur la question d’Achraf qui consiste au retrait des forces irakiennes du camp d’Achraf, à la fin de l’assiègement du camp, à l’accès libre des blessés et des malades aux soins médicaux, à la restitution aux résidents de tous les biens confisqués le 8 avril et enfin à l’ouverture d’une enquête indépendante sur les crimes du 8 avril. C’est alors que la délégation commencera ses pourparlers sur le rapatriement des résidents dans les pays européens, aux États-Unis, au Canada et en Australie. Nous, les signataires de ce communiqué, soutenons cette proposition et exhortons le gouvernement irakien à satisfaire ces préconditions en vue de lever les obstacles pour résoudre cette question.

Nous appelons le Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki-moon, Madame Pillay (Haut-commissaire pour les Droits de l’Homme), la Baronne Ashton (Haut représentant de l’Union européenne) ainsi que la communauté internationale à soutenir la proposition de la Délégation du Parlement européen et à agir en vue des points suivant :

• Les Nations Unies doivent assumer la protection d’Achraf et une équipe d’observation de l’ONU doit être présente en permanence à l’intérieur du camp, avec le soutien des États-Unis et de l’Union européenne.
• Le départ immédiat des forces irakiennes d’Achraf, la levée du siège et l’accès libre au soins médicaux pour les blessés et les malades.
• La nomination d’un représentant par le Conseil de Sécurité de l’ONU pour mener une enquête sur le crime du 8 avril et pour en tenir les auteurs pour responsables.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe