dimanche, décembre 4, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafAudition au Sénat américain sur la situation des résistants iraniens au camp...

Audition au Sénat américain sur la situation des résistants iraniens au camp Liberty

Les membres de la Commission des Forces armées du Sénat américain ont examiné la semaine dernière la situation des membres de l’OMPI au camp Liberty en Irak, a rapporté mardi le « Digital Journal ». Vous trouverez ci-dessous la traduction des extraits du rapport de « Digital Journal » sur l’audition au Sénat des Etats-Unis:

« Plusieurs milliers de membres de l’OMPI en Irak sont confrontés à des menaces, à l’instabilité persistante dans le pays et aux attaques potentielles de milices liées au régime iranien. »

« Le sénateurs John McCain et 16 autres sénateurs membres de la Commission des Forces Armées du Sénat ont assisté à l’audition sur la situation des membres du groupe dissident iranien, l’OMPI, qui résident actuellement au camp Liberty, près de l’aéroport international de Bagdad ».

« Les résidents du camp Liberty sont censés être protégés par le gouvernement irakien. L’ancien sénateur Joseph Lieberman – qui a été l’un des trois témoins auditionnés par la commission – a précisé qu’après le retrait des forces américaines de l’Irak, le gouvernement irakien a refusé à plusieurs reprises de protéger les résidents du camp Liberty contre des attaques lancées contre ce camp. »

« Auparavant, les membres de l’OMPI en Irak étaient basés au camp d’Achraf, un grand complexe composé de logements modernes, d’une université, d’une mosquée, et même d’une piscine. Conformément à un accord signé avec le gouvernement américain, les habitants du camp d’Achraf ont accepté de quitter leurs foyers et partir au camp Liberty situé près de Bagdad. »

« Le gouvernement américain a signé avec les résidents du camp d’Achraf un accord où il s’est engagé à assurer leur protection en tant que personnes protégées en vertu des Conventions de Genève. En échange, les membres de l’OMPI ont accepté d’être désarmés, malgré le fait qu’ils vivent dans une zone de guerre. Ils ont ainsi mis leur sécurité et leur bien-être entièrement entre les mains des Etats-Unis. »

« En tant que témoins, le sénateur Lieberman et le général Jim Jones ont tous les deux affirmé que la promesse d’assurer la protection des résidents du camp Liberty n’a pas été tenue et cette promesse s’est avérée être rien de plus que des mots vides. Au lieu de protéger ces réfugiés, les forces américaines ont finalement transmis le contrôle du camp Liberty à l’armée irakienne. Cela revenait à remettre les clés d’un poulailler à un renard. »

« L’OMPI affirme pour sa part que le transfert de la responsabilité de protéger le camp Liberty aux autorité irakiennes constitue une violation des clauses de l’accord de la part du gouvernement américain. Le général Jim Jones a une appréciation plus mitigée. Il a indiqué que l’obligation de protéger les résidents du camp Liberty a été transférée au gouvernement irakien dans le cadre d’un accord signé en 2009 entre les Etats-Unis et l’Irak. »

« Cependant, le général Jones n’a pas mâché ses mots lorsqu’il a critiqué le gouvernement irakien pour ses manquements concernant la protection des membres de l’OMPI résidant au camp Liberty. Le général Jones a évoqué trois attaques meurtrières perpétrées contre ces réfugiés pendant lesquelles une centaine de membre de l’OMPI ont été tués. »

« Les pires attaques se sont produites pendant la période où Nouri al-Maliki occupait le poste du Premier ministre de l’Irak. Maliki était connu pour ses liens étroits avec le régime iranien et cela avait placé les résidents du camp Liberty dans une situation très dangereuse. »

« Avant la révolution de 1979 en Iran, l’OMPI avait lutté contre le régime du Chah. Les Modjahédine avaient une vision différente que les mollahs sur l’avenir de l’Iran. L’idéologie de l’OMPI était basée sur les enseignements islamiques, mais aussi sur des principes démocratiques et la modernité. »

« Après leur arrivée au pouvoir, les mollahs ont sévèrement réprimé l’OMPI. Dans les années qui ont suivi la révolution, 120.000 membres et sympathisants de l’OMPI ont été exécutés en Iran. Compte tenu de cette persécution, l’OMPI a été contraint de fuir l’Iran et s’installer en Irak. A l’heure actuelle, plusieurs milliers de membres de l’OMPI qui se trouvent en Irak sont exposés à la menace d’extradition vers l’Iran et aux attaques des milices liées au régime iranien. »

« M. Lieberman a souligné que la sécurité des membres de l’OMPI dépend maintenant de la façon dont le gouvernement irakien décidera se comporter à leur égard et du niveau d’influence que le régime iranien exercera sur le gouvernement irakien. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe