samedi, janvier 28, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafAchraf: Sauver plus de 3000 vies – Seuls les États-Unis peuvent le...

Achraf: Sauver plus de 3000 vies – Seuls les États-Unis peuvent le faire

Des milliers d’opposants iraniens en Irak sont en danger. Les États-Unis doivent tenir leur promesse de les protéger.

Gobal Post – Alan M. Dershowitz – 24 février 2012 – Plus de 3000 anciens combattants, qui ont combattu le régime iranien, et à qui les États-Unis ont solennellement promis la protection, risquent à présent d’être tués par les agents iraniens suite au retrait du personnel militaire américain d’Irak.
C’est une situation potentiellement tragique dont la fin est loin d’être certaine. De plus, la cascade de la violence en Irak a transformé cette situation en une urgence.

Ces civils sont des opposants iraniens, dont beaucoup ont des membres de leur famille et des collègues tués par le gouvernement iranien. Ils appartiennent à une organisation appelée OMPI, que les États-Unis – pour des raisons entièrement politiques – ont classée comme organisation terroriste, malgré le fait qu’il n’y a pas de preuve qu’aucun de ses membres se soit engagé dans des actes de violence depuis des années.
La cour d’appel des États-Unis a ordonné au Département d’État de revoir sa désignation en se fondant sur des preuves actuels, mais le Département d’État traîne les pieds, fournissant ainsi aux Irakiens – qui font de plus en plus ce que veut l’Iran – une excuse pour viser les membres de l’OMPI comme cible. Le premier ministre irakien Nouri al-Maliki mentionne toujours l’OMPI comme un groupe « terroriste », tout en menaçant leur sécurité. Mais ces anciens rebelles ont accepté de se désarmer et de se regrouper dans un lieu sûr appelé camp d’Achraf, en échange d’une promesse américaine de protection.
Malgré cette promesse, des dizaines d’entre eux ont été tués par les Irakiens agissant sur ordre du gouvernement iranien. Maintenant que les États-Unis ont mis un terme à leur présence militaire, l’Irak se rapproche beaucoup plus des mollahs de l’Iran et se montre davantage désireux de faire ce qu’ils demandent. Les mollahs veulent ces gens morts, parce que beaucoup parmi eux sont des témoins des effroyables crimes de guerre commis par le gouvernement iranien contre les opposants et autres civils.
Le gouvernement irakien a annoncé qu’il fermera le camp d’Achraf et transférera ses résidents dans une installation beaucoup plus petite, nommée par euphémisme camp Liberty. Le but ultime pour ces résidents est de pouvoir aller dans d’autres pays où ils peuvent être à l’abri de la vengeance iranienne. Tout le monde reconnaît que tant qu’ils restent en Irak, en particulier dans l’Irak d’aujourd’hui, ils ne sont pas en sécurité.
Aussi bien le Talmud juif que le Coran musulman déclarent que « Qui sauve ne serait-ce qu’une vie humaine, sauve l’humanité entière ». Les États-Unis ont la possibilité de sauver plus de 3000 vies humaines, mais ils doivent user de leur influence considérable pour faire pression sur le gouvernement irakien pour protéger les résidents et faciliter leur rapide transfert vers des lieux sûrs en dehors de l’Irak. En tant qu’avocats des droits de l’homme, nous sommes généralement amenés à nous impliquer seulement après que les tragédies aient eu lieu pour amener les gens devant la justice. Pourtant, nous avons à présent une occasion d’empêcher une terrible injustice avant qu’elle ne se soit réalisée.
Il y a des bonnes et des mauvaises nouvelles. Je suis impliqué dans des plaidoyers pour les droits de l’homme depuis un demi siècle, et je n’ai jamais vu un exemple plus parlant de plaidoyer pour les droits de l’homme préventif que ce que nous voyons prendre forme depuis l’année dernière concernant le camp d’Achraf. Nos efforts ont désormais atteint le plus haut niveau au Département d’État et à la Maison blanche. Maryam Rajavi, la Présidente élue du Conseil National de la Résistance d’Iran, a beaucoup de mérite pour avoir démontré que le plaidoyer pour les droits de l’homme peut aider à empêcher des désastres humanitaires. Je vois ce projet comme un modèle de comment le plaidoyer pour les droits de l’homme peut sauver des vies.
Mais la mauvaise nouvelle est la nouvelle réalité en Irak, comme illustrée par des unes de journaux récentes telles que « Le premier ministre irakien accueille un groupe en liens étroits avec l’Irak et au passé violent ». Nous ne pouvons tout simplement pas faire confiance à l’actuel gouvernement irakien pour protéger les gens au camp d’Achraf. Comme il serait facile pour les Iraniens, avec la complicité du gouvernement irakien, d’organiser un épouvantable massacre et nier ensuite que leurs empreintes sont dessus, tout comme les deux gouvernements ont renié leurs responsabilités dans les précédents massacres des résidents d’Achraf.
Nous devons faire retirer l’OMPI de la liste terroriste du Département d’État immédiatement. L’OMPI n’appartient pas à cette liste, en regard de la loi, en regard des faits et en regard de la morale. Et nous devons faire sortir d’Irak les résidents du camp d’Achraf aussi vite que possible, afin d’empêcher un désastre humanitaire.
Je suis encouragé de voir Eli Wiesel profondément inquiet de la situation dans le camp d’Achraf et de l’injuste étiquette sur les membres de l’OMPI ainsi que du traitement qu’ils subissent. Il est fortement engagé dans cette action de sauvetage de vie. Et il m’a remémoré quelque chose qu’il a dit à plusieurs reprises, qu’une leçon majeure de l’Holocauste pour lui était de toujours « croire aux menaces de vos ennemis plus qu’aux promesses de vos amis ».
Soyons très clair, en ce qui concerne les résidents du camp d’Achraf, la responsabilité s’arrête au gouvernement des États-Unis, qui a fait la promesse de les protéger. Il est maintenant temps de transformer les promesses en actions de sauvetage de vies.
L’Irak dit qu’il veut transférer les milliers de résidents du camp d’Achraf de leurs foyers très convenables qu’ils ont construits, vers un autre endroit petit et dilapidé au camp Liberty à Bagdad, qui pourrait très bien se transformer en prison pour les résidents. Il a menacé de violence et d’arrestations s’il y a une quelconque réticence au transfert.
Les avocats et les observateurs des droits de l’homme doivent être autorisés à aller en Irak pour en réalité observer et surveiller le transfert afin de s’assurer qu’il est fait convenablement, et que les résidents ne sont pas emmenés par les Irakiens dans une prison ou remis aux Iraniens, les Irakiens utilisant la crédibilité des États-Unis et des Nations Unies comme couverture.
Et nous avons besoin de trouver des pays à travers le monde qui soient prêts à prendre ces personnes jusqu’à ce qu’ils puissent rentrer en sûreté chez eux comme citoyens libres. La meilleure action actuelle serait pour les États-Unis d’évacuer immédiatement par pont aérien les civils mis en danger hors d’Irak vers un pays sûr qui accepterait de les accueillir temporairement jusqu’à ce qu’ils puissent trouver un refuge à plus durable. Nous avons le grand honneur et privilège d’être dans une position de sauver des vies humaines. Nous ne devons pas esquiver cette responsabilité.

Le Professeur Alan M. Dershowitz est né à Brooklyn et surnommé « l’avocat des libertés civiles le plus itinérant de la nation » et l’un de ses « plus éminents défenseurs des droits individuels ». Il occupe la chaire Felix Frankfurter de Professeur de Droit à la Harvard Law School.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe