mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Achraf94 dirigeants nationalistes, parlementaires et dignitaires irakiens appellent à une issue humaine...

94 dirigeants nationalistes, parlementaires et dignitaires irakiens appellent à une issue humaine pour Achraf


Communiqué de presse
À l’approche de la fin de l’année 2011 :
94 dirigeants nationalistes, parlementaires et dignitaires irakiens appellent à une issue humaine pour Achraf
et condamnent l’emploi de la force contre ses habitants

Alors que l’année 2011 touche à sa fin, l’attitude vis-à-vis du camp d’Achraf est devenue un critère important aux yeux de la communauté internationale pour mesurer la capacité de l’Irak à respecter les règles du droit international et les principes des droits de l’Homme. Les organismes onusiens comme le HCR ont demandé le report de la date butoir de la fin d’année 2011 de fermeture du camp, et soulignent que ses habitants se trouvent sous la coupole de la protection du droit international.

Un grand nombre des parlementaires et autres personnalités irakiens ont également souligné la nécessité de respecter les droits humains des habitants du camp d’Achraf qui sont considérés comme des demandeurs d’asile protégés par la 4e Convention de Genève. Ces hommes politiques irakiens s’opposent aux harcèlements des habitants du camp sous le coup d’une pression étrangère et condamnent toute agression, usage de la force ou massacre, sous quelque prétexte que ce soit, contre eux, similaire à ceux de juillet 2009 et d’avril 2011.

Dans une autre initiative, 85 parlementaires irakiens ont écrit à la Haut commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies lui demandant de faire annuler l’ultimatum de clôture d’Achraf et de faire protéger ses habitants par l’Onu.

Compte tenu des conséquences de cette politique sur la réputation de l’Irak et ses relations sur le plan international, et pour éviter que notre pays ne plonge à nouveau dans le chaos, nous répétons une fois de plus la nécessité d’une prise en charge des habitants de ce camp par les Nations Unies, et d’une accélération de la procédure du HCR pour déterminer le statut de ces personnes.

Positions et liste des hommes politiques ayant appelé au respect des droits humains des habitants du camp dans les médias :

• Le Dr. Iyad Allaoui, Président de la coalition Al Iraqia souligne dans une lettre à Maliki : « Vous avez le droit d’appeler les Nations Unies à chercher une issue, mais je dis que pour le bien de l’Irak, ce n’est ni juste ni honnête de les tuer comme cela a été fait ». (Site Al Iraqia)

• Le Dr. Saleh Mutlaq, Vice-premier ministre irakien : « La présence des habitants d’Achraf sur le sol irakien est conforme à la loi.  Ce sont des réfugiés politiques en vertu de la 4e Convention de Genève, rendant un déplacement forcé de cette population une atteinte au droit international. Toute attitude sortant du cadre du droit international n’est due qu’aux pressions étrangères (…) Fixer une date butoir et dire que si à ce moment vous ne sortez pas on fera un carnage et on fera couler le sang et on entrainera le pays dans un conflit et un contentieux avec les pays du monde, n’est ni juste ni convenable. Une telle décision n’est pas du ressort d’une seule personne. C’est une décision qui regarde tous les Irakiens. Toute personne qui serait amenée à prendre une telle décision devrait prendre en compte le prestige de l’Irak. Ces gens sont nos hôtes et on ne doit pas se comporter avec eux comme cela a été fait dans le passé. » (TV Babelia, TV Al-Charqia)

• Tareq al-Hachemi, Vice-président de la République irakienne : « La présence de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran sur le sol irakien est conforme à la loi et nous récusons le comportement du gouvernement avec cette organisation. Sa présence sur le sol irakien est conforme au droit international, et il revient donc à la communauté internationale de résoudre ce problème. » (TV Al-Charqia)

• Le Dr. Zafar al-Ani, Secrétaire général du Rassemblement pour le Futur de l’Irak et un des dirigeants d’Al Iraqia : « L’ultimatum illégal de fermer Achraf à la fin de l’année 2011 doit être annulé, et comme l’a demandé le HCR, le gouvernement irakien doit retirer cet ultimatum et coopérer avec les Nations Unies, l’UE et les autres organismes internationaux, afin d’aboutir à une issue équitable et légale. » (Site Al-Malaf)

• Salman al-Jumaili, Président du groupe parlementaire d’Al-Iraqia : « Nous sommes convaincus que le problème d’Achraf devrait être résolu conformément au droit international. Ces réfugiés doivent être traités selon le droit international et ce sujet ne doit pas devenir un levier de pression dans nos relations avec l’Iran. » (TV Al-Charqia)

• Maissoun al-Damlouji, porte-parole d’Al Iraqiya : « Nous condamnons le déplacement forcé des habitants d’Achraf que le gouvernement a l’intention d’effectuer à la fin de cette année. C’est en flagrante contradiction avec les principes de droits de l’Homme. » (Quotidien Azzaman)

• Le Dr. Salim Abdullah al-Jabouri, président de la commission des Droits de l’homme du Parlement : « Le temps ne doit pas servir de levier de pression s’ajoutant aux autres pressions qui s’exercent dans le dossier du camp d’Achraf. Dans ce dossier, tout comportement doit se conformer aux critères internationaux et au respect des droits de l’Homme. » (Agence de presse kurde d’AKAnews)

• Le Dr. Ahmad al-Alvani, président de la commission du Commerce du Parlement : « Le déplacement forcé des habitants du camp d’Achraf qui sont affiliés à l’organisation d’opposition des Moudjahidine du peuple d’Iran est un complot étranger. » (Agence de presse Nina)

• Mahmoud Othman, député indépendant de l’Alliance du Kurdistan au Parlement, a appelé à respecter les habitants d’Achraf, à s’abstenir d’une agression et à protéger leurs biens. (Agence de presse Ina) 

• Le Dr. Abdulnasser al-Mahdavi, gouverneur de la province de Dyala : « Le gouvernement local de la province de Dyala rejette toute violation des droits de l’Homme et souligne la nécessité d’un comportement humain avec les habitants du camp d’Achraf, conforme à la loi en vigueur en Irak et au droit international. » Al-Mahdavi a appelé les forces de sécurité irakiennes à s’abstenir de verser le sang et à se comporter avec les habitants du camp d’Achraf selon le droit international et la loi irakienne. (Site du gouverneur, agence de presse Nina)

• Falah al-Naqib, député et ancien ministre de l’Intérieur : « Le cas des réfugiés iraniens est avant tout une question humaine (…) Nos traditions et nos valeurs à nous, Arabes, nous dictent d’aider ces réfugiés et de les protéger, car ce sont nos hôtes. Ce sont des êtres humains et les pressions qui leurs sont infligées sont inacceptables. » (Quotidien Azzaman)

 Adil Barvari, conseiller du Premier ministre pour les affaires du Kurdistan, a exprimé le souhait que le gouvernement irakien respecte l’aspect humain dans son comportement dans le dossier du camp d’Achraf. (Agence de presse Nina)

• Le Dr. Ala Maki, député du groupe Al Iraqia : « Comme nous le savons, les habitants d’Achraf sont sous une protection internationale et il faut mettre à exécution toutes les décisions des organismes internationaux qui les concernent. » (Site Al-Malaf)

• Alia Nussayif, députée : « Le refus du gouvernement de répondre aux appels des organisations internationales à reporter la date butoir du permis de séjour des habitants d’Achraf fixée pour la fin de l’année, est regrettable. »  Nussayif a expliqué qu’une solution radicale ne pourrait dépendre du temps, mais qu’elle avait au contraire besoin de temps pour que les protagonistes puissent mener à bien leurs démarches. (Agence de presse Ina)

• Mohsen Sa’adoun, vice-président du groupe de l’Alliance du Kurdistan au Parlement : « L’issue de la question d’Achraf doit être mise en jeu derrière la table des négociations, avec la médiation des Nations Unies. Le droit à l’asile politique est un droit reconnu pour tous. » Sa’adoun a ajouté que la présence d’un aussi grand nombre de réfugiés devrait se conformer à la Constitution irakienne qui souligne la nécessité de respecter les droits de l’Homme, et a appelé à déployer des efforts pour aboutir à une formule convenable pour la sortie de ces habitants du sol irakien. (Agences de presse Ina et Nina)

• Latif Mustapha, député du groupe du Changement du Kurdistan au Parlement : « Le gouvernement doit se comporter avec eux (les habitants d’Achraf) comme avec des réfugiés politiques dotés de revendications politiques. Le droit international veut que l’Irak respecte les réfugiés politiques, du moment où ceux-ci se conforment aux accords internationaux. Selon la Constitution irakienne et selon le droit international, aucun réfugié ne doit être forcé de quitter le sol du pays ou être extradé. » (Quotidien Al-Dastour)

• Arkan Zibari, député, membre de la commission des Affaires étrangères du Parlement : « Les habitants du camp d’Achraf ont un statut sous protection internationale, car ils sont des réfugiés et c’est de leur droit de bénéficier de leurs droits humains. » (Site Al-Malaf)

• Le Dr. Bokhari Abdullah a souligné que la communauté internationale n’acceptera pas l’évacuation forcée du camp d’Achraf par le gouvernement irakien à la fin de l’année. (Quotidien Azzaman)

• Chouan Mohammad Taha, député du groupe de l’Alliance du Kurdistan au Parlement : « Une agression contre les habitants d’Achraf pour les déplacer de force à la fin de l’année serait inacceptable dans le nouvel Irak démocratique. » (Quotidien Bagdad)

• Messal Alloussi, ancien député et dirigeant du parti Omat : « Les habitants d’Achraf sont des réfugiés et le gouvernement doit respecter ses engagements à leur égard. » (Agence de presse Ina)

• Cheikh Abdullah Ojail al-Yavar, Président du Mouvement pour Justice et Réforme de l’Irak : « Les habitants d’Achraf se trouvent sur le sol irakien conformément aux Conventions internationales et il ne faut pas leur porter atteinte. » (Site Al-Malaf)

• Ala Talebani, députée du groupe de l’Alliance du Kurdistan au Parlement: « Le gouvernement irakien se trouve aujourd’hui devant un dossier de réfugiés présents sur le sol irakien conformément aux Traités internationaux et il est de notre devoir de les soutenir dans cette situation politique compliquée que l’Iran a créée. »(Quotidien Bagdad)

• Majed Ismaël Mohammad, député du groupe de l’Alliance du Kurdistan au Parlement, a appelé le gouvernement irakien à ne pas recourir à la force contre les réfugiés, quelles que soient leur tendance politique.  (Site Al-Malaf)

• Haydar al-Mola, rapporteur de la commission des Droits de l’homme au Parlement : « La clôture du dossier des habitants d’Achraf à la fin de l’année constituerait une ingérence dans les affaires de l’Irak, car ce dossier est du ressort des Irakiens, sans compter qu’il est doté d’un aspect international qui est du ressort des Nations Unies. Nous lançons donc une mise en garde contre toute démarche qui ne serait pas effectuée avec la coopération de la MANUI et du HCR. » (Quotidien Azzaman)

– Dr. Iyad Allaouii, dirigeant d’Al Iraqia
– Dr. Oussama al-Nujaifi, président du Parlement
– Dr. Saleh Mutlaq, Vice-premier ministre
– Tareq al-Hachemi, Vice-président de la République
– Dr. Salman al-Jumaili, pdt du groupe Al Iraqia au Parlement
– Dr. Jamal al-Karboli, un des dirigeants d’Al Iraqia
– Dr. Zafir Al-Ani, un des dirigeants d’Al Iraqia
– Mahmoud Othman, député indépendant de l’Alliance du Kurdistan
– Mohsen Sa’adoun, Pdt de l’Alliance du Kurdistan
– Falah al-Naqib, député, ancien ministre
– Maissoun al-Damlouji, députée, porte-parole d’Al Iraqiya
– Dr. Salim Abdullah al-Jabouri, Pdt Com Droits de l’Homme au Parlement
– Dr. Ahmed al-Alwani, Pdt Com commerce Parlement
– Hayder al-Mola, Rapporteur de la Commission des Droits de l’Homme du Parlement et  porte-parole d’Al Iraqiya
– Rassem al-Avadi, un des dirigeants d’Al Iraqia
–  L’ayatollah Iyad Jamolledine, anc. député
– Omar Khalaf, dép. Al Iraqia
– Wahat al-Jumaili, dép. Al Iraqia
– Qais Chazar Khamisse, dép. Al Iraqia
– Ojail al-Yavar, dép. Al Iraqia
– Othman al-Joheichi, dép. Al Iraqia
– Zyad Tariq Zarb, dép. Al Iraqia
–  Faresse al-Sanjari, dép. Al Iraqia
– Ra’âd Dahlaki, dép. Al Iraqia
– Khalil Zeydan, dép. Al Iraqia
– Dr. Faeza al-Ubaidi, dép. Al Iraqia
– Jala Yuness, dép. Al Iraqia
– Ahmad al-Massari, dép. Al Iraqia
– Adnan al-Danbus, anc. dép. Al Iraqia
– Falah Hassan Zeydan, dép. Al Iraqia
– Naheda al-Dayeni, dép. Al Iraqia
– Othman Al Joheishi, dép. Al Iraqia
– Ziyad Tareq Zarb, dép. Al Iraqia
– Fares al-Sanjari, dép. Al Iraqia
– Raad Al Dehlaki, dép. Al Iraqia
– Khalil Zaidan, dép. Al Iraqia
– Dr. Faezeh al-Obaidi, dép. Al Iraqia
– Jale Younis, dép. Al Iraqia
– Ahmed  Al-Messari, dép. Al Iraqia
– Adnan al-Danbos, anc. dép. Al Iraqia
– Falah Hassan Zaidan, dép. Al Iraqia
– Nahede al-Daeni, dép. Al Iraqia
– Dr. Neda al-Jabouri, dép. Al Iraqia
– Ala Talebani, dép. Alliance Kurdistan
– Entesar Allawi, une des dirigeantes du Mouvement pour un Accord National (MAN)
– Ziya Chekhli, un des dirigeants du MAN
– Abd-ul- Sattar Baer, un des dirigeants du MAN
– Dr. Alla Maki, dép. Al Iraqia
– Atab Jassem al-Duri, dép. Al Iraqia
– Mohamed Othman al-Khaledi, dép. Al Iraqia
– Alia Nussayif, dép.
–  Chadha al-Aboussi, anc. dép.
– Eskandar Wattut, dép. Al Iraqia – Me. Akram Naqib, cons. juridique Al Iraqia
– Karima al-Juwari, dép. Al Iraqia
– Ibrahim Mutlaq, dép. Al Iraqia
– Mohamed Eqbal, dép. Al Iraqia
– Mohamed Karbuli, dép. Al Iraqia
– Me. Hani Achour, cons. juridique Al Iraqia
– Sahad al-Ubaidi, dép. Al Iraqia
– Dr. Abdulnasser  al-Mahdawi, gouverneur de la province de Dyala
– Adil Barwari, conseiller du premier ministre pour les affaires du Kurdistan
– Sardar Abdullah, dép. Al Iraqia
– Adh’har Cheikhli, dép. Al Iraqia
– Hussam Azzawi, anc. dép., Pdt Al Iraqia (province Dyala)
– Taha al-Luhaibi, anc. dép.
– Archad Arkan Zebari, mbr. Com. AE
– Dr. Bukhari Abdullah, anc. dép. Alliance du Kurdistan
– Chuan Mohamed Taha, dép. Alliance du Kurdistan
– Dr. Mustapha al-Hitti, anc. dép.
– Missal Allussi, anc. dép., dirigeant parti Umat
– Cheikh Abdullah Ujail al-Yavar, Pdt Mouvement pour Justice et Réforme
– Hamed Mutlaq, dép. Al Iraqia
– Yassin Mutlaq, dép. Al Iraqia
– Cheikh Jamal al-Batikh, anc. dép.
– Farzand Latif, anc. dép. Alliance du Kurdistan
– Latif Mustapha, dép. Changement du Kurdistan
– Dr. Bayazid Hassan, dép. Changement du Kurdistan
– Cheikh Majed Ismael, dép. Alliance du Kurdistan
– Azad Abubaker, dép. Alliance du Kurdistan
– Latif Haj Hassan, anc. dép. Alliance du Kurdistan
– Dr. Hamid Adil Bawi, dép. Alliance du Kurdistan
– Dr. Mohamed Ahmed, anc. dép. Alliance islamique
– Youssif Ahmed, anc. dép.  Alliance du Kurdistan
– Fatah al-Cheikh, anc. dép. Al Iraqia
– Dr. Mohamed Chekhli, Directeur Centre National pour la Justice
– Minasse Ibrahim al-Youssefi, Secrétaire général du parti démocrate-chrétien
– Abdul’Lala Kazem, porte-parole de al-Hachemi , Vice-président de la République
– Me. Loei Sa’ïdi, un des dirigeants du Mouvement pour la Réconciliation nationale
– Cheikh Khalaf al-Ulian, Sec. gén. Conseil pour le dialogue national
– Me. Qahtan Sa’ïdi, un des dirigeants du Mouvement des Épris de Liberté (Ahrar)
– Ibrahim Bajelan, anc. Pdt Conseil provincial de Dyala
– Plus 13 membres des Conseils de province et conseillers des gouverneurs

Hayder al-Mola,
Porte-parole du groupe al Iraqia,
Rapporteur de la commission des droits de l’homme au Parlement
Le 16 novembre 2011

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe