mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Achraf525 000 citoyens de la province de Diyala en Irak condamnent le...

525 000 citoyens de la province de Diyala en Irak condamnent le massacre à Achraf

et exhortant l’ONU à protéger les résidents

CNRI – 525.000 habitants de la province de Diyala en Irak, où est situé le camp d’Achraf, ont signé une déclaration condamnant le massacre du 8 avril à Achraf et exhortant l’ONU à protéger les habitants du camp.

La déclaration des 525 000 citoyens de Diyala, qui a été présentée aux journalistes par le Secrétariat du Conseil national des Tribus en Irak, comporte les signatures de membres de plus de cent tribus de la Province de Diyala en Irak.

Selon le Haut commissariat aux élections, Diyala comptait fin 2009, juste avant les élections législatives, une population de 1,3 million personnes. La Commission avait alors annoncé que plus de 813 000 personnes de plus de 18 ans étaient en mesure de voter dans la province.

Voici le texte de cette déclaration :

Communiqué de presse : Conseil National des Tribus en Irak – Province de Diyala, juillet 2011

Les Moudjahidine sont les hôtes honorables de l’Irak et de Diyala ; leur présence à Achraf est un impératif national pour les Irakiens ; leur déplacement à l’intérieur de l’Irak serait un prélude à leur massacre.

Le Secrétariat du Conseil national des Tribus en Irak a l’honneur d’annoncer que plus de 525.000 citoyens de la province de Diyala ont signé une déclaration condamnant avec véhémence l’attaque brutale des forces sous le commandement de Nouri al-Maliki contre Achraf le 8 avril 2011.

Ils déclarent que la présence de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) en Irak à Achraf est en accord avec les intérêts nationaux de l’Irak. Ils évoquent également les pressions imposées aux résidents d’Achraf, comme celles liées à leur expulsion d’Irak ou bien à leur déplacement à l’intérieur de l’Irak, ou encore les mesures qui serviraient les intérêts du fascisme religieux au pouvoir en Iran, qui est l’ennemi des deux nations.

Les signataires sont tous âgés de plus de 18 ans et la déclaration mentionne leur nom, leur adresse précise et valable, tout cela étant confirmé et validé par des cheikhs tribaux, des avocats, des juristes et des figures locales de confiance.

La déclaration stipule :

Des années durant, le régime iranien a envoyé des escadrons de la mort, a commis des meurtres, fait du trafic d’armes diverses et de munitions, a envoyé des équipements de radio et de télévision, créant de fait une gamme de médias d’informations serviles et intervenant ainsi nuit et jour dans les affaires internes de l’Irak.

Dans sa tentative de dominer totalement l’Irak, le régime iranien a décidé de détruire les fondements culturel, économique et social de notre société.

A travers ses slogans « Iran, va t’en ! » dans ses manifestations continues, le peuple irakien a bruyamment annoncé au monde entier sa haine envers ce régime et son intrusion.

L’un des aspects les plus significatifs de cette intrusion est l’effort hystérique d’anéantir les résidents d’Achraf, qui sont nos hôtes depuis plus de 25 ans et qui ne nous ont apporté que de la gentillesse et le sens de la fraternité.

En poursuivant ces efforts, le régime iranien cherche à couvrir à la fois sa crise intérieure et son isolation internationale. Il veut également enlever le plus fort obstacle politique et culturel qui se dresse contre son ingérence en Irak et son expansionnisme religieux extrémiste.

L’attaque brutale du 8 avril contre Achraf par les forces sous le commandement d’al-Maliki sur les ordres du dictateur de Téhéran a fait 36 martyrs dont 8 femmes, et plus de 350 blessés parmi les membres de l’OMPI.

Cette attaque a puissamment provoqué l’horreur et la condamnation de tous les Irakiens issus de toutes les tribus et de tous les groupes.

Pour le peuple arabe, comme pour le peuple d’Irak et de Diyala, tolérer ce crime reviendrait à accepter la honte et le déshonneur.

L’ambassade du régime iranien à Bagdad a envoyé ses agents à Diyala pour menacer et appâter le résidents de Diyala en montant des mises en scène ridicules pour faire croire que le peuple irakien était favorable à des projets d’expulsion de l’OMPI de l’Irak. En agissant de la sorte, il veut laver le sang des mains du gouvernement qu’il soutient et paver la voie à de futurs crimes.
Mais le régime se trompe lourdement.

Nous, population de Diyala, estimons que l’OMPI est notre hôte prestigieux et considérons sa présence en Irak à Achraf comme un impératif national contre l’ingérence du régime iranien.

Nous, soussignés :
1. Avertissons le gouvernement irakien de s’abstenir de toute nouvelle effusion de sang à Achraf et appelons les forces armées à éviter de tirer sur l’OMPI ou de l’attaquer.
2. Appelons tous les partis indépendants et nationalistes, tous les membres du Parlement et tous les chefs religieux à vigoureusement condamner les crimes commis le 8 avril et à empêcher le gouvernement actuel de continuer ses crimes contre Achraf pour obtenir davantage d’appui du régime iranien.
3. Déclarons que les résidents d’Achraf sont présents légalement en Irak depuis plus de 25 ans et qu’ils sont considérés comme des réfugiés politiques en vertu de la Quatrième Convention de Genève. Leur présence en Irak s’inscrit dans les intérêts du peuple irakien. Par conséquent, la décision du gouvernement irakien de les expulser d’Irak viole les lois et conventions internationales et ne cherche qu’à exécuter les demandes du régime iranien d’anéantir les résidents d’Achraf.
4. Exhortons les Nations Unies et les États-Unis à protéger l’OMPI à Achraf aussi longtemps qu’elle y demeure et à condamner avec force la proposition de déplacer les résidents à l’intérieur de l’Irak, ce qui constitue essentiellement un complot du régime iranien et de ses mandataires irakiens pour tuer les résidents.
5. Soutenons avec force la solution proposée par le Parlement européen, ainsi que ses conditions et ses exigences, et demandons le retrait immédiat des forces armées d’Achraf, l’accès libre des résidents aux soins médicaux, la levée immédiate du siège, la poursuite des responsables du massacre du 8 avril ainsi que le retour des biens volés à Achraf.

Le Secrétariat du Conseil national des Tribus en Irak – Diyala, le 2 juillet 2011

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe