jeudi, juin 20, 2024
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxGrand rassemblement d'Iraniens à Munich- Non au Shah Non aux Mollahs

Grand rassemblement d’Iraniens à Munich- Non au Shah Non aux Mollahs

Reportage en direct : Grand rassemblement d'Iraniens à Munich- Non au Shah Non aux Mollahs

Aujourd’hui, vendredi 17 février 2023, un rassemblement massif d’Iraniens et de militants de la Résistance iranienne se tient sur la Max-Jozef-Platz, en face de la conférence sur la sécurité à Munich.

Ce rassemblement sera suivi par plusieurs personnalités politiques et représentants du Parlement allemand, qui participeront et prononceront des discours soutenant les demandes de liberté et de démocratie du peuple iranien. Cet événement indique clairement le soutien international croissant au soulèvement du peuple iranien et à l’opposition iranienne.
Dans ce rassemblement, les Iraniens et les sympathisants de la Résistance iranienne se sont réunis pour témoigner leur solidarité aux hommes et aux femmes courageux qui protestent dans les rues d’Iran pour une république démocratique et laïque.
Ce reportage en direct sur le rassemblement sera mis à jour au fur et à mesure du déroulement de l’événement.

Reportage en direct : Grand rassemblement d'Iraniens à Munich- Non au Shah Non aux Mollahs

Leo Dautzenberg, Président du DSFI, ancien membre du Bundestag allemand
Le soulèvement est dans son sixième mois. Nous nous considérons comme faisant partie de ce soulèvement. Ses objectifs sont la liberté, la démocratie, la séparation de l’Etat et de la religion, et une république démocratique. Au cours des cinq derniers mois, plus de 700 manifestants, dont des enfants, ont été tués. Plus de 30 000 manifestants ont été arrêtés. Il y a eu une résistance de plusieurs décennies contre ce régime.

Le régime a exécuté plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988. L’engagement pour la liberté et la démocratie ne doit pas être oublié. Nous devons soutenir les objectifs des Iraniens. Il s’agit d’une lutte menée par de nombreux groupes ethniques en Iran.
Le régime prétend qu’il n’existe pas d’opposition en Iran. Si c’est vrai, pourquoi utilise-t-il une force brutale contre son peuple en Iran ? Il est important que le premier article du plan en dix points de Mme Radjavi appelle à l’établissement d’une république basée sur le suffrage universel et le vote populaire. Les manifestants disent oui à la république, non à l’autocratie. Ils disent non au règne des mollahs et à la dictature du Shah. Le régime essaie de présenter le fils du Shah comme une option acceptable.

Les Iraniens ont l’expérience de la révolution de 1979, qui a chassé le Shah et porté Khomeini au pouvoir. À l’époque, Khomeini avait promis de ne pas rechercher le pouvoir et de laisser le peuple choisir. Mais nous savons qu’il a pris le pouvoir dès son arrivée en Iran. Reza Pahlavi a également fait des démarches similaires. Il prétend ne pas vouloir le pouvoir, mais il a déjà prêté serment d’être le roi d’Iran. Et il a même déclaré son héritier.
Les crimes de la SAVAK sont bien connus. Le Shah a été rejeté par un vote en 1979.

Pahlavi n’a jamais condamné les crimes de la SAVAK et du régime du Shah. C’est dangereux. C’est pourquoi la participation du fils du Shah à la Conférence de Munich sur la sécurité est une décision dangereuse et bien accueillie par le régime. Elle détourne les discussions axées sur l’unité et la solidarité pour la liberté.

Nous devons également nous méfier des opérations de propagande du régime des mollahs, notamment de ses campagnes en ligne.

Le peuple iranien mérite la liberté.

Dr. Karin Schnebel, représentante des femmes à la mairie de Munich

Depuis le début des soulèvements en Iran, nous avons assisté à une répression à l’intérieur du pays. Des centaines de personnes ont été tuées, y compris des mineurs. Des milliers de personnes ont été arrêtées. Beaucoup ont été torturées derrière les barreaux. La lutte du peuple pour la liberté a été réprimée.

La révolution en Iran est en plein essor. Il y a beaucoup d’espoir et un avenir brillant à l’horizon pour atteindre la liberté et mettre fin à la dictature. Nous déclarons notre solidarité avec le peuple d’Iran. Nous compatissons avec vous, ceux qui ont perdu des enfants, des parents. Nous montrons notre compassion avec les personnes qui ont des êtres chers en Iran.

Les femmes sont obligées de porter le hijab. Les femmes luttent et combattent la dictature. Des gens meurent pour obtenir ce que nous avons ici. Des exécutions ont lieu tous les jours. Voilà ce qui se passe dans ce pays au 21e siècle. En Allemagne, nous sommes libres de nous exprimer. Des choses comme le hijab devraient être le choix des gens.

Mais il ne s’agit pas seulement de porter un hijab. Ce n’est qu’un exemple de la liberté dont les gens sont privés. C’est un système qui impose sa loi aux gens dans les moindres détails de leur vie. Il n’y a pas d’État de droit et pas de souveraineté du peuple. Nous nous battons pour un régime laïc. Seul un État laïque peut apporter ces libertés.

Nous avons la responsabilité d’orienter les politiques du gouvernement allemand. Nous devons tout faire pour défendre les droits de l’homme en Iran. Cela signifie une politique étrangère claire qui aide l’infrastructure des Droits de l’Homme en Iran. Les Iraniens souhaitent avoir une république pluraliste où le vote de chaque citoyen compte. Une société où règne la liberté de choix et de religion. La liberté est universelle.

Reportage en direct : Grand rassemblement d'Iraniens à Munich- Non au Shah Non aux Mollahs

Marcin Święcicki, ancien maire de Varsovie et ministre des relations économiques extérieures de la Pologne

Ce n’est pas la première fois que le peuple iranien se bat pour la liberté. Cette lutte dure depuis plus de 40 ans. Les mollahs ont pris le contrôle après le renversement du régime du Shah. Ils ont exécuté plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988. Certains de ces meurtriers occupent des postes élevés en Iran. Cela ne peut être accepté.

Il n’est pas surprenant que le régime criminel du Kremlin ait un nouvel allié dans le régime iranien. L’Iran fournit à la Russie des munitions et des drones. Nous devons y mettre fin.

On nous a parfois dit qu’il n’y avait pas d’alternative aux mollahs en Iran. Mais nous en avons une : le CNRI dirigé par Mme Maryam Radjavi, avec un plan en dix points qui apportera la démocratie, la primauté du droit, la séparation de l’État et de la religion, et un pays pacifique.

Il y a un plan. Si l’Occident veut que l’Iran soit démocratique, nous devons soutenir Maryam Radjavi. Nous devons soutenir ceux qui se battent pour un Iran démocratique, pas ceux qui veulent restaurer la monarchie ou maintenir les mollahs au pouvoir.

Que la révolution démocratique soit victorieuse.

Mohammad Ali Tohidi, président de la Commission de la défense et de la recherche stratégique du CNRI

Nous sommes ici pour faire écho à la voix du peuple iranien qui a lutté pendant cent ans contre les mollahs et la tyrannie monarchique pour obtenir un Iran libre et indépendant. Nous sommes ici pour faire écho à la voix de la jeunesse rebelle, qui a lutté dans les rues, dans les universités, dans les cimetières, partout, malgré les personnes qui disent d’arrêter la lutte radicale contre le régime.

Au cours de ces cinq mois, notre nation a montré le vrai visage d’une véritable révolution après 44 ans. Elle a prouvé sa valeur à tous ceux qui sont contre le changement de régime en Iran. Nous nous sommes réunis pour dire que le peuple iranien ne fera aucun compromis sur l’éviction des mollahs et du régime du Shah. Il y a cinq ans, l’ancien ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, est venu ici pour blanchir le complot terroriste de son régime lors de cette conférence. On lui a demandé pourquoi ses ambassades complotaient des actes terroristes. Il a répondu que c’étaient des éléments voyous et les membres de l’OMPI eux-mêmes. Il est finalement apparu que le complot d’attentat à la bombe avait été planifié à l’intérieur de Téhéran et que la bombe elle-même venait de l’intérieur de l’Iran dans une valise diplomatique. Ils voulaient la faire exploser à Paris lors du rassemblement de la Résistance iranienne à Paris. Un tribunal a décidé que le diplomate terroriste qui a planifié l’attentat sera condamné à 20 ans de prison.

Maintenant, dans la même conférence, ils ne veulent pas faire face à la volonté de la Résistance. Ils n’osent pas inviter le président du régime Ebrahim Raïssi ou le ministre de l’Intérieur Ahmad Vahidi. Mais ils ont invité la progéniture du Shah. Cette invitation relève du même type de complaisance qui préserve le régime. La monarchie a été évincée il y a quatre décennies. Elle essaie maintenant de revenir. Avons-nous assisté au retour de la monarchie dans d’autres pays qui l’ont renversée ?

C’est une personne qui ne s’est pas distancée des crimes du Shah ou même du régime. Il a été en contact avec les pasdaran et les responsables du régime. Il pense que la milice Basij et les pasdaran sont les principales forces qui protégeront le peuple.

L’invitation de Zarif, qui a blanchi le complot terroriste du régime des mollahs, n’est-elle pas similaire à l’invitation de Reza Pahlavi ? C’est une honte. C’est une disgrâce. Au lieu de nous concentrer sur ces actes honteux, nous allons nous appuyer sur notre propre force et notre fermeté, et aller de l’avant pour la victoire de la révolution iranienne.

120 000 personnes ont été martyrisées pour réaliser cette victoire. Vous avez tous lutté et souffert. Vous avez montré que vous êtes déterminés à apporter le changement pour lequel nous nous battons depuis si longtemps.

Reportage en direct : Grand rassemblement d'Iraniens à Munich- Non au Shah Non aux Mollahs

Jean Pierre Brard, ancien député à l’Assemblée nationale française

Le jour de la liberté approche. Le plan en dix points offre une perspective de l’Iran pour la liberté et la démocratie. Les hommes et les femmes ont la liberté de choisir leur vie, leur formation, leur éducation, leur culture. Grâce au courage des Iraniens et au mouvement de Résistance, les mollahs vont bientôt disparaître d’Iran. Mais le combat doit continuer. Les États qui se sont montrés complaisants envers la tyrannie des mollahs doivent changer de politique.

Les États n’ont que des intérêts. Les Droits de l’Homme sont leur prétexte. Ils ont des objectifs cachés. Ils se préoccupent de leurs intérêts dans l’avenir de l’Iran. Quels sont leurs intérêts ? Pas la démocratie. Ils sont intéressés par la richesse de l’Iran. C’est pourquoi on parle beaucoup d’autres alternatives au régime. Ils se préparent à soutenir un nouveau régime. Ils ne veulent pas répondre aux besoins du peuple iranien, mais plutôt spolier les richesses de l’Iran pour eux-mêmes. Toutes ces entreprises sont étroitement liées. Des candidats sont déjà sur la table, et parmi eux, le fils du Shah.

La semaine dernière, à Paris, les monarchistes ont tenu un rassemblement. A Washington, ils ont organisé une autre conférence. Ils ont spolié l’Iran pendant le siècle dernier. Le peuple iranien n’a pas tant souffert pour supporter cette alternative. Les martyrs n’ont pas donné leur vie pour satisfaire l’avidité des autres. Le CNRI a un plan qui est fidèle à la révolution actuelle en Iran, pour renverser la dictature, et établir un Iran démocratique.

Nous devons nous tenir aux côtés du peuple iranien et de nos amis iraniens.

Dr. Michael Meister, membre du Bundestag allemand
Il s’agit d’un soulèvement pour les droits de tous les peuples d’Iran. Il est soutenu par tous les peuples. Il mérite notre solidarité. Nous avons la liberté et la démocratie ici. Les Iraniens qui manifestent méritent de jouir de ces droits, d’exprimer leur opinion, de se réunir et d’organiser des rassemblements. Ce sont des droits universels pour tous les peuples.

Le régime de Khamenei a recours à une répression brutale contre les manifestants. Ce régime réprime le peuple. Il ne respecte pas les Droits de l’Homme. Nous savons tous que de nombreuses personnes ont été tuées et blessées lors de ces manifestations. De nombreuses personnes ont été arrêtées. En Allemagne, nous devons nous tenir aux côtés des manifestants. Il faut empêcher le régime de prendre des mesures contre les manifestants et de réprimer le peuple.

Je suis favorable à des sanctions plus sévères contre le régime. La désignation des entités de ce régime comme des organisations terroristes est essentielle. J’admire la bravoure des personnes qui descendent dans la rue. Ils méritent notre soutien.

L’Iran mérite l’État de droit. Ce n’est pas ce qu’il a actuellement. L’accord nucléaire n’a pas donné les résultats escomptés. J’espère que nous réussirons à empêcher la propagation des armes nucléaires par les mollahs.

Grand rassemblement d'Iraniens à Munich- Non au Shah Non aux Mollahs
Dr Massoumeh Bolurchi, représentante du CNRI en Allemagne

Le peuple iranien appelle à un changement de régime et à une république démocratique avec les slogans « A bas Khamenei ! » et « A bas l’oppresseur, qu’il s’agisse du Shah ou des mollahs ! ». Ils ont clairement déclaré qu’ils s’opposeront à toute dictature, y compris au retour de celle du Shah.

Notre pays est à la veille d’un changement fondamental grâce au leadership des femmes. Il y a un avenir brillant pour l’Iran, surtout avec le plan en dix points de Mme Maryam Radjavi. Il ne fait aucun doute que ce soulèvement n’est pas le fruit du hasard. Il est enraciné dans quatre décennies de résistance par les combattants de la liberté les plus courageux et désintéressés.

La Résistance iranienne appelle depuis de nombreuses années à la désignation terroriste des pasdaran. Nous le répétons aujourd’hui. L’UE doit interdire le Corps des gardiens de la révolution islamique et fermer les centres d’espionnage du régime, notamment ses ambassades. Les agents du régime doivent être expulsés du sol européen.

C’est une honte pour la Conférence de Munich sur la sécurité d’inviter une personne qui a hérité sa renommée des crimes de son père, le Shah. Son entourage est composé de criminels et de tortionnaires comme Parviz Sabeti. Il appelle ouvertement à la coopération avec les pasdaran et le régime. Cela ne fera que donner aux mollahs une excuse supplémentaire pour réprimer le soulèvement.

Le peuple iranien et les Unités de Résistance ne compteront que sur eux-mêmes pour l’avenir de l’Iran. Ils ne permettront pas que se répète ce que Khomeini a fait à la révolution de 1979.

Grand rassemblement d'Iraniens à Munich- Non au Shah Non aux Mollahs

Hanif Mahoutchian, conseiller juridique de la JU-Hambourg

Nous honorons les martyrs de la révolution iranienne et tous les combattants de la liberté qui ont donné leur vie au cours du siècle dernier. Quarante-quatre ans après que la révolution a été détournée par Khomeini, ces puissances tentent de répéter le même scénario et de remplacer la dictature théocratique par une tyrannie monarchique. Le peuple iranien ne le permettra pas.

Quels que soient les efforts des médias pour promouvoir de fausses alternatives, le vrai visage de la révolution iranienne est différent. Le peuple iranien transmet son propre message au monde. Il scande des slogans contre la milice Basij et les pasdaran et les rejette.

Le fils du Shah exprime ouvertement son soutien aux pasdaran et à la force Qods. Mais aujourd’hui encore, les habitants de Zahedan scandent : “Nous ne voulons ni des mollahs ni du Shah.”

Cette fausse alternative n’a rien à voir avec la réalité qui se déroule en Iran. Le fils du Shah est une insulte à la lutte du peuple iranien. Après 120 ans de lutte contre les dictateurs, le peuple ne permettra pas au Shah de détourner sa révolution.

Grand rassemblement d'Iraniens à Munich- Non au Shah Non aux Mollahs

Pegah Jahanmiri

Les valeurs de ce mouvement sont sans précédent. Maryam Radjavi a fait d’énormes sacrifices. Des milliers de personnes la suivent. Depuis des mois, le peuple iranien est dans la rue pour obtenir ce qu’il mérite. Nous devons soutenir leurs droits. Ils risquent leur vie pour obtenir la liberté et la démocratie. L’Iran a lutté pendant un siècle pour obtenir les libertés qui existent dans le monde entier.

Le meurtre de manifestants et de membres de l’opposition est à l’ordre du jour pour le régime. Notre génération dit non à la dictature des mollahs. Nous voyons de fausses alternatives composées de célébrités et de joueurs de football. Ils détournent les manifestations de leur véritable voie.

Nous demandons à la Conférence sur la sécurité de Munich de prêter attention aux véritables exigences du peuple iranien. Soutenir ce régime est une trahison des désirs du peuple iranien et des manifestants qui ont été tués par les forces de sécurité.

Oleksiy Goncharenko, Vice-président de la Commission des migrations, des réfugiés et des personnes déplacées de l’APCE, député ukrainien

Nous nous battons pour tous les peuples libres du monde. Nous ne nous arrêterons pas tant que nous n’aurons pas vaincu ce mal. Nous ne nous arrêterons pas. Certains disent que nous pouvons encore faire des affaires avec l’Iran, avec le Belarus et avec Poutine. Le résultat est qu’ils sont devenus forts, ont lancé une attaque et tuent des gens aujourd’hui. Les tyrans sont des maniaques. Ils ne seront arrêtés que par le peuple, par la force et par la puissance. Le peuple libre doit rester uni.

Il y a plusieurs mois, un drone iranien a frappé un bâtiment près de chez moi à Odessa. Nous devons lutter contre le mal partout où nous le voyons. L’Iran mérite la liberté. L’Ukraine mérite la liberté. Pas de négociations avec les régimes d’Iran, de Russie et de Biélorussie. La seule façon de les traiter est de traiter les terroristes. Ils doivent être éliminés et jugés pour leurs crimes.

Vous connaissez le prix de la liberté. Nous devons être forts et unis.

Maliheh Malek Mohammad

Le soulèvement courageux de notre peuple est une révolution en marche vers une république démocratique. Nous nous faisons l’écho des voix du peuple du Baloutchistan, du Kurdistan et de tout le peuple iranien.

Ces derniers mois, les responsables allemands ont répété à plusieurs reprises qu’ils étaient aux côtés du peuple iranien. Le chef du MSC a déclaré qu’il offrirait une scène aux représentants du peuple iranien. Si c’est ce que vous voulez faire, avez-vous écouté les slogans des habitants de Zahedan qui crient « A bas l’oppresseur, qu’il s’agisse du Shah ou des mollahs ! »

Le peuple iranien rejette toute forme de dictature. Ceux qui étaient fidèles à la dictature du Shah et ceux qui sont fidèles au régime actuel sont rejetés.

Des gens comme Parviz Sabeti ont torturé des hommes et des femmes dans les prisons. Des bourreaux comme Sabeti ont exécuté de nombreux combattants de la liberté. Le régime théocratique a poursuivi les atrocités de l’ancien dictateur.

Les femmes de l’OMPI ont gardé la tête haute et ont payé un lourd tribut pour dénoncer ces régimes totalitaires. Elles n’ont pas courbé l’échine devant ces régimes. La révolution démocratique de notre peuple va de l’avant. Les vestiges du régime du Shah tentent de changer le destin de cette révolution. Mais cette révolution mènera à la victoire.

Bahram Mavaddat, membre du CNRI et ancien membre de l’équipe nationale de football d’Iran

Reza Pahlavi est le vestige de la dictature monarchique. Il est une insulte pour le peuple iranien. L’inviter à cette conférence est une insulte à la souffrance du peuple iranien. Cette invitation de Pahlavi est une insulte pour nous, Iraniens. Elle ne reflète pas nos souhaits et nos rêves d’un Iran libre. Alors que Khamenei tente de prolonger son propre règne, ses atrocités permettent aux vestiges de l’ancien dictateur de se présenter comme l’alternative.

Le régime tente de profiter de cette occasion pour intimider les manifestants. Si vous croyez que le peuple iranien a tant souffert pour ouvrir la voie à un autre dictateur, vous faites une grosse erreur.

Le slogan « A bas l’oppresseur, que ce soit le Shah ou les mollahs » est la véritable volonté du peuple iranien. Le Shah a été responsable de la mort de nombreux prisonniers politiques et dissidents. De même, le régime des mollahs a assassiné des milliers de dissidents, dont des centaines de personnes dans les rues ces derniers mois.

Lire la suite