lundi, mai 20, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI: Présidente élueIran : Maryam Radjavi se félicite de la résolution du Conseil de...

Iran : Maryam Radjavi se félicite de la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU

Maryam Radjavi– Elle souligne la nécessité d’appliquer des sanctions généralisées
– La solution définitive pour empêcher les intégristes et les terroristes de se doter de la bombe atomique, est un changement démocratique en Iran

CNRI – Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, s’est félicitée de la 7e résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur le projet atomique de la dictature religieuse en Iran et de l’adoption du quatrième train de sanctions. L’adoption de ces sanctions après plus de deux ans de vaines discussions, a-t-elle dit, montre une fois de plus que les négociations ne servent qu’à permettre au régime de compléter son projet atomique.

Ces deux dernières années une multitude de concessions, notamment des négociations sans précondition ou la livraison d’uranium enrichi à 20% au régime ou même encore ignorer l’enrichissement par le régime, ont échoué. Le régime des mollahs ces derniers mois a tout tenté pour empêcher l’adoption de cette résolution et n’a hésité à jouer de la menace ou de la séduction dans ce domaine. Le dernier exemple remonte à la mise en scène trompeuse avec la Turquie et le Brésil qui a capoté.

Cette résolution S/2010/283, a estimé Mme Radjavi, est une réponse nécessaire mais insuffisante au régime qui a violé l’ensemble des règles et conventions internationales et dont es efforts pour se doter la bombe atomique mettent en danger la sécurité et la paix dans cette région et dans le monde. Comme l’a souligné à maintes reprises la Résistance iranienne, les mollahs considèrent toute négociation et concession comme une faiblesse de la communauté internationale et se sentent encouragés à poursuivre leur projet nucléaire.

La présidente élue de la Résistance iranienne a souligné que les mollahs voient dans la bombe atomique et la mainmise sur l’Irak les deux piliers nécessaires au maintien de leur régime et ne sont pas prêt à y renoncer, surtout en pleine montée du rejet dont il fait l’objet dans la population et l’intensification de ses divisions internes. La solution définitive pour se débarrasser du cauchemar des intégristes et des terroristes armés de la bombe atomique, est un changement démocratique en Iran.

C’est pourquoi la seule manière d’agir avec ce régime est de faire preuve de fermeté dans tous les domaines. Une politique qui d’un côté applique des sanctions généralisées en pétrole et en armes, technologiques et diplomatiques, et qui d’un autre côté reconnaît le droit du peuple iranien à résister au fascisme religieux, et lève les restrictions imposées à la Résistance.

Outre la confirmation des sanctions adoptées précédemment, la résolution interdit l’exportation d’armements lourds en Iran, comme des avions militaires, des chars, des canons et des missiles. Elle interdit au régime de travailler sur des missiles balistiques et ajoute sur la liste noire des autorités du régime, des commandants du corps des pasdaran, des sociétés et des entités affiliées au régime.

La résolution demande à tous les pays d’inspecter toutes les cargaisons en provenance ou à destination de l’Iran sur leur territoire, notamment dans les ports et les aéroports. Elle demande aussi aux pays de coopérer à ces inspections.

La résolution souligne que les sanctions seront suspendues seulement lorsque le régime iranien arrêtera totalement l’enrichissement d’uranium et les activités qui y sont reliées. De plus, si au bout de 90 jours il persiste dans ses activités, le Conseil de sécurité examinera d’autres mesures.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 9 juin 2010