dimanche, juin 16, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran - 74 exécutions ces 13 derniers jours, dont deux femmes

Iran – 74 exécutions ces 13 derniers jours, dont deux femmes

Iran : 16 exécutions mercredi et jeudi et 74 exécutions ces 13 derniers jours, dont deux femmes

Iran : 16 exécutions mercredi et jeudi et 74 exécutions ces 13 derniers jours, dont deux femmes

Appel à une action urgente pour sauver la vie des condamnés à mort, en particulier des prisonniers politiques

Les bourreaux de Khamenei ont pendu onze prisonniers le mercredi 1er mai et cinq autres le jeudi 2 mai. Outre les prisonniers politiques Anwar Khezri, Farzad Gueravand et Majid Barati, dont l’exécution a été annoncée dans le communiqué du 1er mai du même jour, Reza Shirdehi, Majid Hazbari, Mehdi Agha Jafari et un autre prisonnier ont été pendus à la prison de Qezelhessar, Ali Ashraf Khani. et Khosro Baba Valdani à Kermanchah, Ahmad Heirati à Chiraz et Nassir Hariri à Qazvine.

Jeudi 2 mai, les bourreaux ont pendus quatre prisonniers,Saïd Ranjdoust, Saber Amine Abadi, Mohammad Rasoul Khoushkar et Mehdi Habibi et à Tabriz, Yaqoub Amiri à Ardebil. Ainsi, le fascisme religieux a envoyé à la potence 74 prisonniers, dont deux femmes, ces 13 derniers jours.

De même, le prisonnier politique sunnite Khosro Besharat a été transféré à l’isolement depuis le 1er mai pour son exécution ; sa famille aurait été convoquée pour une dernière visite. En outre, les prisonniers politiques condamnés à mort, notamment Reza Ressa’i, Modjahed Korkour, Habib Derris et Abbas Derris, risquent d’être exécutés.

Par ailleurs, le dimanche 28 avril le prisonnier politique Massoud Jamei, âgé de 47 ans, incarcéré à la prison Sheiban d’Ahwaz, a été inculpé après des mois de torture, pour corruption sur Terre, appartenance à l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran et collusion dans l’intention de renverser le gouvernement. Arrêté le 1 aout 2023, il souffre d’un grave cancer de l’estomac, de problèmes hépathique, d’hypertension artérielle et d’une grave infection interne, mais les autorités carcérales ne prennent aucune mesure pour le soigner.

D’autre part, les détenus de la prison centrale de Karadj souffrent depuis des mois de maladies de peau en raison des terribles conditions d’hygiène, sans que la moindre mesure ne soit prise pour les soigner. Ils ne reçoivent pas non plus les médicaments comme les pommades, que leur envoient leurs familles. A la prison de Khorramabad, les agents volent les médicaments apportés par les proches et ne les donnent pas aux prisonniers.

Khamenei ne recule devant aucun crime dans la pente qui l’entraine vers sa chute. Le silence face au parrain du terrorisme, des exécutions et de la belligérance bafoue les valeurs universelles des droits humains. La Résistance iranienne appelle à une action internationale urgente pour sauver les prisonniers politiques condamnés à mort. Il faut renvoyer le bilan des violations des droits humains de ce régime devant le Conseil de sécurité des Nations Unies et traduire les dirigeants de la dictature religieuse en justice.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 4 mai 2024