dimanche, juin 16, 2024
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran - 19 exécutions dimanche et mercredi

Iran – 19 exécutions dimanche et mercredi

19 exécutions dimanche et mercredi. Tout apaisement à l’égard du régime de terreur et d'exécution, revient à piétiner les valeurs des droits humains19 exécutions dimanche et mercredi. Tout apaisement à l’égard du régime de terreur et d’exécution, revient à piétiner les valeurs des droits humains

Montée des exécutions et de la répression, notamment des femmes, pour empêcher le soulèvement d’une population excédée par l’oppression

Craignant le soulèvement populaire et cerné de crises internes et externes, Khamenei envoie chaque jour davantage de condamnés à la potence. Le nombre d’exécutions enregistrées le dimanche 21 avril a atteint les treize et le mercredi 24 avril, se monte à six.

Mercredi 24 avril, Jaber Talebi a été pendu à Amol, Javad Askari à Arak, Alireza Agha’i, Pejman Azizi, Shahram Shoghi et un autre condamné à la prison de Ghezelhessar. Hossein-Ali Sobhani a été pendu mardi 23 avril à Gorgan et Farzad Khademi a été pendu jeudi 25 avril à Saqez.

En multipliant les exécutions et en intensifiant la répression des femmes, notamment sous le prétexte du voile, le fascisme religieux veut empêcher le soulèvement de la population excédée par l’oppression. Es’haq Jahangiri, un ancien vice-président du régime, qui occupe des postes gouvernementaux depuis des décennies, a déclaré il y a trois jours : « on entend craquer le dos des gens sous la pression, nous devons résoudre le problème économique de la population » (Telegram-chand-sanieh – Le 21 avril.

La Résistance iranienne appelle les Nations Unies et ses organes concernés ainsi que l’Union européenne et ses États membres à prendre des mesures immédiates pour mettre fin à la machine de répression et d’exécution en Iran. Les dirigeants de ce régime, en particulier Khamenei, son président Ebrahim Raïssi, et son chef du judiciaire Gholam-Hossein Mohseni-Ejeï, doivent répondre devant la justice de quatre décennies de crimes contre l’humanité et de génocide. Traiter, négocier et apaiser ce régime de terreur et d’exécutions revient à bafouer les valeurs internationales et reconnues des droits humains.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 25 avril 2024