mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: Achraf« Le gouvernement irakien menace Achraf d'anéantissement » - Me Nils de...

« Le gouvernement irakien menace Achraf d’anéantissement » – Me Nils de Dardel

CNRI – « Le gouvernement irakien, sur la demande du régime des mollahs, a fixé une deadline à la fin de cette année pour que ce camp n’existe plus. Il s’agit d’une menace de mort pour des milliers des personnes qui sont dans ce camp », a déclaré l’avocat suisse Nils de Dardel à Genève le 10 aout 2011.

Le co-président du Comité suisse de défense d’Achraf s’exprimait dans une conférence internationale où de très nombreuses personnalités et parlementaires suisses et internationaux se sont retrouvés autour de Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, pour examiner la responsabilité de l’ONU et du HCR vis-à-vis de la situation du camp d’Achraf en Irak. Achraf abrite 3400 réfugiés membres des Moudjahidine du peuple d’Iran, la principale opposition démocratique à la dictature des mollahs.

Voici les temps forts de l’intervention de Me Nils de Dardel :

Pour le compte du Comité suisse de défense du camp d’Achraf, je vous remercie d’avoir répondu si nombreux à notre invitation à cette conférence internationale.

Notre Comité suisse pour la défense d’Achraf a été fondé en 2008 et, à l’époque, le danger essentiel, c’était le retrait des forces américaines qui, déjà, avaient déjà l’intention de remettre la protection ou la pseudo protection du camp d’Achraf aux forces irakiennes. Nous étions déjà extrêmement inquiets et, malheureusement, les événements qui ont suivi ont confirmé ces inquiétudes de manière tragique. Vous savez que deux attaques ont été commises par les forces irakiennes avec l’appui d’éléments iraniens sur le camp d’Achraf. Il s’en est suivi des dizaines de morts et des dizaines de blessés et, depuis maintenant plusieurs années, un blocus économique et sanitaire de ce camp fait que les conditions de vie dans ce camp sont devenues effroyables.

Aujourd’hui, la situation est plus dramatique que jamais puisque le gouvernement irakien, sur la demande toujours du régime des mollahs, menace ce camp d’anéantissement et qu’il a fixé une deadline à la fin de cette année pour que ce camp n’existe plus. Je crois que le mot « deadline » porte une signification absolument claire et nette : il s’agit d’une menace de mort pour des milliers des personnes qui sont dans ce camp.

Nous nous adressons une fois de plus au gouvernement suisse, à la Croix Rouge, à l’ONU et à ces organisations spécialisées comme le Haut commissariat aux Droits de l’Homme et surtout, aujourd’hui, le Haut commissariat aux réfugiés pour qu’une protection de ce camp soit faite de la manière la plus urgente possible car il s’agit vraiment maintenant d’une question de semaines.