mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceMme Maryam Radjavi dans le New York Post : L’Iran au bord...

Mme Maryam Radjavi dans le New York Post : L’Iran au bord de la rébellion

Mme Maryam Radjavi dans le New York Post : L’Iran au bord de la rébellion

Dans un article d’opinion publié le 20 septembre dans le New York Post, Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a évoqué la crise iranienne. Alors que le président du régime iranien s’exprimait la veille devant l’Assemblée générale des Nations Unies, elle a exhorté la communauté internationale à reconsidérer son approche face à un régime au bord de l’effondrement.

Mme Radjavi a souligné les profondes transformations du paysage politique iranien au cours de l’année écoulée, marquées par des protestations généralisées et une résistance croissante. Elle a souligné la nécessité d’une politique occidentale décisive qui s’abstienne d’aider le régime répressif et soutienne les aspirations du peuple iranien pour la liberté et la démocratie.

L’Iran est au bord d’une rébellion totale – l’Occident doit cesser d’aider le régime
Par Maryam Radjavi

Publié dans le New-York-Post, le 20 septembre 2023

Alors que le président du régime iranien s’adresse à New York aux Nations Unies quelques jours seulement après l’anniversaire d’un soulèvement déclenché par un meurtre brutal du régime, il est essentiel que la communauté internationale réfléchisse aux implications profondes de ce chapitre critique de l’histoire de mon pays. .

Au cours de l’année écoulée, le terrain politique iranien a connu une profonde transformation. Le régime est en proie à une grave panique face aux manifestations imminentes, tandis que l’opposition organisée continue de prendre de l’ampleur. Le monde doit recalibrer son approche à l’égard de ce régime instable – au lieu de continuer à apaiser et à aider les assassins du peuple iranien.

La mort tragique de Mahsa Amini, 22 ans, de la « police des mœurs » du régime, a déclenché le mois de septembre 2022. Les braises de la colère se sont rapidement transformées en un vaste incendie de protestation contre l’ensemble de la théocratie qui a englouti plus de 220 villes, couvrant les 31 provinces.

Le monde a été témoin de l’émergence des aspirations profondes à la liberté du peuple iranien, les femmes devenant les leaders intrépides du soulèvement. Le rejet sans équivoque de la monarchie et de la théocratie s’est répercuté à travers les manifestations avec le cri retentissant : « A bas l’oppresseur, qu’il soit le shah ou le guide suprême ».

Le principal mouvement d’opposition, Mujahedin-e Khalq, a publié l’identité d’au moins 750 manifestants tués par le régime. La détermination et le courage des manifestants ont été le point culminant d’une bataille inlassable, qui a duré quatre décennies, contre un régime défini par sa brutalité et son oppression – une bataille dans laquelle les femmes ont toujours ouvert la voie.

Les répercussions de ce soulèvement ont intensifié les schismes internes aux plus hauts niveaux et attisé une peur palpable de l’avenir, ainsi qu’une hémorragie dans les rangs du régime. La résurgence des manifestations de masse, qui, selon toute logique, seraient de plus en plus puissantes, est le cauchemar le plus redouté de Téhéran.

Le guide suprême Ali Khamenei a orchestré l’accession à la présidence d’Ebrahim Raïssi dans le but de forger un régime plus unifié afin d’éviter une répétition des manifestations de masse en 2018 et 2019. Le soulèvement de 2022 a brisé même ce semblant de cohésion du régime, incitant à une réévaluation de sa stratégie.

Une récente « vague de purification », menée par Raïssi, a vu l’expulsion de dizaines de professeurs d’université. C’est une preuve supplémentaire des profondes inquiétudes du régime, notamment à l’égard des universités, qui ont historiquement servi de bastions d’une résistance farouche contre les dictateurs. Aujourd’hui, le régime s’est lancé dans une nouvelle purge radicale.

Ce nettoyage interne a même atteint le seuil du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique. Le général Mohammad Baqer Qalibaf, président du Parlement et ancien proche confident de Khamenei lui-même.

Les vagues de mécontentement populaire sont une preuve irréfutable de l’incapacité du régime à renforcer sa cohésion interne et de son inexorable incapacité à prévenir l’émergence récurrente de soulèvements. Khamenei a donc intensifié la répression.

Il y a eu plus de 500 exécutions depuis janvier 2023, selon les organisations internationales de défense des droits humains. Même si ces tactiques peuvent accroître l’intimidation dans l’immédiat, elles finiront par attiser la dissidence à long terme.

Les unités de résistance en Iran sont la force motrice qui organise et galvanise une population passionnée. Au moins 3 600 membres de ces unités ont disparu ou ont été appréhendés ou tués. Néanmoins, les unités de résistance continuent de proliférer à travers l’Iran.

Ces jeunes courageux opèrent en secret, endurant le spectre constant de l’emprisonnement, de la torture et même de la mort, renforçant ainsi leur rôle d’épine dorsale du mouvement de protestation iranien.

Les aspirations du peuple iranien vont bien au-delà des modifications cosmétiques apportées aux codes vestimentaires. Leur objectif ultime n’est rien de moins que de renverser le régime oppressif et d’établir une véritable république démocratique, se débarrassant des chaînes de la dictature du Shah et du régime théocratique des mollahs.

Le changement démocratique en Iran a cessé d’être une question de conjectures ; il est devenu une réalité incontournable. La détermination inébranlable du peuple, associée aux troubles croissants au sein du régime, rend le statu quo intenable. Une politique occidentale décisive et ferme envers le régime iranien ne peut plus être un simple exercice de prudence ; c’est devenu un impératif.

La théocratie de Téhéran est à son plus faible niveau. Elle n’a jamais eu autant besoin d’apaisement et de manœuvres diplomatiques – ce qu’elle obtient malheureusement. Dégeler des milliards de dollars d’argent du peuple iranien et les remettre au régime est un cadeau fait à Khamenei et à ses Gardiens de la révolution pour la répression, la guerre et le terrorisme.

La communauté internationale a l’obligation morale de se tenir aux côtés du peuple iranien, qui a consenti des sacrifices monumentaux dans sa quête incessante de liberté. Nous ne demandons pas d’aide pour renverser le régime. Nous demandons simplement aux gouvernements occidentaux de cesser de fournir de l’aide à ces meurtriers. Nous pourrons alors construire un avenir pacifique fondé sur les idéaux d’une république laïque, démocratique et non nucléaire.

Maryam Radjavi est la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne, basé à Paris.