mercredi, février 21, 2024
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceMike Pompeo : les manifestations en Iran sont le résultat de 40...

Mike Pompeo : les manifestations en Iran sont le résultat de 40 ans d’opposition organisée

L'ancien secrétaire d'État américain Mike Pompeo : les manifestations en Iran sont le résultat de 40 ans d'opposition organisée

Le 70e secrétaire d’État américain Mike Pompeo a prononcé un discours de soutien au soulèvement du peuple iranien pour renverser le régime des mollahs en Iran, aux côtés de Maryam Radjavi, du CNRI et de l’OMPI pour un Iran libre.

Mike Pompeo, le 70e secrétaire d’État des États-Unis, figurait parmi les éminents orateurs qui sont intervenus au Sommet mondial « Pour un Iran libre 2023 », le 1er juillet. L’événement s’est tenu au siège du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) à Auvers-sur-Oise, en même temps qu’un grand rassemblement de milliers d’Iraniens et de partisans de la Résistance iranienne dans la capitale française. Ce discours a été diffusé en direct à des millions d’Iraniens chez eux et dans le monde.

Le texte de l’intervention du secrétaire Mike Pompeo :
J’ai l’énorme privilège de m’adresser à vous tous aujourd’hui et je peux sentir l’amour et le patriotisme pour l’Iran dans la pièce. Et c’est super d’être de retour avec vous tous, c’est formidable de voir autant de grands leaders.

Je vois le premier ministre Harper, le vice-président Pence, je vois le sénateur Lieberman. Et bien sûr, c’est merveilleux d’être à nouveau avec vous Madame Radjavi. Vous avez fait un excellent travail et votre direction à la tête du Conseil national de la Résistance iranienne jette les bases d’une république libre, souveraine et démocratique en Iran. Soyez bénis, pour tout ce que vous avez fait pour le peuple iranien.

Je veux aussi prendre juste une minute pour reconnaître la bravoure et le sacrifice de tant d’Iraniens. J’ai appris à connaître certains d’entre eux qui ont quitté le pays. J’ai vu ces manifestants protester contre la brutalité du régime depuis septembre de l’année dernière pendant 10 mois. Depuis 10 mois maintenant, leur tollé fait le tour du monde. Et ils devraient savoir, vous devriez savoir, le peuple iranien qui écoute cela aujourd’hui à l’intérieur du pays sait que vous continuez à être entendu partout dans le monde.

Vous restez une source d’inspiration. Vous restez une inspiration pour nous tous, nous sommes ici aujourd’hui parce que nous croyons à la même cause pour laquelle ces manifestants se battent, pour qu’un jour, le peuple iranien ne vive plus sous le régime brutal et oppressif qui règne à Téhéran depuis 1979.

Nous connaissons tous ce régime. C’est un régime qui écrase son peuple et se moque de la noble histoire de cette grande nation. C’est un régime qui est une force du mal, je l’ai vécu quand j’étais secrétaire d’État américain. Nous avons vu ce mal. Surtout ces derniers mois. Tant de manifestants iraniens ont été assassinés pour avoir exercé leurs droits les plus fondamentaux, et beaucoup d’autres ont été emprisonnés en raison de simples actes de foi et de patriotisme dont ils ont fait preuve.

Nous avons tous vu deux femmes journalistes iraniennes qui ont été jugées devant le tribunal révolutionnaire iranien. J’hésite même à utiliser le mot tribunal. Leurs familles ont été empêchées d’y assister. Leurs avocats ont été empêchés de présenter une défense. Et le seul crime de ces deux femmes, est d’avoir dit la vérité et d’avoir honnêtement rapporté la mort de Mahsa Amini en septembre dernier.

Malheureusement, des histoires comme celles-ci sont maintenant courantes dans l’Iran d’aujourd’hui, et elles ne feront que se multiplier tant que ce régime disposera des ressources dont il a besoin pour rester au pouvoir. Dès 2010, je parlais du peuple iranien et de son histoire. Cela fait maintenant presque 15 ans. J’ai parlé de la bonté du peuple iranien, du respect du peuple iranien pour la connaissance et la raison, et la vie humaine.

Les Iraniens veulent prospérer dans leur foi et leur culture, et ils veulent simplement permettre à leurs familles et à leur nation de prospérer. Je dois dire qu’en regardant ces manifestants, en voyant les gens dans les rues de Paris aujourd’hui, en vous voyant tous dans cette salle, j’ai un énorme espoir.

Je crois que le mouvement auquel nous assistons, mené par vous tous, est clairement différent de ce que nous avons vu dans le passé. Ces soulèvements ont été menés par des femmes et dirigés par la jeunesse iranienne.

Ils ne demandent pas de réforme. Ils appellent à la liberté, quelque chose qui est profondément cohérent avec l’histoire iranienne. Maintenant, vous le savez tous, le régime de Khamenei essaiera de discréditer les manifestants et vous. Ils prétendent que le mouvement est dirigé par des agitateurs étrangers ou les manifestants plaident pour le retour de la dictature du Shah.

Mais ce n’est pas de l’extérieur vers l’intérieur. Il ne s’agit pas d’agitateurs étrangers. Il s’agit du peuple iranien et des Iraniens du monde entier qui aspirent aux libertés fondamentales. Et nous, chacun de nous, tout comme le vice-président l’a été il y a quelques minutes, nous devons être clairs. Cela ne trompe personne, encore moins les personnes dans cette salle aujourd’hui.

Les slogans entendus quotidiennement dans tout l’Iran, ils rejettent l’ayatollah. Alors que nous avons regardé les manifestations se dérouler au cours de ces derniers mois, nous n’avons pas vu de mouvement en désarroi, avec de nombreuses factions belligérantes se disputant une revendication. Nous avons vu l’unité. Nous avons vu un peuple unifié faire preuve d’une bravoure et d’une coopération incroyables pour faire tomber ce régime.

Cela a été clair du Kurdistan au Sistan-Baloutchistan et des Arabes du Khouzestan à la capitale elle-même à Téhéran. Toutes religions, toutes ethnies, ils sont restés unis dans leur opposition à ce régime et leur espoir profonds pour un avenir meilleur.

Vous le savez tous. Le mouvement auquel nous assistons n’est pas terminé car nous voyons la nation iranienne se rebeller contre son oppresseur de longue date. Et nous ne devons jamais oublier que ce combat coûte cher. Certaines estimations indiquent que près de 700 manifestants ont déjà été tués, tandis que jusqu’à 30 000 ont été arrêtés.

Les responsables du régime ont menacé de commencer l’exécution massive des manifestants dans le but d’écraser les manifestations. Et leurs efforts pour assassiner et mutiler restent forts. Mais les manifestations en Iran nous rappellent à tous que la liberté compte, que c’est quelque chose pour laquelle il vaut la peine de se battre.

Lorsque le général Soleimani menaçait les Américains et que nous l’avons éliminé, nous nous sommes assurés qu’il ne tue pas d’autres Américains. Nous nous sommes assurés qu’il ne poursuive pas un autre Iranien. Il était de notre responsabilité de faire ce que nous pouvions pour aider à garantir la liberté des personnes à travers le monde et à l’intérieur de l’Iran contre le CGRI et leur acolyte, Qassem Soleimani.

Nous les avons aidés parce que nous savons que le régime iranien s’opposera pour toujours à la liberté, et nous ne pouvons pas permettre à cette tyrannie de perdurer. Nous savons aussi que le régime s’oppose avant tout à la liberté à l’intérieur de ses propres frontières.

Nous avons vu cela au cours des 10 derniers mois. Le tollé des Iraniens innocents a été accueilli avec brutalité. Mais le régime de l’ayatollah ne limite pas son plan pervers au peuple iranien. Ce régime de Téhéran est depuis longtemps le premier terrorisme d’État au monde.

Nous voyons les missiles à guidage de précision avec le Hezbollah. Nous le voyons envoyer des drones à travers le monde que le groupe terroriste utilise pour cibler des Israéliens innocents et d’autres personnes qui s’opposent à la vision théocratique et kleptocratique de l’ayatollah et du président Raïssi, le boucher de Téhéran.

Au-delà du Moyen-Orient, nous pouvons également voir maintenant clairement que le régime compte Vladimir Poutine comme un mécène majeur, fournissant à ses forces des drones et d’autres armes pour tuer des Ukrainiens innocents. Penses-y. Le régime a récemment dévoilé son nouveau missile hypersonique, que la Russie a aidé à construire. Il continue de renforcer la capacité de développer rapidement non seulement une arme nucléaire, mais tout un programme d’armement. Et il ment à propos de ce programme même.

Permettre à ce régime de prospérer signifie que la cause de la liberté souffrira à l’intérieur de ses frontières et au-delà. Pendant quatre ans, nous avons travaillé si dur pour l’écraser pendant mon mandat de secrétaire d’État en appliquant chaque once de pression et en faisant venir des partenaires et des alliés qui étaient prêts à aider à isoler le régime.

Cette approche n’a pas seulement paralysé le régime, elle a ouvert la voie à des accords de paix historiques au Moyen-Orient. Il est devenu connu sous le nom d’Accords d’Abraham. Pour la première fois, nous avons le régime à son point le plus faible depuis 40 ans.

Les Iraniens de tous les coins du pays pouvaient voir l’incompétence patent du régime qui a ruiné leur patrie. La nourriture, l’essence et d’autres produits de base sont devenus inabordables, non pas à cause des sanctions américaines, mais à cause de l’action du régime et de sa kleptocratie. La capacité de la nation à répondre aux catastrophes naturelles comme les inondations et les tremblements de terre démontre l’incompétence, l’arrogance et la malveillance du régime.

Il a géré la pandémie de COVID d’une manière qui a également nui au peuple iranien. Écoutez, tout cela montre clairement que l’Iran ne fonctionne pas. Les gens ont une passion pour la liberté à l’intérieur du pays.

Ce fut un privilège de se rendre à Achraf 3 en Albanie l’année dernière et d’entendre les histoires personnelles tragiques de la résistance. Nous l’avons vu récemment perquisitionné. Ils ont été attaqués par le gouvernement albanais. Soyons clairs, ce genre d’action ne se produit que lorsque nos dirigeants sont plus intéressés à complaire au régime iranien et à conclure un accord, qu’à se tenir aux côtés du peuple iranien. Et qu’un tel accord serait une calamité pour le peuple iranien et pour le monde.

Ils comptent libérer 7 milliards de dollars gelés en République de Corée pour les donner au régime iranien. Alors que le président Biden et Robert Malley abandonnent le peuple iranien et enrichissent la bourse des mollahs, nous ne pouvons pas permettre que cela se produise car le régime s’est engagé à écraser son propre peuple et à semer la terreur et le chaos à l’étranger.

Le désir aveugle de l’administration Biden d’apaiser et de négocier a fait du monde un endroit plus dangereux. C’est une trahison totale du peuple iranien. Et conclure un accord donnerait au régime une légitimité. Il convient de noter que cela l’enrichirait également d’un afflux de liquidités, de ressources et d’autorité. Et nous le savons avec certitude. Cette richesse n’irait pas à la nourriture, aux médicaments et à la sécurité du peuple iranien, mais elle serait utilisée pour le mal.

Quelqu’un dans cette salle croit-il vraiment que les despotes de Téhéran l’utiliseront pour aider le peuple iranien ? Bien sûr que non. C’est risible. Nous savons que tout accord ne fera que permettre au régime d’opprimer brutalement son peuple. Mais ce n’est pas tout. Les ressources que le régime n’utilise pas pour infliger douleur et souffrance à son propre peuple seront utilisées pour attaquer des personnes libres partout dans le monde, en Israël, en Ukraine, en Europe, au Royaume-Uni et même à l’intérieur des États-Unis.

Beaucoup d’entre vous ici aujourd’hui viennent d’Europe. Posez cette question à vos dirigeants. Est-il possible de prétendre que vous soutenez l’Ukraine alors que vous levez les sanctions contre le régime qui fabrique des armes pour l’armée de Poutine ?

Demandez-leur comment vous pouvez vous opposer à l’invasion de Poutine tout en permettant à l’Iran d’envoyer plus facilement plus d’armes à la Russie pour assassiner des enfants ukrainiens. Non, si nous croyons en la cause de la liberté, si nous pensons que cela compte toujours de l’Ukraine à l’Iran, alors nous ne pouvons pas tolérer la levée des sanctions contre le régime iranien. Période. Arrêt complet.

Nous devons plutôt appeler nos dirigeants à soutenir les courageux Iraniens qui s’opposent à leur gouvernement despotique. Elles ne sont pas le produit de l’ingérence étrangère, ces protestations. Ce ne sont pas des agitateurs extérieurs. Ils sont le fait que nous savons que le régime ment et que le peuple iranien dit la vérité contre le régime. Ils sont le résultat de 40 ans d’opposition organisée. Maintenant, je prie pour que ce soit le moment pour l’Amérique et toutes les nations qui apprécient la liberté de vraiment les soutenir.

Cette politique américaine ratée que nous voyons aujourd’hui montre un manque de soutien pour ces femmes en Iran qui risquent leur propre vie. Il reste que nous ne pouvons pas inonder l’Ayatollah d’argent et de bénéfices économiques dans la prière, dans l’espoir qu’il ne sera pas utilisé pour infliger la terreur et l’oppression.

Au lieu de cela, les droits de l’homme et le contre-terrorisme doivent continuer à être au centre de notre politique iranienne. Si nous voulons empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire, nous devons faire pression jusqu’à ce que le régime change. Et que la meilleure façon, nous le savons, la meilleure façon d’y parvenir est de soutenir ceux qui se trouvent à l’intérieur de l’Iran en travaillant activement à la recherche d’un gouvernement qui les aime, les honore et les traite bien.

Écoute, j’ai bon espoir. Le monde a beaucoup appris sur la théocratie au cours des 10 derniers mois. Nous avons vu que son existence continue fera du monde un endroit beaucoup plus instable et dangereux. La brutalité du régime a été exposée au monde entier, et il ne pouvait y avoir d’autre voie que de soutenir le peuple iranien.

On ne peut pas négocier avec des hommes comme Raisi. Ses crimes contre l’humanité en 1988 et les crimes qu’il commet maintenant chaque jour le rendent même inapte à avoir une conversation avec des êtres humains décents.

Je sais que certains d’entre vous dans cette salle aujourd’hui ont des proches qui sont actuellement emprisonnés à Evin et ailleurs ou qui ont des proches qui ont disparu ou pire. Je n’en oublierai jamais aucun. Je sais que vous non plus. Nous prions pour eux.

Un peu plus tôt, le vice-président a cité le président Reagan. Je veux ajouter quelque chose. Le président Reagan avait l’habitude de dire que tout cela s’arrêterait lorsque nous gagnerions et qu’ils perdraient. C’est vrai pour le peuple iranien qui doit gagner et pour un régime qui doit perdre. Je sais que votre travail continuera à rendre cela plus probable chaque jour. Merci, que Dieu vous bénisse et que le Seigneur protège le peuple iranien alors qu’il construit une nation iranienne pacifique et prospère.

Merci de m’avoir invité aujourd’hui. Bonne chance et que Dieu vous bénisse tous.